Bon zut, c'est bien de boire.... au fait boire quoi????? de l'eau qu'il a dit ma louloute, mais reviendons au sujet, vous avez d'autres idées??????
Ne pas se dire qu'on est en train "d'arrêter définitivement" de fumer et que donc on ne touchera "plus jamais" une cigarette.
Plutôt arrêter "jour par jour"... un grand envie ? On peut se dire qu'on verra ça demain (là c'est obligé par contre).... et chaque jour sans est un jour de gagné.

Après une semaine, on est fier et on peut se dire que après six jours de réussite.. pourquoi céder.. puisqu'on est bien capable.

J'ai réussis de m'arrêter 2 ans comme ça... j'ai repris à cause d'une drame.. et j'étais bien conne..
Puisque la cigarette n'a pas aidé de résoudre le problème bien sûr, ni d'être plus sereine dans ce moment difficile.

C'est une manière comme une autre, on est tous différent.
oh, le "jour par jour", ca j'y crois...; merci heureuse....
Alors Françoise.. mords là.. et tient nous au courent !
malouloute2 a écrit : Un petit truc, Françoise, peut-être pas pour arrêter (quoique ...), mais pour diminuer sérieusement.

Quand je n'ai plus de cigare, sous la main, et que j'ai très envie d'en fumer un, je bois un grand verre d'eau très froide.

L'envie disparait instantanément.
Tu peux toujours tenter. :)


Pour une fois (ça mérite bien que je le relève) je suis d'accord avec Malouloute concernant l'eau.

Boire de l'eau à petites gorgées calme et diminue le stress lié à l'arrêt (inspirez/expirez entre les petites gorgées d'eau). De plus l'eau va drainer l'organisme, se débarrasser d'une partie des toxines liées à la nicotine dans notre corps et diminuer l'envie de fumer.

Et cerise sur le gâteau, ça peut même éradiquer complètement la prise de poids liée à l'arrêt voire faire maigrir ceux et celles qui buvaient insuffisamment lorsqu'ils/elles fumaient.

J'écris en connaissance de cause, et je vais vous livrer mon expérience en la matière.
(ça va être long (comme d'hab) mais comme j'écris peu souvent j'espère que vous me pardonnerez ou ne lirait pas plutôt que de m'adresser une ième fois des remarques désobligeantes, merci d'avance)

J'ai commencé à fumer à l'adolescence.

Au cours de l'allaitement de ma fille, je n'ai pas fumé vu les risques pour elle, mais sitôt l'allaitement terminé j'ai repris (j'ai incriminé le père de ma fille, un fumeur de ma reprise, mais en fait au fond de moi je savais bien que j'en étais seule responsable)

J'ai tenté quelques très courts arrêts par la méthode progressive (résultat je ne pensais qu'aux cigarettes, celles que je "devais" "pouvais" prendre à telle heure (un vrai calvaire qu'on s'inflige à soi même, la pire des méthodes à mon sens sado masochiste).

2009 je passe au tabac sans additif et il est vrai que je fumais moins, peut etre est-ce que psychologique mais sans additif j'étais moins addicte.
2011/2012, le cancer de l'un de mes frères (fumeur) de la gorge larynx ... décelé à un stade avancé avait nécessité une trachéotomie. Hospitalisé pendant plusieurs mois il continuait à fumer.
Quelques mois après son décès, j'ai eu des douleurs terribles à l'estomac. Je ne savais pas si c'était le choc du décès et de ce que j'avais vu, mais les douleurs persistant on m'a fait passer un scanner, rien à l'estomac, en revanche comme ils scannent en même tant les poumons : notamment emphysème modéré.
J'avais bien remarquer qu'en montagne j'éprouvais une vraie difficulté à monter les côtes (à plat aucun problème) mais je mettais cela sur le compte que j'étais un fumeuse qui vieillissait (ça devait donc être normal).

Je me suis mise à rechercher immédiatement sur l'emphysème à regarder des vidéos de Moustaki (l'un de mes idoles) en parler
http://www.purepeople.com/article/georg ... x_a90541/1
faire le bilan, me souvenir des personnes proches et de leurs souffrances respiratoires.

J'ai fait la liste :

- esclavage : impossible de me passer totalement de cigarettes une journée. Pendant les vols long- courrier, j'étais tellement en manque que je ne pensais qu'à l'atterrissage, limite j'en devenais agressive,
- sante : perte respiratoire aucune envie de finir mes jours en souffrance terrible ainsi que tous les autres problèmes de santé inhérents
- puanteur : on ne l'admet pas lorsqu'on fume, mais un non fumeur vous repère de loin (d'ailleurs, tant que j'y suis on n'en est plus à 5 ou 6 lignes près) j'étais sortie un superbe guadeloupéen sportif qui ne supportait pas que je fume, je lui affirmais avec un aplomb terrible ne pas avoir fumé de la journée, ne me doutant pas (parce qu'en plus ça vous détruit l'odorat) que mes cheveux, mes vêtements étaient imprégnés de l'odeur de tabac froid (pouah)
- physique : doigts qui jaunissent, vieillissement prématuré, ...
- environnement : qui pue, tissus peinture jaunissant, empreints de nicotine, ...
- etc (j'ai dû en oublier mais cette liste était longue et comprenait en dernier le coût des cigarettes, car finalement pour un fumeur le coût ne me semble pas être un argument

Après l'avoir lu, je me suis dit Marie Stop, promets aux morts que tu aimais que tu arrêtes. J'ai jeté les cigarettes, je me suis débarrassée de mes briquets, j'ai retiré les cendriers et je n'ai plus jamais fumé.

Oui il y a une grande part de psychologie là dedans, je sais pour avoir fait la promesse à un mort de ne pas boire d'alcool, quarante ans après je n'en ai tjs pas consommé. cette "technique" marche pour moi. Je n'oserai plus me regarder en face si je trahissais de tels serments à de tels êtres, j'en deviens presque la femme idéale (bon ok dommage que je sois si vieille lorsque je le deviens)

A chaque envie furtive, je buvais de l'eau à petites gorgées. Et si la ménopause m'a fait grossir, l'arrêt du tabac la précédent ne m'a absolument pas fait grossir (c'est donc une mauvaise raison, buvez éliminez (de l'eau).

Je sais que les fumeurs me contrediront voire s'offusqueront, j'ai été fumeuse et je trouvais mille et une bonne raison pour justifier que fumer n'était pas si mal (derrière cela, bien caché parfois, on s'en veut de sa dépendance)

Comme quelques ex fumeuses, je suis plutôt intolérante vis à vis du tabac, chez moi on fume de préférence sur le balcon ou mieux on ne fume pas ou alors l'électronique qui ne me dérange absolument pas. Et mes amis fumeurs ne manquent pas de me rappeler mon discours et mes opinions du temps ou j'étais fumeuse :)

Ah j'oubliais et en plus, bien que l'emphysème/BPCO provoque des lésions pulmonaires irréversibles, j'ai même récupérer du souffle ! d'après mes examens et je le ressens (bon ok pas trop en cote, mais il y a quand même un mieux, très net dans la montée d'escaliers)

Bon courage à ceux/celles qui sont en cours de sevrage ou qui envisagent d'arrêter, j'ai longtemps été persuadée que jamais je ne pourrais m'arrêter, pire je n'imaginais pas pouvoir savoir vivre sans cigarette (ça donne un aperçu de ma dépendance de cette longue époque). Donc on peut tjs aller au dela de ce que l'on imagine en faisant appel à nos forces intérieures.
@ Malouloute, que ce soit au nord ou au sud, points en commun.

Quel est ton gabarit dans cet assortiment ? Je collectionne depuis la sortie de ce produit dans les années 1980, et suis toujours fidèle, sans y être accroc.
Bonne taf. :lol: :lol: :lol:
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
francoise57 a écrit : ca serait sympa quand même, que vous me donniez des conseils POSITIFS....

Ce ne sont pas des conseils, juste ma propre expérience. J'ai commencé de fumer à 12 ans. 35 ans plus tard lorsque je me suis arrêtée, je fumais 3 paquets par jour voir plus, je n'ai pas retouché une cigarette depuis 5899 jours mais ai toujours envie de fumer.

Je n'avais jamais essayé avant et les 3 mois où j'ai été abstinente, c'était au début de ma grossesse et pas de mon fait, simplement fumer me donnait des nausées... Dès que j'ai pu reprendre la clope, j'ai recommencé de fumer. La nuit de mon accouchement, 1h00 après avoir pondu ma fille, je suis descendue dans le hall d'entrée fumer une clope. Je n'en suis pas fière, c'est juste un état de faits ...

Tout ces chiffres simplement pour dire qu'en ce qui me concerne, je suis tabaco-dépendante en abstinence et consciente que si je tire un taf un jour ou l'autre, je recommencerai de fumer comme avant le 7 juillet 2001.

Entre le moment où, j'ai eu ma motivation et le moment où je me suis arrêtée réellement physiquement il est passé à peu près un an.
J'ai vu des collègues de travail s'arrêter et reprendre quelques semaines ou quelques mois plus tard.
J'ai lu de tout sur le sujet et finalement, j'ai fait le choix de patch.

Quand j'ai eu décidé de la date de mon arrêt de fumer, j'ai dépensé mon budget cigarette mensuel en une seule fois en investissant dans des patchs pour le même montant voir plus ...
La date d'arrêt a été motivée par le départ de ma fille en vacances une semaine. (je pouvais ainsi m'arrêter avec un stress moindre, je n'avais que celui de boulot à gérer et pas celui de la maison).

Après avoir vu partir ma fille, j'ai écrasé ma dernière cigarette sur le quai de la gare, suis retournée chez moi et ai récupéré tous les paquets de clopes entamés + la cartouche neuve + la boite de Davidoff + les briquets et les boites d'allumettes (sauf une pour éclairer la gazinière ). Je n'ai gardé qu'un seul paquet pour Okazou ;)
C'était un samedi, je bossais ... Je suis arrivée dans le stock avec mon stock , l'ai posé sur un rack. J'ai dit à mes gars que j'arrêtais et qu'ils pouvaient tout récupérer s'ils le voulaient, sinon en fin d'aprem, je mettais tout dans la compacteuse. Leur réaction a été de se foutre de moi, mais grave :mrgreen:
Ils ont prédit que je ne tiendrai pas une semaine pour les uns, quinze jours pour les autres :? . Je les en remercie car leur faire fermer leur claque-merde a été la plus belle des motivations que j'ai pu avoir 8).
J'ai trouvé ça assez simple (trop facile presque), avec l'aide des patchs, je n'ai pas eu de sensation de manque. J'ai arrêté de mettre les patchs avant d'avoir fini mon stock ^^, (mais j'ai gardé la boite entamée près de 10 ans :oops: ).
Il a fallu que je supprime le café, car café rimait avec fumer. J'ai donc déserté la cafet et suis passée aux infusions diverses et variées en solitaire dans mon bureau.
Je n'ai pas compensé l'absence de clope par des bonbons ou autre addiction et n'ai pris que 3 kg (par contre avec mon licenciement, j'en ai pris 40 en 6 mois :twisted: )

Tout a été parfait pendant un peu plus d'un an, quelques envies de fumer lorsque je sentais l'odeur de clope "fraîche" sur mes collègues de travail, mais sans plus.

Puis, un jour ou j'avais des prob au boulot et où j'ai pris une bonne grosse colère, j'ai eu envie de fumer et j'ai tapé inconsciemment une cigarette dans le paquet de mon collègue. C'est son regard qui m'a fait réaliser mon geste. J'ai remis la clope dans le paquet ...

Depuis, j'ai eu des envies effrénées de reprendre à fumer, mais je me dis que ce serait trop con et je tiens bon. Par contre, je suis consciente que pour le moment, je gagne des batailles, mais je n'ai pas gagné la guerre.

Fais comme tu peux et dis toi bien que 1 seul jour sans cigarette est une victoire sur elle. Il n'y a que toi qui va pouvoir gérer l'abstinence.

Un conseil, peut-être, met un bocal transformé en tirelire bien en vue et tous les jours met dedans le "capital" clope économisé. Pour ma part, j'ai commencé avec un mois de décalage puisque j'avais investi le budget, mais c'est motivant de voir pièces et billets s'amonceler rapidement ...
Un conseil, peut-être, met un bocal transformé en tirelire bien en vue et tous les jours met dedans le "capital" clope économisé. Pour ma part, j'ai commencé avec un mois de décalage puisque j'avais investi le budget, mais c'est motivant de voir pièces et billets s'amonceler rapidement ...

J'ai fais comme Edel, pendant mon dernière arrêt il y a 3 ans... après 3 mois j'ai pu m'acheter une belle appareil photo !
Mais j'ai repris la fumette... la honte !
@Onyx:

Les miens ne sont pas sur l'image.

Ce sont les plus gros, en boite de cinq.

Je fais en moyenne deux jours (voir plus longtemps, quand je bosse), avec une boite.

Et, comme dit plus haut, quand je n'en ai plus, et que j'ai la flemme de passer au tabac, je m'en passe ...
:)
Il y a longtemps sur ce site, j'ai dit que j'avais arrêté de fumer (arrêt il y a trois ans). J'ai repris cette année, au cours d'une "pollution psychique" où dans une invitation, m'interdisant déjà tout ce qui m'était nocif (boissons acoolisées refusées, ce qui ne me gêne pas, et repas inapproprié grâce au talent de la maîtresse de maison qui a tenu compte de mes restrictions), j'ai cédé face au paquet de cigarettes de mon amie dont le mari ne fume pas et j'ai cédé car il m'était impossible aussi d'aller prendre le train seule et je ne savais pas comment tenir dans mon mal être. Je n'ai pas cessé d'augmenter à ce jour ma consommation. Rien n'y fait. L'acupuncteur (cher) qui m'avait délivré, comprenant, qu'au terme de près de tentatives échouées dans le traitement depuis deux mois, m'aide maintenant à me délivrer de mes problèmes, sachant que ces problèmes rejaillissent sur les douleurs physiques (polyneuropathie sévère) et que si j'ai moins de douleurs, l'appel de la cigarette sera moindre. La douleur physique et psychique appellent la cigarette. ça Errance l'a dit il y a longtemps. EDR dit "arrêtez cette merde", je dirais triple merde si ce n'est pas davantage : merde de la cigarette sur le tas de merde qui nous commande et font de nous une merde, merde des dépenses (cigarettes + traitement onéreux), merde de savoir que quand on s'arrête on est seulement en rémission, et que toute présence de fumeur/se risque d'être un combat intérieur, ajouté au combat des douleurs excitées (ça, faut-il demander d'avance "est-ce que je vais me trouver en présence de fumeurs/fumeuses , et si je sais d'avance que j'ai envie de rencontrer et besoin de rencontrer ces fumeurs/fumeuses que j'aime, est-ce que je vais retomber dans ma merde" ?) Puisque volonté de merde. PapaDJ dit "l'ennemi c'est la cigarette, pas les fumeurs" OK... ? Lisa dit "évitez les fumeurs" (pas facile ?). Je note, en passant http:/www.stop-tabac.ch/fra (je n'ai pas noté et retrouvé qui c'est, je verrai). Très belle journée sans cigarette !
Cigarettes sur cigarettes
J’écoute mon ennui
Verre après verre oh, ma tête
Appelle en vain l’oubli
Oh oui, tout me répète
Tout me dit que je suis seul.

Le long des murs bête et triste
Mon ombre seule glisse
Mon corps seul dans notre lit
Attend tes mains complices
Oh oui, tout me répète
Tout me dit que je suis seul.

Je tourne en rond dans la maison vide
Dans cette maison hantée par ton rire
Je suis seul là où nous étions deux
Deux cœurs, deux rires, deux amants heureux.

Cigarettes sur cigarettes
J’écoute mon ennui
Verre après verre oh, ma tête
Appelle en vain l’oubli
Oh oui, tout me répète
Tout me dit que je suis seul.

Face à ses démons. ...
Des alternatives existent ...
Vapeurs contre fumées un moindre mal...
Faites vous plaisir ! .
Sans que cela parte en fumée. Il en restera toujours quelque chose. ..
De bonnes et belles addictions à consommer sans modération existent....
Le tabac n est qu'illusion de plaisir...

Courage....

Chris
Très peu fumé hier. Je joue de l'auto-terrorisme, ça marche pas toujours. Merci les copains, copines, merci Chris.
Je conseille le site stop-tabac.ch mentionné par Amélie. Il m'a beaucoup aidée au cours d'un arrêt terriblement douloureux. Je m'y suis fait des amis que j'ai d'ailleurs rencontrés. De beaux souvenirs...
Il faut Android !!!
...

On ne nous dit pas tout ...

Goudron&Nicotine.jpg


... tant que l'état encaisse les taxes ...

Image
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
cron