J'ai bien fait d'avoir choisi la couleur verte pour les textes de mon amie M.
Elle est verte de colère devant les injustices et les horreurs que subit notre pauvre monde.
Vous pouvez le constater avec ses écrits d'aujourd'hui. :wink:


Ah les bâtards ! Ils ont su profiter d'elles, celles que l'on nommait colonies,
ces morceaux de terre-mère dont les seins nourriciers furent vraiment généreux.
Maintenant leurs habitants sont dans un sacré pétrin et pour ne pas crever à petit feu,
ils fuient la terre de leurs ancêtres devenue trop dangereuse pour leurs enfants si démunis.

On assiste impuissants à leur exode en masse, trop entassés qu'ils sont dans leurs embarcations.
Combien en faudra t-il, pour la plupart des " sarrazins ", de ces pauvres hères,
qui finissent par en mourir noyés, après s'être perdus dans la mer,
pour que l'on ne se contente plus de seulement nous émouvoir de leur sinistre condition ?

Pour que d'humaines prises de conscience agissent comme du levain
qui nous ferait lever les poings et crier d'une seule voix : personne ne doit mourir de faim !
Pour exiger des dirigeants qu'ils mettent enfin en place de décentes solutions
au lieu de les parquer dans des ghettos de fortune, des camps de perdition.

Ne doutons pas qu'ils ont dans leurs puissantes mains les ficelles de leur destin,
tout comme ils les eurent, pour les réduire en esclavage, en des temps pas si lointains.
On nous tait certains chiffres, ceux du nombre grandissant des seuls déshérités.
On préfère nous donner ceux des méfaits du Covid, parce qu'il ravage notre prospérité.

On redoute que nos proches, parmi les plus aimés, en soient un jour touchés,
et un autre jour peut-être, nous-mêmes tout autant. Nos vies auraient-elles donc un peu plus de valeur...
Du coup nous acceptons ce qui est inacceptable : muselés comme des chiens qui seraient enragés.
Ils savent la manier, les dirigeants du monde, la baguette pour orchestrer l'opéra de la peur.

Ne rêvons plus : peu d'entre nous sur cette terre mangeront du pain bénit.
LA VIE EST ( TROP SOUVENT ) UNE SINISTRE COMÉDIE.


Axelle Red et Renaud « Manhattan Kaboul »
https://www.youtube.com/watch?v=u3Jwmsv0BpA

Devise shadok.jpg
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
Bonjour les amis !

L'automne est bien là ! :? on dirait ! Les couleurs ont bien changé ......la luminosité aussi. Heureusement! l'inspiration de M n'est en rien altérée pas plus que celle de V
et c'est tant mieux.
Un peu de lecture pour ces premiers moments d'automne. Ca ne mange pas de pain :D

Allez ! Je vous laisse avec V!

Bon week-end à tous. :D

Et on change aussi de fin d'histoire.........

*******************************************************************************************

Quoi ? Une histoire bâtarde dites-vous ? Comment ça ?? Oui, je comprends ! Elle vous en bouche un coin.
Elle, était pourtant juste aller acheter du pain ! Certes , jusque là, les ficelles n’ont jamais été vraiment dénouées , mais il se pourrait bien , qu’en raison, d’une envie folle et subite de pain frais, tendre, à la mie de l’âme, sucré à souhait, qui sent bon les épices, pétri d’amour, au levain dompté, issu d’une terre nourricière en fête, à la croûte ravivée . Bref ! On en passe et des meilleurs….elle se soit perdue ………….. Ne vous en déplaise ! Attirée, aimantée par on ne sait quelle baguette magique, elle, s’est perdue.
Heureux ou malheureux pain perdu.. ? Qui sait ? Une chose est certaine : elle, n’est jamais arrivée chez ce boulanger .
L’histoire raconte qu’elle, a rencontré un pinceau en cours de route……
« Pauvre de toi ! lui aurait-il soufflé au bout des doigts. Les apparences sont toujours trop trompeuses ! Tu vas finir dans la rue, à mendier des miettes , si cela continue. De Montréal à la Franche Comté, en passant par la Lorraine ou la Savoie, on ne refait pas le monde ! On ne cache pas non plus le sens des mots, ou la beauté du poison derrière l’humour, aussi abstrus soit-il !
De blé, de son ou de sarrasin, n’en as-tu pas assez d’être roulée ainsi dans la farine ? A force, les zozos avec leur tics de langage insupportables, leurs fautes d’orthographe, (leurs fautes tout court) leurs écarts, leurs clins d’œil bigleux finiront bien par te rendre zinzin ! Tu vas y laisser tes dents sur ce pain devenu rassis ! tout juste bon à nourrir des canards ou des
pigeons ! Qu’attends-tu ? Au travail ! tu as du pain sur la planche ! »

Alors, elle, a bien voulu laisser la parole à ce pinceau ; au bout de ses doigts, sur les murs de sa ville, elle, a tamisé, pétri, façonné, un pain de joie à déguster sans modération. Elle , a barbouillé de noir des chapelets de nuits gangrénées d’insomnies, puis, a dessiné et peint en jaune vif des épis de blé, ravivé la vigueur des fleurs……….. elle, a même écrit des mots qui sauvent :

“Que préfères-tu, celui qui veut te priver de pain au nom de la liberté ou celui qui veut t’enlever ta liberté pour assurer ton pain ?”( Albert Camus)



La liberté ne peut-t-elle que s’écrire ?

https://www.youtube.com/watch?v=xgObWWy-sMQ
STREET ART LIBERTE 4.jpg
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
M revient pour équilibrer la balance entre gravité et légèreté, comme elle aime à le dire.
Quand je découvre de quoi elle est capable...bin, euh, non, je ne dirai rien, mais je n'en pense pas moins. :lol:

Finie la période de disette sexuelle ! Vive les ébats à nouveau débridés !
J'ai rencontré un homme, un qui sent bon la mer et puis le sable chaud.
Qu'il soit bâtard de sarrazin ou chien perdu sans un collier, peu me chaut.
Il m'a promis un bon " café du pauvre ". Vous savez tous ce que c'est.
Sous forme de billet doux, il m'a écrit ainsi cette proposition,
qui a éveillé en moi, je dois bien l'avouer, de charnelles émotions :
" Tu grignoteras ma ficelle qui deviendra, grâce à ton levain, une belle almogée
dont la taille ferait l'admiration de toute boulangère de métier.
Et moi, je goûterai à tes deux tendres miches. Ne t'inquiète de rien.
Même si ma baguette est magique, tu n'auras pas... un petit pain dans le pétrin,
un polichinelle dans le tiroir : nous sommes pour cela, toi et moi bien trop vieux.
Je serai nourricier de tes désirs cachés et j'accomplirai le moindre de tes voeux.
Nous nous ferons, je te promets, mourir ensemble de plaisir.
LA LIBERTÉ ( sexuelle ) NE PEUT-ELLE QUE S'ÉCRIRE ? "

Le jour J, il a chanté pour moi cette chanson d'Amanda Lear : " follow me ".
Pouvais-je résister, non, alors, que sainte Vertu me pardonne, je l'ai suivi.
https://www.youtube.com/watch?v=ae4XC_KgiWw

( Almogée : gros pain de campagne, fabriqué à la ferme ).


café artistique.jpeg
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
BonSoir à tous !
C’est en regardant The Voice Kids que je vous écris, avec légèreté !

On dit que c’est en pleine tristesse que l’on écrit le mieux !
Pour moi c’est l’environnement, le paysage qui me rend créative
Je peux lancer un wagon d’idées, sous ma couette, dans ma couchette,
Assise seule au bar du restaurant, à siroter un cocktail aux épices d’orient
Le meilleur flirt avec les Mots-Voyageurs c’est d’en faire un texte express
Parce que l’on sait qu’il est plus difficile de faire court que long !
C’est ce que dit ma petite sœur Micheline qui déteste les esprits tortillards
Alors gare à celui qui dira l’inverse, la quantité ne fait pas la qualité !
La liberté ne peut-t-elle que s’écrire ?
Ce n’est pas un meurtre que d’énoncer la mienne fort et haut !!!

Belle soirée à vous tous !!
Bonjour à tous.

Il semblerait que je ne sois pas la seule à penser que l'environnement rende créatif......
Pour preuve, voici mon amie V ........au beau milieu d' un quai de gare et sa parenthèse automnale
comme simple bagage !

Bonne lecture et bonne fin de dimanche.

********************************************************************************************

Au secours ! Vite ! Je réclame à grands cris , une couchette ! J’ai besoin de m’allonger. Ce wagon restaurant transpire la tristesse ! Suis dans un état proche de l’Orient. Le verdict vient de tomber. En mode Micheline express, sans fanfare, ni trompettes, et sans crier gare ! Le couperet est tombé « Je t’aime » ! m’a-t-elle dit !

Chut ! Voila tout c’est tout ce que j’ai pu lui répondre.

Ma mécanique interne s’est totalement déréglée. Autour de moi, tous les miroirs se sont instantanément déformés. Je marche , depuis cet instant, tel un aveugle. Ma raison n’a plus eu aucun sens au milieu de ce paysage. Je me débats au milieu d’un raz-de-marée. Que dis-je ? un tsunami Oh non ! Pitié ! Pas ca ! Je vais être l’objet d’un meurtre . C’est quasiment certain ! Je veux bien me mettre en mode tortillard, envisager d’innombrables détours, mais, au final, il faut bien qu’elle sache que tout cela n’était rien de plus qu’un flirt.??? Comment lui avouer que je n’en veux pas moi de son JE T AIME , ni de son TOI et MOI , encore moins de ce NOUS. Elle évoque une suite …Mais de quelle suite parle-t-elle ??? Engagement ??? Confiance ??? Illico ,j’entends ruine, carcan ,désillusion ! Moi qui ne rêve que de renouveaux, de plaisirs carnavalesques, suis au bord d’un précipice. On a beau s’anesthésier, s’oublier, se réjouir, s’extasier, s’abandonner dans un sourire. Rien ne dure toujours., Tout n’est que feu d’artifice. Je ne veux pas de ce contrat.
Une petite question ? La liberté ne peut-elle donc que s’écrire ???



https://www.youtube.com/watch?v=hQa9nT3215s

folon 04102020.jpg
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
Je suis fan....mais fan....de vos écrits à Ellaime , M et V.... :D
continuez de nous enchanter.... je ne me lasse pas.... :D
Bonne journée à la trilogie

Qui sait ou le temps s'en va
https://www.youtube.com/watch?v=OkOB57UcYk8
BonJour À tous :!
Quel plaisir chers amis, Solene, Antoine de vous rencontrer ici, avec vos messages amicaux et musicaux !
Le temps est ce qui cadence nos vies
86000 secondes par jour offertes !
La nuit le décompte continue et le temps nous échappe !

Allez changement de fin !!! Je parlerais bien de la nuit
https://youtu.be/Aevupif4uL8
Bonsoir les amis !

V m'a dit [b]" Excellente ton idée de NUIT. J'ai une idée .
"

Alors voilà !
Bonne nuit à tous !
[/b]

********************************************************************************************

https://www.youtube.com/watch?v=YJgma97HrJA

Un peu comme une écharpe de brumes noires, ce qu’il reste de lumière s’éteint. C’est une étape vers l’invisible. C’est la nuit.
De ce tourbillon magnifique je ne me lasserai jamais d’ apprendre.
La nuit, secoue les esprits ; faut toujours leur prêter oreille ! ils s’ouvrent, se confessent, cherchent la lumière.
La nuit piège, déchire, essore, repeint notre âme en diable. Déshabillez la ! Laissez la donc parler !
La nuit est une conseillère . Elle est ce manteau qui enveloppe les sens, bâillonne la raison.
Avec ou sans amour, en fatigues ,ou en frénésies d'ailes, elle est le seul temps pour rêver, vivre …autrement . Blanche ou noire, la nuit promet toujours des émotions variées ; les mots ne sont plus tout à fait les mêmes. Ils flottent, s’échappent, se cherchent, .. se cognent , font mal ou caressent. Ils sont , tour à tour à tour, promesses et mensonges.
Parfois, aussi, la nuit, les passions se reposent ! dans les ténèbres le jour se perd en inutilités. Anonymes, incognito , les acteurs , privés de vernis et de lumière , semblent manquer de matière. Leurs mots montés en neige au fouet ne servent plus qu’à faire beau ! Mystérieusement, la nuit avale les rancoeurs, Artificielle euphorie ! le songe est en action.
Sur un oreiller, la nuit ne nuit pas ………………


nuit.jpg
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
Chers Amis, BonJour !

Je suis ailleurs, mais je suis aussi là !
C’est que je vis quelque chose de fort
Qui m’inspire le message que voilà :

Il écrit, je réponds, nous nous engageons dans l’écriture
Est ce que cela enclenchera une relation qui dure
Ces mots vont en cascade retrouver les miens
Ces pensées les accompagnent et me font du bien
Notre imagination fertile s’entoure de spectacle
J’ai peur que nos sentiments ne fassent pas miracle
Trop donner à l’autre nous déshabille de nous
Pudique, il me faut rester en retrait de tout désir fou
Que deviendront, dans ce déballage, nos futurs
Franchiront-ils le miroir de la vie et seront-ils réels
Nos mains se rejoindront-elles, serons-nous « lui et elle »
Deviendrons-nous, ces amants ambulants et ordinaires
Qui ne savent plus rêver ...
Ou saurons-nous danser en apesanteur, dans les airs
Fous d’amour à jamais ...


Et tu sais V,
Comme elle est un trop long moment de silence,
Désireuse de me sentir vivante
Cherchant le bruit autour de moi,
Je ne dirai pas que la nuit ne nuit pas !

Belle journée à tous ! :D :D
M adore faire un peu de dérision et d'auto-dérision sur les aléas de la vie, pour dédramatiser et relativiser, me dit-elle.
Et la voilà aujourd'hui qui rebondit pour taquiner les princesses plus ou moins en mal d'amour que nous sommes sur les sites de rencontre.
Voici son texte, juste pour en rire. :wink:


Elle voulait toujours plaire, cette encore belle malgré son âge, maintenant au bois dormant,
puisqu'en recherche d'un prince pour réveiller son coeur, mais son esprit et son corps tout autant.
Bien des embûches issues de contes servis par des ersatz de preux chevaliers
n'avaient pas refroidi ses rêves de blanche-neige qui se veut encore énamourée.

Ayant l'âme d'un petit chaperon rouge, elle trouvait très excitant de répondre à des avances,
même celles d'un loup-garou s'il savait attiser curiosité et intérêt.
Aussi excitant que de jouer à la roulette : toucher le jackpot serait une vraie chance.
Même si elle s'était souvent trouvée marron, pas question pour autant d'en être désespérée.

Le soir, en buvant un verre de vin et en guise de voeu, elle se dit en chantant :
" au suivant, qu'il vienne me tenir des propos enchanteurs dans un tout 1er temps.
Ensuite : fatum, mektoub, alea jacta est, que la baraka soit sur moi cette fois !
Car je n'irai quand-même pas, juste pour la chose, jusqu'à être sans foi ni loi.

" Au clair de la lune, mon ami Pierrot, sers toi de ta plume pour écrire des mots,
des bleus de préférence, qui soient comme des caresses pour exciter mon appétit.
Ta chandelle n'est pas morte, dis-moi que ton feu sera pour moi tout chaud.
Mon âtre a besoin d'une bûche, de chêne de préférence, pour réchauffer mon doux logis ".

N'allez pas croire que pour autant, elle ait le pondichéry facile, le potiron aisé.
Si Cendrillon continue de rêver, seule dans son lit entre ses draps de soie,
c'est parce qu'elle sait bien que la nuit, tous les chats ne sont pas gris cendré.
Dans ces conditions, il est vrai que LA NUIT NE NUIT PAS.


" Ma drôle de vie " - Véronique Sanson avec Vianney -
https://www.youtube.com/watch?v=vF1zk38YxKQ
Tu m'as dit que j'étais faite pour une drôle de vie.
J'ai des idées dans la tête et je fais ce que j'ai envie...
Et si je te pose des questions, qu'est-ce que tu diras ?
Et si je te réponds, qu'est-ce que tu diras ?
Si on parle d'amour, qu'est-ce que tu diras ?

Cendrillon en son carrosse.jpg
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
Chers Amis
Chère toi M ... comme tu me connais ! ... toujours prudente pour moi !
La cendrillon revêtira son habit de lumière !
Elle suivra les étoiles pour illuminer son cœur ...
Et si vous avez envie de ressentir ce qu’elle vivra
Alors écoutez :
https://youtu.be/kjdf-STUBEs
Je mets ça à fond, depuis ma platine ... sur mon vinyle ! L’extase !
Belle fin de journée et appréciez la vie !
Effectivement tu nous écrit de très beaux textes dans un style original!!!
Bravo et merci!

On dirait que tu écris comme tu respires! :D
Bonjour à tous !

@ zeno . Merci de ton passage :wink: . C'est une agréable surprise ! :)

Tu as raison. Ici, on écrit comme on respire.
parce que l'écriture pour M, V ou moi même est une véritable bouffée d'oxygène.

à V de nous en offrir une nouvelle.

Bon WE à tous.


---------------------------------------------------------------------------------------------------------
"Ça ressemble à ces grands-routes, sans virages, sans détour
La dolce vita sans doute
Mais en tout cas, c'est pas d'l'amour!
"

https://www.youtube.com/watch?v=DHsaMCcQ7Vo

Un véritable casse-tête cet « entre deux âges »!!!
… Chauds les marrons. !
Aux douze coups de minuit, une secousse suffit pour renverser la boîte à conte de fées, pourtant si bien scellée. Le spectacle est tout ce qu’il y a de plus insolite. , les aventures sont compromises, les personnages, les costumes sont là, éparpillés pèle-mêle. Difficile d’imaginer une suite dans ce bric à brac !
Le chat a perdu sa beauté, la bête n’a pas trouvé chaussure à son pied, la belle, quant à elle, se rend à des soirées privées en bottes de cuir ; elle ne compte plus ses amants et ne dort plus vraiment.
Au creux de la forêt , Cendrillon a rencontré le loup : ils ont plongé dans une idylle. Quand d’autres prennent les vessies pour des lanternes, elle, persiste à prendre les citrouilles ou les potirons pour des Rolls !
Rien ne va plus pour Blanche neige. A la roulette, elle a tout misé sur le chiffre 7 . Tout pour sa pomme. Depuis, elle noie son chagrin dans le vin. Gulliver lui aurait promis l’eldorado ! mais l’aurait au final oubliée dans les bras de la fée clochette.
Le petit poucet , lui, s’est mis à dos la petite sirène qui rêvait d’une peau d’âne. Quelle drôle d’idée !
Plus de bûche dans l’âtre . Le conte est bon. On va refermer ici la boîte .
Tous contes faits, dans cet entre deux âges, laissons le choix au hasard des idées.
A quoi bon attiser les tempêtes. Elles suivent toujours le gré des vents de toutes façons.
Tirons la chevillette et la bobinette cherra …………


C'est la nuit, et, on le sait bien, la nuit ne nuit pas ............




Il était un grand nombre de fois
Un homme qui aimait une femme
Il était un grand nombre de fois
Une femme qui aimait un homme
Il était un grand nombre de fois
Une femme et un homme
Qui n'aimaient pas celui et
celle qui les aimaient

Il était une fois
Une seule fois peut-être
Une femme et un homme
qui s'aimaient
(R.Desnos)