Malheureuusement des faits peu glorieux

 "Triste mort pour les chevaux de course. Au lieu de finir leur vie tranquillement, ils se retrouvent bien souvent dans nos assiettes. Certains propriétaires français voulaient une retraite faite de batifolage dans les prés et de foin généreux pour leur fidèle destrier. Et se sont fait avoir par des maquignons peu scrupuleux qui ont racheté leurs bêtes pour, au final, les amener à l’abattoir. Où elles n’auraient jamais dû se retrouver, ne serait-ce que pour des raisons sanitaires. Mais leur carnet de santé a été bidouillé en Belgique. Voilà le nouvel imbroglio qui secoue le monde équestre. Il ne s’agit plus tant d’un problème d’étiquetage de la viande consommée, comme cela s’est produit l’hiver dernier, que d’un trafic de chevaux écoulés frauduleusement dans l’alimentation humaine. Le scandale a éclaté jeudi 30 août et une enquête est en cours. Cette nouvelle affaire pose une fois de plus la question de la traçabilité de la viande que nous mangeons. Pour un cheval, la chose est normalement assez simple, du moins jusqu’à l'abattoir"
le cheval tout un" art" de la Préhistoire à nos jours.
beauté, force ,élégance , mythe et symbole ,les hommes préhistoriques l'ont gravé sur les parois des grottes ; dans l'art antique (époque des pharaons , grecque ,romaine) le cheval devient animal de prestige, de trait ,de guerre ,de galop . ENFIN le portrait équestre dans sa splendeur , à la renaissance et enfin scènes de la vie quotidienne et des course avec la représentation du pur-sang en
compétition
personnellement j'essaie de les surprendre au fusain
et aime particulièrement les POTTOKS du Pays basque ;ils font partis de leurs histoire (en liberté ou semi-liberté qu'ils sont beaux et leur regard tendre , émouvant , captivant)
une légende dit que les pottoks auraient inspiré les musiciens basques(pour reproduire le son du galop des poneys , ils auraient crée la "txalaparta")
ils représentent par ailleurs des ressemblances avec les peintures rupestres
enfin le "CAMARGUE "est superbe ,fier ,libre la longue crinière au vent dans les marais.

une petite poésie en vous remerciant de tous vos commentaires et vidéos riches
Agite, bon cheval, ta crinière fuyante
Que l'air autour de nous se remplisse de voix
Que j'entends craquer sous ta corne bruyante
le gravier des ruisseaux et les débris des bois

Aux vapeurs de tes flancs mêle ta chaude haleine
Aux éclairs de tes pieds ton écume et ton sang
Cours, comme on voit un aigle en effleurant la plaine
Fouetter l'herbe d'un vol sonore et frémissant

Nage ainsi dans l'espace , ô mon cheval rapide
Abreuve-toi d'air pur , baigne-moi dans le vent
L'étrier bat ton ventre et j'ai lâché la bride
Mon corps te touche à peine , il vole en te suivant

Brise tout, le buisson , la barrière ou la branche
Torrents ,fossés , talus ,franchis d'un seul bond
Cours, je rêve et sur toi, les yeux clos ,je me penche
Emporte-moi dans l'inconnu profond!
PRUDHOMME SULLY

"COURIR COMME DES CHEVAUX CAMARGUAIS
PUISSANCE DE L'AZUR
PUISSANCE DE LUMIERE
LE VENT DEPLOIE LE FLOT DE TA CRINIERE"
tres belle ode au cheval :D
Magnifique ce passage d'un élément à l'autre. Cela donne encore plus de force aux images. Merci pour ce post Poésie.
Très belles images, merci Geg.

Le cheval est capable de se cabrer, même s'il ne reconquiert pas entièrement sa liberté. 
En oésie, plusieurs fables de La Fontaine évoquent le cheval. Mais ce côté didactique de la fable me fait préférer aujourd'hui ce poème de Rainer Maria Rilke

  Tel cheval qui boit à la fontaine, Rainer Maria RILKE (1875-1926)

  Tel cheval qui boit à la fontaine,
 Telle feuille qui en tombant nous touche,
 Telle main vide, ou telle bouche
 Qui nous voudrait parler et qui ose à peine -
, Autant de variations de la vie qui s'apaise,
 Autant de rêves de la douleur qui somnole :
 ô que celui dont le coeur est à l'aise,
 Cherche la créature et la console.
http://youtu.be/BclyST49Q0c

Je ne savais pas qu'il existait des transhumances de chevaux. Je viens de le découvrir. Cela se passe dans l'Ariège
http://youtu.be/PqTqH0A4LhM

Faut il ferrer les chevaux? 
Très édifiant Anja ! Là , je doute maintenant !!  
Je pensais que oui , d'emblée , car c'était comme si nous marchions , nous les humains , sans chaussures , en permanence ...
Mais , après tout , nous marchions aussi pieds nus , aux origines !!!
Les chaussures  ? Invention moderne , pièce de vêtements pour protéger nos pieds ...Mais de quoi ? 
On peut difficilement marcher pieds nus maintenant ...trop fragilisés !!
A moins de s'appeler Zola BUDD où de vivre dans la jungle depuis tout petit !!
Et bien , le cheval a dû être pareil avant ....il était sur terre avant l'homme ...
Donc , qui l'a ferré ? .... :lol: :lol: :lol: :lol:  
Merci Anja , en plus , de nous permettre de voir de beaux chevaux en liberté ...
Bonne journée  
bandeau-7.jpg
Didier, merci pour ta réponse. J'ai beaucoup de plaisir à alimenter ce forumET Je crois que le sujet n'est pas encore épuisé. La participation a été importante, ce qui prouve que nous avons beaucoup d'affinités avec le cheval.
Mais pour la question de marcher pieds nus, je suis obligée de te contredire, car il n'est pas besoin d'habiter dans la jungle pour cela. Mon père étant enfant faisait 5km à pied, pieds nus pour aller à l'école
de son village dans les Hauts de la Réunion et une de mes parentes assez âgée trottait également à pieds nus il y a quelques années dans la cour et au jardin. En Inde, ça se voit beaucoup aussi.

Les chevaux d'Hennebont près de Lorient te saluent.

  
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
anja_56 a écrit :
bandeau-7.jpg
Didier, merci pour ta réponse. J'ai beaucoup de plaisir à alimenter ce forumET Je crois que le sujet n'est pas encore épuisé. La participation a été importante, ce qui prouve que nous avons beaucoup d'affinités avec le cheval.
Mais pour la question de marcher pieds nus, je suis obligée de te contredire, car il n'est pas besoin d'habiter dans la jungle pour cela. Mon père étant enfant faisait 5km à pied, pieds nus pour aller à l'école
de son village dans les Hauts de la Réunion et une de mes parentes assez âgée trottait également à pieds nus il y a quelques années dans la cour et au jardin. En Inde, ça se voit beaucoup aussi.

Les chevaux d'Hennebont près de Lorient te saluent.

  


Désolé de m'immiscer dans le sujet, mais comme tu parles des Hauts, je m'intéresse beaucoup à l'histoire des blancs des Hauts à La Réunion .. Peut-être cela mérite-t-il un topic pour pas être trop longtemps hors-sujet, mais en attendant voilà une de mes sources .. Toutes les contributions m'intéressent ..

http://tice3.univ-reunion.fr/amis/index ... f5d8dd14df
Coucou  :)
Un cheval si il évolue que dans des prairies, des chemins de terre voir aussi sur des plages n'a besoin que d'être parer pour enlever l'excédent de corne et équilibrer les pieds. Environ tous les deux à trois mois.
Si il évolue dans des chemin caillouteux et sur l'asphalte; alors là il a besoin d'être ferrer tous les 1 mois et demi à deux mois après bien sûr être re-parer. J'ai vu quelques fois des chevaux dans des prairies dont les propriétaires ne s'en occupaient jamais. La corne des sabots remontait du devant vers l'arrière.
Qu'elle honte !  :mrgreen:
@Tito, je vais réfléchir à un topic sur les Petits Blancs des Hauts. Je ne sais pas encore sous quelle forme.
J'avais, pour faire un test sur les centres d'intérêt, posté une vidéo youtube des pattes jaunes, mais ce thème est resté sans réponse.Il est vrai que les sketchs sont en créole et que je me figure un peu bêtement que tout le monde comprend.

J'ai quelques références de livres, peux parler de divers sujets, mais je crains que ça intéresse peu de monde. Même si j'ai de la considération pour ta demande, il faudra que j'adapte la présentation pour ceux qui ne connaissent pas du tout la question. Normal qu'ils ne la connaissent pas d'ailleurs.

Le lien que tu as indiqué contient une mine de renseignements. Merci pour ce post. 
@ Geg, tu as tout à fait raison, il y a dans les prairies des chevaux à l'abandon.C'est le cas à proximité d'Hennebont, et certains élus s'en plaignent.