@ promenade : quand on reproduit un texte qui n'est pas de soi, il faut obligatoirement citer la source, le nom de l'auteur, pour qu'il n'y ait pas d'équivoque. Ainsi, les paroles que tu mets dans ce forum sont celles de la chanson de Fabienne Thibeault : " Les uns contre les autres " :
https://www.youtube.com/watch?v=f_pRyIiuq7s . :wink:
Merci pour ce clin d’œil, j' aime bien cette chanson,et son interprète... :wink,
Celui qui écrit, n’écrit il que pour être lu, que pour être vu, ou reconnu ?
Se regarde t il avec complaisance, comme dans un miroir...

L'autre, n'est il pour lui qu'une fausse image sur une surface polie,qu'un mauvais reflet qu'il méprise..?

Pourtant sur l'eau heureusement que les lumières de Venise se mirent et dansent dans le trouble des canaux le soir...J M R
promenade a écrit : Celui qui écrit, n’écrit il que pour être lu, que pour être vu, ou reconnu ?
Se regarde t il avec complaisance, comme dans un miroir...

L'autre, n'est il pour lui qu'une fausse image sur une surface polie,qu'un mauvais reflet qu'il méprise..?

Pourtant sur l'eau heureusement que les lumières de Venise se mirent et dansent dans le trouble des canaux le soir...J M R


Promenade bonsoir,

Celui qui écrit des textes écrit d'abord pour lui... ensuite c'est un partage avec le lecteur et le fait de lire son écrit permet à l'auteur de tisser un lien particulier avec le lecteur... enfin c'est juste mon avis
Votre avis me ravis,
car rien n'est plus sage que le partage,
Et ces bonnes pensées sont a votre honneur ...
Que je vous offres comme un bouquet de fleurs ...
J'avais écrit il y a quelques mois sur un forum :

Allongée sur le lit, bras et jambes écartés, tel un immense X, j'ai l'esprit qui s'enfuit.
Il part dans l'univers de quelques-uns des mots qui ont en cet instant capté mon attention.
Je me dis que je suis telle ce X pour beaucoup, qui sont autant de X présents sur notre site. On croit communiquer, on ne fait le sait-on, rien que soliloquer.
Semblant de communion vient parfois rallumer la flamme vacillante de l'illusion d'optique : on se croit un instant entendu et compris...
Parfois oui il arrive que le cas se produise..
Mais vient alors la nuit, qui comme un coup de gomme, efface les mots dits :
éphémère vérité, d'un sens qui se devine plus qu'il ne révèlerait.
Chacun nage dans ses eaux, qui paraissent souvent troubles aux yeux des étrangers.
Ces eaux tout comme celles du liquide amniotique, rendraient presqu'inaudible
le discours de l'autre. Nous n'en finissons pas d'accoucher de soi-même.
On monologue donc...qu'importe !
On sait que quelque part, il est quelqu'un qui sait : nous lire et en sourire.
Ces mots débarrassés de vêtements étriqués, viennent alors comme caresses,
le temps d'une parenthèse, rompre la solitude et distraire l'esprit .
C'est comme une petite île au milieu du torrent, pour venir s'y poser et souffler un moment..

Continuons à partager, que le courant passe ou pas.
Si la maison n'est pas éclairée, ce sera alors la cave ou le grenier. :wink:
le partage.jpg
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
Bonjour mayah 12. Votre écrit de sagesse est plein de vérités...
Nos phrases et nos mots selon le poids que nous leurs accordons, ne sont pas toujours en phase, selon les perceptions,des diverses compréhensions, et apréciations...Tout comme les goûts et les couleurs...
Le temps, que le temps nous laisse pour l’arrangement de nos écrits, nous semble donner de l’allégresse a nos textes par la souplesse de la pensée…Ou dans notre univers de bulles, de plus en plus nos pensées sont enfermés..!
Bien sur, il faut espérer, et il faut rêver, mais attention aux mondes parallèles, ceux qui ne sont plus des rêves, mais juste de l’illusion, mirages aux alouettes, pour remplacer certaines réalités, qui demande des énergies aussi grande que sont les déceptions...
A moins de ne rien en attendre, et de ne s’en servirent que pour embellir nos actions, comme vous le faites humblement avec cet écrit, ou la lumière a le dernier mot, et ou ce qui est beau, n’est pas que l’écrit…Mes hommages Madame. Jean MJR.
choupette56 a écrit : Le soir ........... ha partir se coucher dans ce grand lit vide...............

Combien de temps je l'ai cherché ??.

Et non il n'est jamais revenu, mais la vie continue !

16 ans le 9 Mai


Bonjour Choupette56

Les personnes qui partent ne reviennent jamais... on les cherche désespérément sans aucun espoir de les retrouver.... mais elles restent en nous, dans nos cœurs. On ressent la présence de la personne disparue près de nous dans notre quotidien...
Merci à toi d'avoir pris le temps de me lire...
Bises Choupette