Plus du tiers des Québécois vivent en «célibataires», ce qui a aussi un impact sur le portefeuille. Aperçu des dépenses qui pourraient être partagées en vivant en couple. La première économie à réaliser est celle des coûts liés au logement. C'est de ce côté que la différence est la plus flagrante. Un appartement à une chambre (3 1/2) coûte en moyenne 650 $ par mois. En admettant que deux personnes optent pour une chambre supplémentaire, donc un 4 1/2 de même qualité dans un même quartier à 800 $, le total payé par chacun est quand même de 400 $ plutôt que 650 $. Bien qu'approximatifs, ces calculs sont réalistes, et le rapport grandeur-coût se ressemble sensiblement d'un logement à l'autre.
Chauffage, électricité, internet et câble

Les coûts de chauffage seront à peine plus élevés dans un 4 1/2 plutôt que dans un 3 1/2 et la demande en énergie ne sera pas plus grande parce qu'on est deux. Seule l'électricité pourra être consommée en plus grande quantité (une utilisation plus grande de l'eau chaude peut-être), mais de façon générale, la demande supplémentaire sera minime, et la facture partagée à deux. Il en va de même pour les abonnements pour le web ou pour la télévision.
Nourriture

On a l'habitude de dire: «quand il y en a pour un, il y en a pour deux.» À moins de décider de vivre de façon totalement indépendante de son colocataire (chacun son épicerie, chacun sa moitié de frigo), on n'achètera pas en doute. Il revient toujours moins cher d'acheter des aliments en grandes quantités, mais lorsqu'on vit seul, cette façon de consommer se traduit par du gaspillage.
Vacances

Il n'y a pas qu'à la maison où vivre seul coûte plus cher. La plupart des tarifs hôteliers sont offerts par chambre et non par personne. À l'occasion, on se fera facturer une vingtaine de dollars pour une personne supplémentaire, pour les coûts de literie ou de déjeuner. Si on se déplace en voiture, un passager ou mieux, un deuxième conducteur, épongera les coûts ou en permettant de partager la route en cas de fatigue.
Des alternatives

Des pistes peuvent être tentées pour combiner le désir de vivre seul, tout en profitant de certains avantages de la vie de couple ou en colocation. Des journées de cuisine collective où plusieurs se réunissent pour une corvée de bouffe. Certains ont aussi des systèmes favorisant les échanges entre voisins. Une pelle à neige, une tondeuse, plusieurs outils, une déchiqueteuse sont autant d'éléments ou accessoires qui peuvent profiter à tous. Pour les travailleurs autonomes, il est aussi possible de partager un espace de travail pour économiser les frais de bureau ou éviter d'encombrer son domicile.
@tico

Bien sûr que vivre seul ne fait pas faire d'économie 'loyer-chauffage-électricité-assurance-etc) Sans compter les sorties restau car occuper une table seul pas bien vu!!!! Voir le refus ??? Mais pourtant doit-on absolument se mettre en couple pour le "business" je ne le pense pas voir pire c'est la catastrophe assurée!!! mais si l'amour surmonte cela c'est un bonheur !!! Sinon il reste la "coloc" pas triste non plus!!!!!!
Si le seul but d être en couple se résout à partager les factures, c 'est pas beau beau !

c 'est une coloc déguisée, je préfère des tailles dans mon budget ou vivre en communauté avec des amis (es)
@nade

Nous avons lancé le débat car pas de réponse depuis le 12/08 malgré tout ce sujet demande un avis le but même d'un forum!!!!!!
nade2812 a écrit : Si le seul but d être en couple se résout à partager les factures, c 'est pas beau beau !
c 'est une coloc déguisée, je préfère des tailles dans mon budget ou vivre en communauté avec des amis (es)


OUI moi aussi et c'est ce que je vis .... un très grand appart' ... ou nous étions deux ... j'y suis maintenant seule cause divorce ... mais je m'y sens bien...
Il me coûte très cher .... bien sur, les charges augmentent et les retraites baissent ...
J'aime bien les pâtes pour le jour ou mes finances ne me permettront plus que cela ....
:lol: :lol: :lol:
@Gustine

Merci pour vôtre humour!!!! il est vrai que les pâtes peuvent être accompagnée de diverses façons "légumes-fruit de mer-etc" voir les recettes Italiennes un pur bonheur!!!!! Bon appétit à vous.
ticoconature1964 a écrit : Plus du tiers des Québécois vivent en «célibataires», ce qui a aussi un impact sur le portefeuille. Aperçu des dépenses qui pourraient être partagées en vivant en couple. La première économie à réaliser est celle des coûts liés au logement. C'est de ce côté que la différence est la plus flagrante. Un appartement à une chambre (3 1/2) coûte en moyenne 650 $ par mois. En admettant que deux personnes optent pour une chambre supplémentaire, donc un 4 1/2 de même qualité dans un même quartier à 800 $, le total payé par chacun est quand même de 400 $ plutôt que 650 $. Bien qu'approximatifs, ces calculs sont réalistes, et le rapport grandeur-coût se ressemble sensiblement d'un logement à l'autre.
Chauffage, électricité, internet et câble

Les coûts de chauffage seront à peine plus élevés dans un 4 1/2 plutôt que dans un 3 1/2 et la demande en énergie ne sera pas plus grande parce qu'on est deux. Seule l'électricité pourra être consommée en plus grande quantité (une utilisation plus grande de l'eau chaude peut-être), mais de façon générale, la demande supplémentaire sera minime, et la facture partagée à deux. Il en va de même pour les abonnements pour le web ou pour la télévision.
Nourriture

On a l'habitude de dire: «quand il y en a pour un, il y en a pour deux.» À moins de décider de vivre de façon totalement indépendante de son colocataire (chacun son épicerie, chacun sa moitié de frigo), on n'achètera pas en doute. Il revient toujours moins cher d'acheter des aliments en grandes quantités, mais lorsqu'on vit seul, cette façon de consommer se traduit par du gaspillage.
Vacances

Il n'y a pas qu'à la maison où vivre seul coûte plus cher. La plupart des tarifs hôteliers sont offerts par chambre et non par personne. À l'occasion, on se fera facturer une vingtaine de dollars pour une personne supplémentaire, pour les coûts de literie ou de déjeuner. Si on se déplace en voiture, un passager ou mieux, un deuxième conducteur, épongera les coûts ou en permettant de partager la route en cas de fatigue.
Des alternatives

Des pistes peuvent être tentées pour combiner le désir de vivre seul, tout en profitant de certains avantages de la vie de couple ou en colocation. Des journées de cuisine collective où plusieurs se réunissent pour une corvée de bouffe. Certains ont aussi des systèmes favorisant les échanges entre voisins. Une pelle à neige, une tondeuse, plusieurs outils, une déchiqueteuse sont autant d'éléments ou accessoires qui peuvent profiter à tous. Pour les travailleurs autonomes, il est aussi possible de partager un espace de travail pour économiser les frais de bureau ou éviter d'encombrer son domicile.


SE DEFENDRE :
votre problème est que dans la société ou l on vie celui qui décide des prix ces pas vous tous est pourtant votre cerveaux il ne réalise pas l importance de votre unique vois ou vote .
les prix a faire pousser des légume ou produire ne cesse pas de baisser mais vos produit sont toujours plus cher cela est dut au escroc industriel est système financier des usa qui comme seigneur et maitre de la terre avec lors vassaux d'Europe qu'ils impose a tous .
le sujet est sérieux faire l autruche c est se condamner l 'utilité est public ne plus acheter des produit que certain fabrique par lors méthode suicidaire contre les agriculteurs serais un bien pour tous a nous de leur demander d augmenter le prix pour nos agriculteur et de baisser pour nos achat les grosse marge qu'ils on encaisser doit revenir a ceux que font avancer notre monde
Effectivement en vivant seule, nous sommes seules à éponger les factures. Je parle en toute connaissance de cause car j'ai fait le choix de vivre seule.

J'ai ma maison, ma voiture les dépenses reliées à ces deux actifs et je préfère encore de loin à devoir tout assumer seule que de devoir composer avec un conjoint ou coloc.

Le fait de ne pas avoir à faire de compromis dans ma gestion de mon temps et de mes choix vaut son pesant d’or. Je préfère payer plus cher et avoir ce que je souhaite pour mon petit moi-même.

C’est un peu comme s’offrir un resto, on peut aller chez Valentine et avoir un lunch pour 6-7 $, on peut aller dans un resto un peu plus moyen comme su Score… et avoir un lunch pour 20 $ et on peut se payer une treat pour 75, 100, 400 $ le repas…. C’est une question de choix à savoir ce qui nous convient le mieux… l’argent ou la liberté?

Là j'ai 3 chambres à devoir faire repeindre…. Et devinez qui va choisir les couleurs sans demander d’avis?? Yes…Moi-même.

Il me semble que je travaille assez fort pour justement me faire plaisir… choisir pour moi… ce qui me plait à moi….

Pour les resto, on y va assez souvent en famille ( mes filles leurs conjoints… ou encore sortie en amis(es). Habiter seul ne veut pas dire de retirer de la société…. Ça veut juste dire habiter seul…et le meilleur, j'ai le total contrôle de la manette de la télévision :o)