Traîner en mauvais état sur cette terre, je n'en vois pas l'intérêt quand tout fout le camp. Cela coûte cher à la société pour le bénéfice de qui ?
Choisir le moment de sa mort et/ou laisser des directives si on craint de n'avoir plus la possibilité de se faire clairement entendre, c'est à chacun de voir ce qui lui convient.
Respecter ce que désire chacun serait faire preuve d'ouverture d'esprit. Tout le monde ne voudra pas du suicide assisté mais ceux qui y songent sérieusement doivent pouvoir y recourir sans aller à l'étranger. 
Sinon, en plus de la médecine à deux ou trois vitesses, on aura aussi une mort en fonction des revenus... 
@ Damkipik
Personnellement je n'ai pas d'état d'âme pour ce qui est de ce que "cela coûte à la Société".
Nos dirigeants et ex dirigeants nous coûtent aussi beaucoup et les prisons sont pleines de gens qui nous coûtent cher aussi....
L'euthanasie est´pratiquée clandestinement depuis longtemps par des médecins responsables en accord avec les familles et je les respecte. Savoir qu'ils ne vont pas pouvoir sauver un de leurs patients est ressenti comme un échec ...Je ne dis pas cela au hasard, un de ces médecins ayant abrégé la vie de mon père en 1988. J'ai eu une correspondance avec lui par la suite très touchante.
C'est peut-être le terme "euthanasie" qui choque. On peut en trouver un autre, mais j'espère vraiment que les discussions actuelles vont aboutir dans ce sens sans être obligé d'aller à l'étranger pour finir sa vie dignement.  
pour remonter , question interessante :D
@francou 
mauvais contrôle , je n'avais pas répondu ici , non plus !! relâchement !!!!!!
je suis pour l'euthanasie telle qu'elle est pratiquée en Belgique , mais je pense que la question et la réponse doivent être récente (cf le cas HUMBERT) , qui pouvait prévoir un décès aussi prématuré , et qui peut assurer qu'au moment de passer à l'acte , le patient sera encore dans les mêmes dispositions , j'ai de gros doutes ...............
Il faut creusé  et ne pas se lancer , dans ce domaine , on a pas le droit à l'erreur 
bonne soirée  
Mon défunt époux a demandé trois fois l'euthanasie ; bien sûr elle lui a été refusée ....il a vécu son calvaire jusqu'à la fin disons presque naturelle après un coma de 5 jours  , l'équipe médicale a été exemplaire pour lui permettre de quitter sa vie en douceur !

Donc pas d'euthanasie mais une aide discrète pour éviter des souffrances atroces! je les en remercie


  
comme dit chrissoune , c'est le mot qui fait peur , suffirait juste de lui donner un autre nom  :?:
Extrait de Rue 89

« Tu ne tueras point »

Une du Monde, 10 mars 2015

Pourquoi les députés sont-ils donc si prudents ? La réponse est connue. Elle s’étalait, voici quelques jours, à la une du Monde, dans un texte signé par cinq dignitaires assurant représenter la plupart des religions pratiquées en France (sur la représentativité réelle de ces organisations, voir l’une de nos dernières émissions), et fortement titré : « L’interdit de tuer doit être préservé ».

Sans doute les non-croyants sont-ils aujourd’hui majoritaires en France. Mais voilà. Ces organisations existent. Il faut les ménager. Et donc, légiférer à mots couverts. Est-ce un mal ? Est-ce un bien ? Si cela permet de parvenir à peu près à mourir ensemble..

Ce serait plus simple si on pouvait mourir de rire!
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
Le terme "sédation profonde " est moins effrayant que celui d'euthanasie ,mais le résultat est le même , il s'agit d'une mort programmée , assistée et pratiquée .


 Kalifourchon ,  ah que cela me conviendrait bien de mourir dans un éclat de rire ., mais faut pas rêver§§
Bonne soirée et WE
 
lainedever a écrit : Si c'était un choix personnel, j'aimerais qu'on me l'accorde. J'ai le droit de vivre et de mourir dans la dignité. Je préfère ça qu'être un poids pour mes proches.

Je suis d'accord!! 
Coucou tous !
Je fais le parallèle - attention je ne dis pas que c'est le même problème - avec l'IVG , très largement pratiquée clandestinement et punie de prison si découverte ....
La loi est passée dans l'esprit que les femmes ont le droit de disposer de leur corps et elle a toujours ses détracteurs ( je respecte ).
Dans le même esprit, je pense qu'on peut dire que chaque être humain à aussi le droit de disposer de sa vie ( suicide assisté ) . La grande difficulté consiste à savoir si la personne est mentalement capable de décider de sa mort ...et sinon, peut-on prendre à la lettre des directives qui auraient été données alors qu'elle était en pleine santé ?
Que de questions douloureuses ! et bien sûr, Kali, la question religieuse est loin d'être négligeable. 
Un mourant, maintenu artificiellement en vie, rapporte beaucoup à l'hôpital, aux médecins, aux infirmiers, et au personnel soignant en général, et un mort, rien du tout, alors pour faire durer, tous les arguments sont bons : "ah oui, il a dit ça quand il était en bonne santé, mais maintenant, il ne dirait pas ça, donc je fais comme je veux". Comme s'ils savaient ce qu'il dirait maintenant.

Si on va par là,

les notaires pourraient aussi utiliser le même argument pour disqualifier les testaments et distribuer les biens du défunt comme bien leur semblerait,

les mariés voulant annuler leur mariage pourraient aussi argumenter : "oui, j'ai signé un texte en mairie, mais j'étais jeune à l'époque, je n'avais pas bien conscience de ce que je signais, donc ça compte à rien."
Suicide assisté pour les gens en pleine conscience qui le décident afin de mettre fin à des souffrances qui vont les détruire à petit feu ; dose létale de somnifères pour ceux qui ont donné des directives précises du temps où ils étaient encore en forme et qui se retrouvent, après accident ou maladie brutale, dans un état végétatif qui de toute façon aboutit à la mort. Je suis pour ces deux options et je vais songer à faire rapidement les papiers nécessaires. Dans le premier cas il faudra encore attendre. Dans le second je veux que tout soit clair et net afin que personne ne puisse entraver ma liberté de mourir comme je l'entends. Je persiste et je signe. Je ne veux surtout pas traîner dans un lit à attendre une délivrance que certains médecins font tout pour l'éloigner.
L'Assemblée nationale adopte la proposition de loi sur la fin de vie

Par LEXPRESS.fr avec AFP, publié le 17/03/2015 à 16:13, mis à jour à 19:14

Les députés se font l'écho du souhait quasi-unanime des Français d'autoriser l'endormissement de malades en phase terminale, lorsque leurs souffrances ne peuvent être apaisées. En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/societ ... wyFtFtA.99

BRAVO ! 
C'est un bon debut ! En effet il était temps.
Reste à découvrir le texte....car le terme en phase terminale ....ce ne sera pas pour des patients condamnés et encore sur leurs jambes et ayant encore leurs têtes......mais bon c'est un bon debut ... 
C'est une simple amélioration de la loi Léonetti précédente.
 Il y a ceux qui voient le verre à moitié plein et ceux qui le voient à moitié vide...  :mrgreen: