Mitterrand avait dit "je serai le dernier président de la France, les autres ne seront que des comptables".
Voilà, on y est.
L'Europe restera, les échanges favorisent les affaires, le coeur et le poumon du monde.
Il est vrai que Mitterrand ne lisait jamais aucun ouvrage d'économie, ni macro (celle des Etats), ni micro (celle des entreprises). Il a toujours exprimé un souverain mépris pour les choses bassement matérielles telles que le pouvoir d'achat des petites gens (alors que, pour lesdites "petites gens", c'est évidemment une préoccupation majeure, quasi quotidienne).
La prochaine cristallisation crisique, ça va être la ... Turquie qui n'est pas en état de régler ses échéances "comptables" (sa dette arrivée à échéance de 150 milliards de dollars). Or, pour l'essentiel, ce sont des banques européennes qui sont les prêteuses ! Comme elles doivent se soumettre aux contraintes dites "de Bâle III" (ratio Cook de fonds propres) et qu'elles n'en ont pas les moyens, il va falloir que, d'une façon ou d'une autre, les "petites gens" mettent la main à la poche ! Quand d'aucuns s'évertuent à répéter que toute politique dite "d'austérité" est nécessairement "sans fin" (un accroissement de l'austérité appelle tôt ou tard un nouvelle accroissement de cette même austérité ...). Il en sera ainsi aussi longtemps que l'on considérera l'argent non comme un moyen de facilitation de la circulation des biens et des services (les "marchandises" dont parlait Marx) mais comme une fin en soi (l'argent est, depuis longtemps déjà, traitée comme une marchandise comme les autres qui peut donc être achetée ou vendue).
Bonjour
Dans son article à 0h22 Jacques laisse entrevoir , l'éclatement de l'Europe
qui peut être une réalité aujourd'hui , avec le changement politique en Italie
et la CSU en Allemagne
Le prochain sommet Européen va devoir définir une politique pérenne sur ce fléau
qu'est "immigration"
En son temps Roccard a dit "la France ne peut supporter la misère du monde "
les récents événements de "l'acquarius " ont montré une volonté d'en finir avec ce qui convenu d'appeler l'immigration sauvage
En Allemagne la coalition CDU - CSU est sur un fil
Et si des mesures draconiennes ne sont pas prises , ce sont des millions de migrants qui vont se déverser sur les berges nord de la Méditerranée
qu'en pensez vous
...Très intéressant tous vos coms ! :!:

@ Rainbow...ta question est une des plus importantes de ces dernières heures !
POURQUOI SE LE CACHER ?...le moment est grave !

S'en foutre ?...c'est une solution...!
Mais nous ne ferons pas FACE TOUT SEUL !
Nous sommes le pays qui a accueilli le plus de migrants et nous nous rendons compte des problèmes et des obligations que cela entraîne !

Nous devons faire front commun, comme au foot !...le collectif avant l'individualisme !
Merkel en opposition avec ses ministres le comprend sûrement !

En politique les FRONTIÈRES DOIVENT EXISTER !
Sinon pas de projet européen constructif et c'est toute la zone euro qui se fragilise !

- Défense européenne
- Banques menacées par crise financière (se rappeler de 2008)
- Convergence de l'impôt société ?

(...et attention à l'Amérique, celle de Trump...!)

De nouveaux accords francos-allemands sont nécessaires...
Mais Merkel et Macron, nos deux dinosaures, feraient bien de regarder la réalité économique de l'Europe au lieu de s'instituer "caracoleurs" de tête !

La politique, c'est d'abord une étique de responsabilités. Il y a des règles.

Sinon, nous risquons sous peu de voir un des deux sortir de l'Euro !

:!:

2/3
Juridiquement, il n'est pas possible de sortir de l'euro ... Pour y parvenir, il faut, D'ABORD, sortir de l'Union Européenne. Ensuite, la sortie de l'euro se fait d'une manière "naturelle".
Un pays, un seul, a pour monnaie "nationale" l'euro alors qu'il n'est pas membre de l'Union Européenne. C'est le Monte Negro, ancienne république yougoslave, juste en dessous de la Croatie.
Si l'Union Européenne devient un frein ou, pire encore, un obstacle à l'accroissement de puissance de l'Allemagne, celle-ci sortira de l'Union Européenne puis de l'Euro.
Les conditions politiques ne sont pas réunies pour que la France puisse décider de sortir de l'Union Européenne.
Et "Up !" ... L'Allemagne est inséparable de l'Italie. L'un des leaders italiens s'appelle Salvini. Ca commence comme "Salve, Regina !" Pourquoi pas "Salve, Angela !" ?
chayonne a écrit : ...Très intéressant tous vos coms ! :!:

@ Rainbow...ta question est une des plus importantes de ces dernières heures !
POURQUOI SE LE CACHER ?...le moment est grave !

S'en foutre ?...c'est une solution...!
Mais nous ne ferons pas FACE TOUT SEUL !
Nous sommes le pays qui a accueilli le plus de migrants et nous nous rendons compte des problèmes et des obligations que cela entraîne !

Nous devons faire front commun, comme au foot !...le collectif avant l'individualisme !
Merkel en opposition avec ses ministres le comprend sûrement !

En politique les FRONTIÈRES DOIVENT EXISTER !
Sinon pas de projet européen constructif et c'est toute la zone euro qui se fragilise !

- Défense européenne
- Banques menacées par crise financière (se rappeler de 2008)
- Convergence de l'impôt société ?

(...et attention à l'Amérique, celle de Trump...!)

De nouveaux accords francos-allemands sont nécessaires...
Mais Merkel et Macron, nos deux dinosaures, feraient bien de regarder la réalité économique de l'Europe au lieu de s'instituer "caracoleurs" de tête !

La politique, c'est d'abord une étique de responsabilités. Il y a des règles.

Sinon, nous risquons sous peu de voir un des deux sortir de l'Euro !

:!:

2/3



@ Chayonne tu as raison... difficile de s'en foutre ! :)

Si les responsables politiques des 28 états la jouaient collectif plutôt qu'individuel, ne se souciant que de leurs propres intérêts économiques ou électoraux, l'UE serait en mesure d'éviter le "ras l'bol" des terres d'accueil bien délaissées... Les Ponce Pilate risquent de nous entraîner vers des lendemains qui déchantent à la grande satisfaction de notre copain Trump.

@Jacques je te trouve quand même un peu pessimiste même si ton scénario est plausible, on n'en est pas encore à voir exploser l'euro... attendons les résultats du sommet de la fin juin. Sait-on jamais ?
Enfin un problème où visiblement il y a consensus
L'immigration des cotes Libyennes est devenue un trafic commercial , et un ministre Italien a dénoncé une connivence entre des ONG et des passeurs .
Il est temps de dire halte à cette immigration "économique " car à 95% les migrants fuient une misère instaurée par des dictatures locales
L'Italie a eu raison de dire " NON " à l'acquarius
il faut que nos gouvernants aillent dans de sens , et les solutions à trouver
sont en Afrique
Le problème de l'immigration manifestement "économique" et non pas "protection des vies menacées par le pouvoir politique de certains pays" (ce qui est le fondement du droit d'asile ...) est différent du problème de l'euro ...
S'il y a monnaie commune, il ne peut y avoir que politique économique commune. L'un ne va pas sans l'autre.
Juridiquement, l'Allemagne a raison : le déficit public annuel (autrement dit le dépassement des dépenses par rapport aux recettes qui est une grandeur de "flux") d'un Etat ne peut dépasser 3% du PIB de cet Etat; la dette publique (autrement dit le "stock" de dette de ce même Etat) ne peut dépasser 60% du PIB de cet Etat ... L'Allemagne respecte ces critères, tant le déficit annuel que le montant de la dette elle-même. La France ne respecte pas le critère du "stock" de dette !
Cette question mérite un développement bien plus long.
Bonjour, si je peut dire un petit mot...moi qui voyage beaucoup et surtout en afrique dite "noire" je pense que les milliards que donne l'europe occidentale pour contribuer a 'l'immigration non controlée seraient plus utiles si on aidait ces peuples ..chez eux, écoles, entreprises, améliorations de leurs conditions de vie.
Ils aiment leurs pays avant tous, maintenant pour les pays en guerre ?????.
(PS je ne suis surtout pas raciste , mais c'est mon ressenti pendants mes périples)
...

@Rainbow1000 ...

" Si tu donne un poisson à un homme, il se nourrit une fois,
Si tu lui apprends à pêcher, il se nourrit toute sa vie "

Lao-Tseu

En effet, la situation est davantage à considérer sous cet angle ...

Image
Bien sûr, nous ne pourrons plus continuer à verser des subsides à l'Afrique sans mettre des règles quant à l’utilisation de l'argent ( achat de belles voitures pour les dirigeants???? Autre?....)

" Tandis que la planète est chaque jour
dépecée de ses forêts, écumée de ses poissons,
que la terre nourricière est détruite,
que la nature est empoisonnée de
mille manière, le tambourin du développement
durable raisonne partout et entretient
dangereusement l'illusion.
(Pierre Rabhi)

D'autre part, il faudrait réfléchir à une meilleure répartition et utilisation des ressources.... en voie d'épuisement, ne l'oublions pas!
Je suis d'accord avec ce que tu as écrit Patrick, il faut trouver des solutions sur place pour les aider car comme nous tous , ils se plaisent chez eux...
Ici, les migrants de Calais dont descendus à Ouistreham pour essayer d'embarquer sur les ferries pour rejoindre l'Angleterre. Ouistreham à renforcé le service de police et à longueur de journée, ils les éloignent à vers l'entrée de la ville et des qu'ils sont partis, ils reviennent tranquille et comme ça toute la journée. ...c'est tout ce qu'ils ont trouvé. ...c'est navrant !!
Bien sûr que les solutions viennent des états africains eux-mêmes.... sauf qu'actuellement les subsides venus d'ailleurs passent par le tonneau des Danaïdes.
Chacun sait aussi que certains gouvernements corrompus arrosent généreusement en retour les campagnes présidentielles de nos respectables chefs d'état... ainsi la boucle est bouclée, on n'en sort pas.
Et pendant ce temps... d'autres se noient...
Il serait grand temps de trouver des soluces à court, moyen et long terme.
Des solutions ? Certes ! Lesquelles ?
Par exemple :
1. Instruction des dossiers de migration dans le pays de départ (et non dans le pays d'accueil choisi).
2. Dans les situations d'urgence (les vrais "réfugiés", les vrais "demandeurs d'asile"), instruction du dossier par les autorités du pays choisi par le réfugié et non par le pays où il débarque le premier jour ... Car, à ce compte, c'est l'Italie qui "ramasse" presque tout le monde. Pour le comprendre, il suffit de regarder une carte !
Quantité d'autres mesures, hélas désagréables doivent être mises en oeuvre telles, par exemple, la prise des empreintes génétiques (ADN) afin qu'un refoulé ne puisse espérer revenir ... (Pas drôle, hein ! Mais néanmoins nécessaire si on ne veut pas une foudroyante montée en puissance de l'extrême droite aux élections ...).
Dès l'instant que l'on aborde les solutions très concrètes, on a vite fait d'être catalogué puis insulté, vilipendé ... sans jamais pouvoir prendre connaissance des solutions préconisées par ceux et celles qui injurient, insultent et vilipendent ! Et pour cause : elles n'ont RIEN à proposer !