Léo, douter de son doute, c'est multiplier le doute et comme moins par moins = plus, cela revient à dire que le doute (négatif) devient positif ? 
Ôtez moi d'un doute .... :lol:  
C-EST-Y-PAS-BEAU-L-AMOUR (1).jpg


 
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
Image
Bonjour,

Et si le doute n'était qu'un hommage rendu à l'espoir ? 
Le doute est naturel chez tout le monde dès l'instant où il y a question.
Qui s'interroge sur tout peut être amené à douter des réponses données par autrui.
Tu doutes, tu cherches ta réponse, tu trouves et tu es apaisé.
On peut douter de soi même ce qui est bien plus grave et dans ce cas là, il n'y a qu'une chose à faire, se bousculer, se secouer pour se prouver à soi même qu'il n'y avait pas à douter.
Le doute dans sa normalité ne perturbe pas une vie mais, le doute sur tout, tout le monde et tout le temps entraine la personne vers son enfer.
Il est sage de douter, cela peut être par instinct, on peut douter de la sincérité d'une personne, la sentir peu fiable et cela grâce à notre sensibilité, notre instinct et là, oui abstenons nous....
Le doute ne pose pas de problème dès l'instant où il n'envahit pas nos vies, le doute est naturel et nous permet de nous interroger un peu plus, nous creuser la cervelle...
Doutons pour notre bien mais, ne doutons pas dans la continuité, il doit être éphémère, passager et ne jamais nous ronger...
Image
Pas totalement d'accord avec @luneblanche, il existe nombre de gens qui ne sont pas sujets au doute, pour qui toutes les réponses précèdent les éventuelles questions. Il y a le doute "méthodique" tel que l'a posé Descartes, qui n'a rien à voir avec les douleurs "existentielles" ou pire, la suspicion (un "doute" qui concerne exclusivement et systématiquement... "les autres", qui deviennent du même coup un "enfer" bien mérité ;)). Douter systématiquement, positivement, ce n'est pas se méfier de tout ni vivre dans l'incertitude permanente, c'est juste le seul moyen de ne pas faire fausse route, de ne pas se laisser dominer par le sensationnel, ni conditionner par des idées "dominantes", mais incohérentes. C'est un morale, en quelque sorte... avec laquelle il vaut mieux vivre en paix, en acceptant que la vérité ou les choix ne soient que provisoires. Ca n'empêche pas de vivre et d'aimer, de se passionner, pas plus que le fait de savoir que le pianiste vient de jouer une quinte diminuée, et non un accord mineur, ne nuit à la jouissance très "intuitive" - je dirais même "physique" - de la musique.
  oui...non...euh....
...ou encore : "p'têt ben qu'oui, p'têt ben qu'non"....finalement... :?: :!: :arrow:
   Va savoir, hum!
Doute que les étoiles soient de feu,
Doute que le Soleil se meut,
Doute que la verité mente elle-même
Mais ne doute pas que je t'aime.
-- (Hamlet de William Shakespeare)
F questions.png
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
Einzige1 a écrit : Je préfère le doute à la certitude,( sauf en matière de relations humaines  car douter de quelqu'un est quelque peu destructeur.) Mais pour la Connaissance, douter fait avancer. La certitude empêche d'évoluer dans ses idées , ses pensées et ses réflexions... Enfin, c'est comme cela que je conçois le doute!

Je crois bien que c'est Nietzsche qui a dit : ce n'est pas le doute qui rend fou, mais la certitude
rodin0.jpg


" JE DOUTE DONC JE FUIS "
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
.





Doute

( relevé sur un blog approximatif...)
définition...bienséance...tergiversation...
mais quand même...
préconisé par J. P. Gaultier...
faut voir...





menager.JPG


les beaux jours vont revenir...
si, si...



















:wink:
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.