Merci à tous pour vos contributions, cela fait plaisir.
Certes, on retrouve les antagonismes de toujours, et on sent bien que nul discours n'influera sur aucun, surtout sur les avis les plus tranchés.

J'aime bien l'histoire, notamment la rencontre de Yalta, où Churchill avait négocié en aparté avec Staline, pour que l'un récupère la Roumanie, et le second la Grèce. Bilan, il y a eu une dictature de gauche en Roumanie, et une dictature de droite en Grèce. Je ne sais quelle fut la plus méprisable.

Je crois que le fond du problème ne tient pas forcément à quelque théorie politique, et ce d'autant plus que nous avons pu constater que nos hommes politiques n'hésitent pas à réaliser exactement l'inverse de ce qu'ils affichent lors de leur débats ou discours. Par contre, je suis persuadé que le problème se pose beaucoup plus pragmatiquement en terme de lutte des classes. Les classes dirigeantes ont oeuvrés depuis fort longtemps pour généraliser une terrible apathie politique, et cela leur laisse à présent les mains libres pour faire toutes les saloperies du monde sans que personne ne soit audible pour s'y opposer. Le totalitarisme ambiant est étouffant, et le système est tellement verrouillé qu'il faudrait une véritable révolution pour en sortir, avec tout ce que cela suppose comme violences, ignominies, ...

Pour positiver, je dirai que lorsque je vois tout cela, je suis content d'être vieux et d'habiter au fin fond du pays.