Coronavirus. Malgré le confinement, un couple contrôlé en pleins ébats dans une voiture

Le confinement imposé par l’État pour contrer l’épidémie du nouveau coronavirus ne semble pas effrayer tout le monde. Pour preuve, un couple a été surpris par les forces de l’ordre, lundi 23 mars en pleins ébats sexuels dans une voiture, à Muret, près de Toulouse. Ils étaient garés sur le parking d’une aire de loisirs.

La Dépêche du Midi raconte que ces deux trentenaires, sans attestation pouvant justifier leurs actes, ont été verbalisés par les gendarmes de Haute-Garonne. Montant de l’amende : 135 € chacun.
J'ai entendu parler de connaissances d'un ami, qui avaient juste discuté sur un des nombreux sites de rencontre, et ayant "des envies", se sont rencontrés, chez l'un d'eux, en pleine période de confinement.
Quel civisme et inconscience (à mon sens)
Coronavirus. Niveau excuses… les policiers en entendent des vertes et des pas mûres............« Je suis sportif de haut niveau et il faut que je m’entraîne »

« C’est autorisé à proximité du domicile, non ? » Les policiers lui demandent : « Et vous habitez où ? » « Dans la commune voisine… »

Lors d’un autre contrôle, les agents rappellent à l’ordre un homme : « Monsieur, la pêche est interdite. » Et le contrevenant de répondre : « Oui, mais je fais mon activité sportive. »

Certains on choisit de prôner l’innocence pour se défendre : « Monsieur, je ne suis pas au courant que c’est interdit, qu’est-ce qu’il se passe ? Chez moi, je n’ai pas de télé ! » Ou encore : « L’interdiction, ce n’est que pour les personnes âgées non ? »

Une autre fois les policiers s’étonnent en regardant l’attestation : « Pourquoi vous avez tout coché ? » « Je ne savais pas quoi cocher, du coup j’ai tout coché. »

Tous ceci est rigoureusement authentique !!!
Voici d’autres excuses que les policiers ont entendues ces derniers jours :

« Ce n’est pas interdit chez nous, ici nous sommes en Bretagne, pas à Paris ! »

« Je ne fais rien de mal, je suis seul à la plage. »

« Vous pouvez me contrôler, ce n’est pas grave, je suis contaminé. »

« On ne fait rien de mal, on se fait juste un petit repas barbecue et apéro entre amis ! »

« J’ai vu que c’était interdit, mais j’ai l’habitude de venir ici. »

« Je fais ce que je veux, je n’ai d’ordre à recevoir de personne. »

« Je n’ai pas d’attestation car je n’ai pas d’imprimante. »

« Je vais laver ma voiture à la station de lavage, car ma femme ne peut pas se rendre au travail avec une voiture sale. »

« L’interdiction, ça ne concerne que les personnes malades, monsieur. Moi, je ne le suis pas. »
Nos gouvernants aussi " tripatouillent " les informations avec la plus grande désinvolture.
Les sondages de confiance ne plaident pas en leur faveur.