Si mes libertés sont très encadrées, ma Liberté me permet tout, sur tout, surtout.
Penser sans mot dire c'est comme boire sans soif, c'est saoulant !
Les hommes naissent libre et égaux en droit. Après ils se démerdent .....

Je sais plus de qui c'est ...
TitoFuente a écrit : Les hommes naissent libre et égaux en droit. Après ils se démerdent .....

Je sais plus de qui c'est ...


Jean Yanne
Je viens de lire tous vos posts avec énormément de plaisir et beaucoup d'attention.
Parlant uniquement de liberté individuelle dans un pays civilisé, le nôtre, je dirais que chacun a sa propre conception et surtout son propre ressenti de la liberté ou du manque de liberté, étroitement liés à notre éducation, notre conscience, nos croyances, le contexte dans lequel nous vivons (temps de guerre ou de paix), notre position sociale ou professionnelle, notre tranche d'âge , notre force ou notre fragilité...- la manipulation psychologique chez les plus fragiles peut inhiber jusqu'à la liberté de penser -
Comme Domie, je ne suis pas assez douée pour développer plus avant (enfin, c'est elle qui le dit ! ) car j'ai largement dépassé l'âge des dissertations philosophiques, et comme le dit aussi Epsilon : "même une bêtise amène souvent une réflexion", je me suis lancée quand même ! :wink:
tu te debrouille plutôt pas mal pour exprimer ton ressentit..meme si philemon 45 est carrément au dessus du lot.)..
avec mes mots, je dirais que la liberté cesse quand l'homme pense..
modus46 a écrit : tu te debrouille plutôt pas mal pour exprimer ton ressentit..meme si philemon 45 est carrément au dessus du lot.)..
avec mes mots, je dirais que la liberté cesse quand l'homme pense..

Mon but n'est évidemment pas d'égaler Philémon45, qui est inégalable... :)
Si j'ai bien compris ton raisonnement, il ne faut plus penser pour se sentir libre. C'est peut-être cette conception qui mène à la drogue, non ?
j'ai un peu simplifié la chose ..je veux simplement dire qu'a partir du moment ou l'homme a commencer a penser.., la liberté a fini d'exister..
modus46 a écrit : j'ai un peu simplifié la chose ..je veux simplement dire qu'a partir du moment ou l'homme a commencer a penser.., la liberté a fini d'exister..


ça me rappelle une chronique de Cavanna dans Hara-kiri où, parlant de l'homme, il l'avait intitulée "Et le singe devint con"
modus46 a écrit : j'ai un peu simplifié la chose ..je veux simplement dire qu'a partir du moment ou l'homme a commencer a penser.., la liberté a fini d'exister..

Je me demande quand l'homme a't-il commencé à penser ???? je pinaille... laisse tomber :)
la liberté est un leurre puisque nous avons une empreinte indélébile due à notre physique, notre milieu social,notre civilisation, mais essayer d'admettre les limites de la liberté, c'est s'en approcher
jade38000 a écrit : la liberté est un leurre puisque nous avons une empreinte indélébile due à notre physique, notre milieu social,notre civilisation, mais essayer d'admettre les limites de la liberté, c'est s'en approcher


D'accord dans l'esprit... mais je dirais plutôt que c'est à partir du moment où on a admis qu'elle ne peut être QUE relative qu'on y accède. Non pas en se rapprochant d'un idéal imaginaire, mais en la vivant concrètement, en revendiquant le choix de nos obligations et nos devoirs.
Je n'ose pas imaginer ce que pourrait être une liberté absolue, ça me fait froid dans le dos.
Philemon45 a écrit :
jade38000 a écrit : la liberté est un leurre puisque nous avons une empreinte indélébile due à notre physique, notre milieu social,notre civilisation, mais essayer d'admettre les limites de la liberté, c'est s'en approcher


D'accord dans l'esprit... mais je dirais plutôt que c'est à partir du moment où on a admis qu'elle ne peut être QUE relative qu'on y accède. Non pas en se rapprochant d'un idéal imaginaire, mais en la vivant concrètement, en revendiquant le choix de nos obligations et nos devoirs.
Je n'ose pas imaginer ce que pourrait être une liberté absolue, ça me fait froid dans le dos.


la liberté ne peut être un idéal imaginaire : elle est en théorie la possibilité de choix, en théorie tous les choix possibles, plus il y en a plus on est "libre", les "carcans" sont rassurants...
[b]Je n'ose pas imaginer ce que pourrait être une liberté absolue, ça me fait froid dans le dos.[b]
Appelons un chat, un chat!!! La loie de la jungle, un révolver dans chaque boite à gant de nos voitures et nous avons le résultat garanti et je ne traverse aucunes frontières pour donner des exemples.
epsilon17 a écrit : [b]Je n'ose pas imaginer ce que pourrait être une liberté absolue, ça me fait froid dans le dos.[b]
Appelons un chat, un chat!!! La loie de la jungle, un révolver dans chaque boite à gant de nos voitures et nous avons le résultat garanti et je ne traverse aucunes frontières pour donner des exemples.


Tu m'as compris ;)
modus , je ne cautionne tes dires, en effet en effet la gestion de la liberté -donc ses limites-EST liée
à la PENSEE QUI SEULE nous fait apprécier l'ivresse de ses expressions et situations .

.