il m'arrive de drôles de préssentiments qui se sont toujours révélés vrais!! je crois aux esprits et je sais que mon ange gardien m'écoute et me guide,c'est moi qui ne l'entend pas toujours...j' attend vos témoignages..
Je crois aux mêmes choses par force car quand certaines choses vous arrivent vous êtes bien obligée de vous rendre à l'évidence et d'apprendre à vivre avec...
J'ai toujours pensé, et j'ai lu, que nous ne savons nous servir que 10% de notre cerveau, mais les 90% cachés sont les plus intéressants et nous servent inconsciemment.............
[quote="patypilar"]il m'arrive de drôles de pressentiments qui se sont toujours révélés vrais!! je crois aux esprits et je sais que mon ange gardien m'écoute et me guide,c'est moi qui ne l'entend pas toujours...j' attend vos témoignages..[/quote]

Avec la maladie de mon mari et son décès il y a bientôt 37 ans au total ..je voulais rester en contact post mortem. En bon gémeau, je me suis lancée tout azimut pour trouver à continuer ma vie ensemble.... J'ai lu, fait des expériences, des bonnes, des mauvaises...pendule, écritures automatiques, cartes..prières aux anges...tout est intéressant même si la voix au final ne doit être que la spiritualité, je me perds un peu en cherchant quelle sera pour moi la meilleure méthode pour arriver rapidement à la plénitude !! Mon but n'est plus tout à fait le même, il a évolué avec le temps .
fleuriane a écrit :
patypilar a écrit : il m'arrive de drôles de pressentiments qui se sont toujours révélés vrais!! je crois aux esprits et je sais que mon ange gardien m'écoute et me guide,c'est moi qui ne l'entend pas toujours...j' attend vos témoignages..


Avec la maladie de mon mari et son décès il y a bientôt 37 ans au total ..je voulais rester en contact post mortem. En bon gémeau, je me suis lancée tout azimut pour trouver à continuer ma vie ensemble.... J'ai lu, fait des expériences, des bonnes, des mauvaises...pendule, écritures automatiques, cartes..prières aux anges...tout est intéressant même si la voix au final ne doit être que la spiritualité, je me perds un peu en cherchant quelle sera pour moi la meilleure méthode pour arriver rapidement à la plénitude !! Mon but n'est plus tout à fait le même, il a évolué avec le temps .


Je pratique l'écriture automatique depuis 4 ans maintenant mais malheureusement on n'est jamais sur qui nous parle, esprit d'un défunt proche, esprit malsain. C'est pourquoi je ne veux pas parler à mes proches décédés récemment je me contente de l'esprit de mon ange gardien. Une seule chose m'a aidé à supporter l'absence d'un proche c'est qu'on se retrouvera dans l'au-dela et ça c'est très réconfortant, pour moi c'est la seule chose positive de cette communication spirituelle..
Je suis tout à fait d'accord avec vous et c'est aussi pourquoi je parle de mauvaises expériences. Il faut être bien en connexion avec la lumière, alors que bien souvent c'était un SOS mal être...
je remercie toutes les ppersonnes qui ont répondu à mon message...je tire les cartes tous les jours pour me guider...
Comme le chien n'avait pas encore débarqué dans ce jeu de quilles : ce qui m'amuse avec les rêves prémonitoires, et par extension les intuitions et prédictions concernant le futur, c'est qu'on se les rappelle toujours après que l'événement s'est produit ;)
La faculté de voyance trouvera son explication physique, ou physiologique, un de ces jours, je ne pense pas qu'il y ait là un grand Mystère à la clé. La médiumnité sera alors peut-être perçue comme une capacité plus ou moins maîtrisée, et revêtant différentes formes. Face au doute plus que cartésien de Philémon je raconterais bien une ou deux de mes "petites" expériences en ce domaine mais cela prendrait trop de place; j'ai fait quelques années d'études en sciences et ai essayé de rationaliser ce que je vivais de temps en temps et que des profs balayaient d'une main experte...en vain! En désespoir de cause je suis allée consulter un psychiatre pour avoir le cœur net sur ma santé mentale. Lui aussi a accueilli mes "histoires" avec un petit sourire en coin retenu, jusqu'à ce qu'il finisse presque sorti de son cher fauteuil tant il était penché vers ce que je décrivais, et sur sa figure plus aucun sourire; il m'a rassurée sur ma santé mentale, m'a annoncé qu'il ne pouvait rien pour moi...mais que les seuls à pouvoir m'apporter une réponse seraient les Lamas de la lamaserie tibétaines de Plouray... Le psy était un vieil habitué des maladies mentales, quelqu'un à qui "on ne la fait pas!", une pointure sur la région. Alors quand je vois poindre l'humour voilé de dédain je repense à cette consultation et ne m'étonne plus des "ressentis" plus que présents à la mort de gens proches, ou autres situations tout aussi troublantes. On ne peut pas convaincre ceux qui n'y croient absolument pas; on ne peut qu'attendre qu'ils fassent leur propre expérience et, alors seulement, ils rejoignent le groupe de ceux qui savent mais qui ne peuvent convaincre...et ainsi de suite. Jusqu'alors on ne peut rien démontrer scientifiquement mais peut-être qu'un jour les imageries du cerveau pourront capter les fantômes qui se promènent chez certains. Ils auront moins l'impression d'être tenus pour des attardés adeptes de séries américaines (hum! soyons clairs je ne dis pas ça pour Philémon!) :mrgreen: .
Le hasard n'existe pas ! En effet, toute occurrence peut s'expliquer par l'enchaînement voire la combinaison de faits avérés..., reste à les connaître tous pour pouvoir dire quel sera le prochain.

Un rêve prémonitoire serait possiblement le résultat de l'intégration raisonnée de faits multiples permettant de "voir" plus ou moins clairement ce qui va (doit) s'ensuivre dans un contexte particulier. Auquel cas la "médiumnité" serait ni plus ni moins la capacité de connaître lesdits faits et de se les approprier à des fins "divinatoires" (?) dans un rêve prémonitoire éveillé. Reste à découvrir les conditions d'une telle appropriation.

Pour ma part, j'ai eu une période assez riche en rêves prémonitoires, rêves que je racontais à mon épouse à mon réveil pour plus de "vérité" alors qu'à plusieurs reprises j'avais été moi-même surpris de la grande précision de ces "visions" anticipées. Il faut dire qu'à cette époque j'étais très préoccupé par des problèmes professionnels et vivais sous l'emprise d'un stress énorme.
Je ne tiens pas à pointer le vilain nez de mon rationalisme borné partout, mais juste pour le plaisir de dire que ce que vous écrivez m'intéresse... je ne suis déjà pas d'accord avec Ponpon sur l'idée que le hasard n'existe pas. Qu'il n'y ait pas d'effet sans cause, oui, mais que cette relation de causalité soit définissable, et donc prédictible (ou pire : déterminée), je ne vois pas de raison de le postuler.
Mon premier commentaire concernait principalement les fluctuations dont la conscience, et donc la mémoire, sont souvent victimes. Il m'est souvent arrivé de me remémorer des événements anciens avec une extrême précision, et de m'apercevoir par la suite, par recoupement logique et surtout, chronologique, qu'ils n'étaient pas intervenus dans l'ordre, ni selon le rapport de causalité que j'avais imaginé au départ. Et même, à l'extrême, qu'ils ne s'étaient jamais produits, qu'ils n'étaient qu'un assemblage d'éléments plus ou moins liés entre eux que j'avais "reconstruits" de manière fantaisiste. Ceci, juste en guise de poil à gratter (et en particulier par rapport à une émission de télé qui m'exaspère) en direction de ceux qui admettent des glissements ou raccourcis spatio-temporels, mais ne s'interrogent pas sur la fiabilité de leur mémoire - la conscience pouvant parfaitement créer l'image rétrospective d'une prémonition, un peu comme ce que nous éprouvons avec la sensation, en état de veille, d'un événement "déjà vécu", ou ces rêves que l'on croit répétitifs alors que leur répétition n'est contenue que dans le rêve lui-même.
Mais je reconnais volontiers que cette possibilité ne balaie pas d'un revers de main le processus de prémonition dans son ensemble, et je n'ai aucune raison de mettre en doute le témoignage de Ponpon à partir du moment où il précise qu'il a noté, ou fait part de ses intuitions avant qu'elles se concrétisent. Cela ne me surprend pas, ne me déroute pas, l'inconscient enregistre une foule de processus "réels" d'où découlent plusieurs éventualités, y compris celles que l'on pourrait considérer comme accidentelles, et il continue de "travailler" à notre insu... En fonction de la qualité d'attention, de le sensibilité, ou de la capacité d'analyse que je sujet a développée, il me semble tout-à-fait possible que le rêve traduise une éventualité logique, favorable, ou au contraire néfaste... je ne peux évidemment pas aller au-delà de ce schéma dans le cas d'une série de prémonitions sans faille, qui coïncideraient systématiquement avec les événements - mais là encore, l'esprit peut faire le "tri" entre les intuitions négligeables et celles qui se sont effectivement réalisées.
Nous ne sommes pas près de comprendre le déroulement de ce processus, mais comme je le disais ailleurs le scepticisme n'est pas une croyance, donc il n'y a là rien qui perturbe mon entendement ; la seule chose que je pense sincèrement, c'est que l'intangible, l'invisible ou l'inexplicable peuvent très bien se passer de l'intervention de "forces" extérieures, ou étrangères au psychisme humain.
« je ne suis déjà pas d'accord (...) sur l'idée que le hasard n'existe pas. Qu'il n'y ait pas d'effet sans cause, oui, mais que cette relation de causalité soit définissable, et donc prédictible (ou pire : déterminée), je ne vois pas de raison de le postuler. » dixit Philémon.

Si le contraire m’eût étonné, je souhaiterais revenir sur la notion de hasard en m’étonnant de constater que quelqu’un qui se prévaut de la pensée rationaliste puisse ne pas comprendre que : toute occurrence peut s'expliquer par l'enchaînement voire la combinaison de faits avérés..., reste à les connaître tous pour pouvoir dire quel sera le prochain et qu’il n’y a là-dedans rien qui puisse s’apparenter à du prédictionisme (encore moins à du déterminisme – LOL) sauf à procéder par amalgames, les faits en question dépendant pour une large part du libre arbitre réel ou supposé des acteurs.

La rencontre de deux individus ou la collision de deux véhicules en rase campagne sont le résultat d’une foultitude de faits non fortuits qui tous ont contribué à l’évènement, d’où l’impossibilité du hasard au sens strict du terme - concept abusivement utilisé par ailleurs pour expliquer ce qu’on ne s’explique pas forcément. Evidemment, la connaissance de l’intégralité de ladite foultitude de faits ne semble pas pouvoir être possible aux pauvres humains que nous sommes, en l’état actuel de notre évolution tout du moins. Que certains individus en soient capables est une autre histoire (merci d'avoir noté le conditionnel que j'utilisais).

Je ne raisonnais que d’un point de vue théorique, je croyais cela pourtant clair, mais céder à l'esprit polémique est un plaisir si compréhensible que je n'en ferai pas autrement cas.

Pour le reste, je serais assez d’accord… à voir tout de même ce qui sous-tend le discours, ce que nous saurons peut-être dans de prochains épisodes plus signifiants.

(à suivre)
ponpon a écrit : « je souhaiterais revenir sur la notion de hasard en m’étonnant de constater que quelqu’un qui se prévaut de la pensée rationaliste puisse ne pas comprendre que : [b][i]toute occurrence peut s'expliquer par l'enchaînement voire la combinaison de faits avérés..., reste à les connaître tous pour pouvoir dire quel sera le prochain


Alors, je n'ai pas fini de t'étonner, parce que je ne suis certainement pas aussi rationaliste que tu veux le croire... l'esprit polémique, j'ai connu, mais je t'assure que s'il en reste des traces c'est totalement accidentel, je me pose juste des questions bêtes au quotidien, je travaille avec ma très petite logique, et au grand dam de mes amis dotés d'une culture scientifique que je n'ai pas, mon scepticisme un peu borné s'applique également aux schémas logiques que je ne trouve pas bien en prise sur le réel.

Dire que l'accident n'est pas fortuit parce que chacun des faits qui y ont contribué a lui-même une cause, ou un ensemble de causes d'un égale complexité, cela ne me semble pas rendre compte du plus important : pourquoi ces conditions étaient-elles réunies à ce moment précis ? On pourra expliquer isolément pourquoi il pleuvait, pourquoi le panneau de limitation avait été enlevé, pourquoi le pompiste s'était planté d'1.5g en regonflant les pneus, pourquoi l'un des conducteurs avait un peu trop picolé... et déterminer pour chacune de ces causes, sans rapport les unes avec les autres, les raisons pour lesquelles elle se présentait à cette seconde précise... mais en aucun cas expliquer globalement pourquoi elles étaient toutes réunies au moment de l'accident.
Je me goure peut-être du tout au tout, mais je vois le rapport de causalité comme une observation rétrospective, qui ne présume pas que "les mêmes causes produisent les mêmes effets" parce que, dans le domaine de la recherche comme en politique, le facteur "temps" est totalement imprédictible et joue un rôle considérable. Qu'il s'agisse de la découverte du radium ou de la chute de l'URSS, les conditions étaient objectivement réunies depuis longtemps, mais les délais totalement aléatoires. Et comme la chronologie intervient elle-même en tant que "cause"... tu me suis ?
Bien qu’on s’éloigne graduellement du sujet, et qu’à force de simplifier on finit par tout compliquer je serais bien tenté d’apporter quelques précisions, toutes aussi obscures qu’inutiles (La fausse modestie est le dernier raffinement de la vanité dit La Bruyère), ne serait-ce que pour qu’il ne soit pas dit que j’aurai capitulé sur ce coup-là.

Le comment et le pourquoi : on peut savoir « comment » les « faits avérés » dont il était question se sont élaborés sans pour cela savoir nécessairement « pourquoi » ce qui n’empêche pas lesdits faits de s’être effectivement réalisés. Si le « pourquoi » du « comment » considéré d’un point de vue strictement « matériel » peut être expliqué il l’est beaucoup moins facilement du point de vue « spirituel » sinon en faisant intervenir des « arguments » (?) parfois proprement hasardeux (LOL).

Le rapport de cause à effet : si une cause ne produit pas toujours les mêmes effets, les « faits avérés» ayant à leur source une ou plusieurs causes constituent autant d’effets singuliers clairement identifiables quelle qu’en soit leur « causalité ». En d’autres termes, la nature du « rapport de cause à effet » ou causalité ne change rien (au singulier comme au pluriel) à la réalité d’un « fait avéré ».

La chronologie des faits : si, dans la multiplication et/ou l’addition de modèles de « cause à effet » on peut éventuellement imaginer une chronologie différente dans l’élaboration du processus du résultat final, la nature intrinsèque des faits concernés n’en sera pas fondamentalement modifiée pour autant, sauf à interposer d’autres « causes » produisant elles-mêmes d’autres « effets » ce qui nous rapporterait à un simple (!) problème de causalité.

… à démontrer le contraire, tagada-tsoin-tsoin !

Là-dessus j’hésite encore entre m’administrer un purgatif ou tout simplement m’assommer d’un coup de masse d’arme. Je vous laisse décider…
domtom a écrit : La faculté de voyance trouvera son explication physique, ou physiologique, un de ces jours, je ne pense pas qu'il y ait là un grand Mystère à la clé. La médiumnité sera alors peut-être perçue comme une capacité plus ou moins maîtrisée, et revêtant différentes formes. [...] On ne peut pas convaincre ceux qui n'y croient absolument pas; on ne peut qu'attendre qu'ils fassent leur propre expérience et, alors seulement, ils rejoignent le groupe de ceux qui savent mais qui ne peuvent convaincre...et ainsi de suite. Jusqu'alors on ne peut rien démontrer scientifiquement mais peut-être qu'un jour les imageries du cerveau pourront capter les fantômes qui se promènent chez certains.[... .


Je fais partie de ces septiques qui ne croient pas à ces phénomènes, pour autant je ne cherche pas à prouver à ceux qui les ressentent qu'il s'agit là d'une fadaise ou encore une vue de l'esprit.
Quelles que soient les découvertes scientifiques faites sur ce sujet ou un autre touchant le psychique sera toujours repoussé par d'autres arguments "inexplicables" et il en est de même pour beaucoup de sujets.

L'intervention "divine" ou "surnaturelle" d'un motif inexpliqué est, je crois, nécessaire à tout un chacun pour exister car l'idée simple -qui est la mienne- que l'on naît et l'on meurt sans autre tenant et aboutissant que des phénomènes physiques ou chimiques est assez insupportable si l'on a rien auquel se raccrocher. Pour ma part l’au-delà c'est ma fille et sa fille et la fille de sa fille (oui je sais il peut y avoir des mecs mais là c'est mon côté féministe :D)... et l'envie de transmettre et de partager (spirituellement surtout pas matériellement) tout ce que je sais -c'est maigre- mais surtout qui je suis et pourquoi je le suis. Et sans aucune modestie ^^, lorsque je vois dans certaines réactions de ma fille, certaines de mes valeurs ou de mes révoltes, je suis très fière d'avoir fait passer le message.

Tous ses phénomènes inexpliqués tournent en général je crois autour de nos proches. Si la médiumnité, l'analyse des rêves, l'écriture spontanée, le tirage des cartes ou autre pratique peuvent  permettre à untel ou unetelle d'être apaisé ou tout du moins dans sa propre attente, alors pourquoi pas. Ce qui fait plus peur à la sceptique que je suis, c'est le profit que pourraient tirer des personnes malveillantes, vénales ou sectaires, de la détresse des personnes en quête de ce type de spiritualité.

Pour clore ma vue très personnelle du sujet une petite histoire qui m'est arrivée il y a une quinzaine d'année environ. Une amie très "branchée" surnaturel, voyance, tarots, horoscope ... me propose un jour d'aller à un dîner où se produisait une femme médium très forte parait-il. Je me moque d'elle en lui disant que j'ai autre chose à faire de mon fric que d'aller le mettre dans des conneries pareilles et elle insiste en me disant "Allééééééééééé zouuuuuuuuuuu on y vaaaaaaaaaaaaa !!!!  (avé l'assan de Marseille ^^) on va se marrer", je l'envoie bouler et c'est là que me connaissant bien elle sort l'argument dans lequel je m’empêtre "Qu'est-ce que tu risques ? T'as peur qu'elle te démontre que c'est vrai !!! J'y crois pas etc... " Mon orgueil tout ibérique d'une part et mon côté 'crains dégun' propre à Marseille d'autre part ont fait que j'ai accepté d'aller à ce fameux dîner.
c'était dans une salle voûtée avec des éclairages indirects et tamisés nous étions installées toutes les deux dans un coin à une table ronde moi face à la scène elle dos à l'estrade. Après un apéro, une dame très BCBG est venue nous parler et se présenter et nous expliquer comment allait se dérouler le dîner-spectacle (ben oui pour moi c'était ça) Elle nous a dit qu'elle passerait à chaque table pour transmettre ce qu'elle ressentait mais qu'avant elle allait faire une séance "globale" pour "sentir la salle" et là coup de théâtre elle a dit ne pas pouvoir "travailler car il y avait des ondes négatives" ça a fait arrêter net les discussions et elle a retenue toute l'attention et puis elle s'est adressée à moi en me disant "vous êtes sceptique" et comme je lui ai répondu par l'affirmative elle a eu cette répartie théâtrale "je vais vous demander de quitter la salle car vous empêchez la communication" ça m'a bien fait rire, mon amie beaucoup moins :D car elle est partie avec moi.
Mon ressenti la dame avait un vrai don, celui d'observation et elle a dû voir dans mon attitude -même si je suis restée sérieuse dès mon entrée dans le resto- que j'étais réfractaire et ça lui a permis de se mettre la salle dans la poche et de faire que l'attention soit sur elle et non sur les assiettes.
Le ressenti de mon amie -hormis le fait que je lui ai pourri SA soirée- c'est que c'était une femme extraordinaire qu'elle avait un vrai don et qu'elle aurait pu l'éclairer sur son avenir professionnel et/ou sur l'état spirituel de sa maman décédée deux ans plus tôt.