http://youtu.be/srb0lAK5wbA
Espérons qu'il y' aura toujours un coin de verdure pour cueillir Marguerite qui s'épanouira, qu'on admirera ... un peu, beaucoup :)
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
Une vidéo riche de très nombreuses illustrations bien choisies. Merci Colibri :D
:wink:
anja_56 a écrit : Une vidéo riche de très nombreuses illustrations bien choisies. Merci Colibri :D
Au delà des clichés... LA réalité...

L'écologie, ce terme fourre-tout, peut-elle résister à l'évolution des sociétés consuméristes ? Si on peut se poser des questions sur les principes de l'écologie politique que nous connaissons aujourd'hui, on peut faire le choix de la "simplicité volontaire" qui me parait être une bonne réponse à la "décroissance" prônée ici et là.

Il est bien certain que la vie à la campagne permet de mieux s'approcher d'un mode de vie "écolo-compatible" sans pour cela en revenir au moyen-âge. Encore faut-il pouvoir économiquement s'y maintenir.

Des choix sont à faire, des choix s'imposent mais la mondialisation, même avec un "commerce équitable" en développement, me parait un obstacle majeur à un retour généralisé à des pratiques plus naturelles. Reste encore à appréhender le poids réel de l’hédonisme des sociétés humaines, celui des égoïsmes collectifs et individuels qu'il génère.
restloc a écrit : Au delà des clichés... LA réalité...

L'écologie, ce terme fourre-tout, peut-elle résister à l'évolution des sociétés consuméristes ? Si on peut se poser des questions sur les principes de l'écologie politique que nous connaissons aujourd'hui, on peut faire le choix de la "simplicité volontaire" qui me parait être une bonne réponse à la "décroissance" prônée ici et là.

Il est bien certain que la vie à la campagne permet de mieux s'approcher d'un mode de vie "écolo-compatible" sans pour cela en revenir au moyen-âge. Encore faut-il pouvoir économiquement s'y maintenir.

Des choix sont à faire, des choix s'imposent mais la mondialisation, même avec un "commerce équitable" en développement, me parait un obstacle majeur à un retour généralisé à des pratiques plus naturelles. Reste encore à appréhender le poids réel de l’hédonisme des sociétés humaines, celui des égoïsmes collectifs et individuels qu'il génère.


Absolument !
J'ai fait le choix de la simplicité, on m'a parfois qualifiée d'arriérée.
Tout ça, par exemple, parce que je n'ai pas voulu de téléphone portable tant que je n'en ai pas eu réellement besoin.
De même pour tous les gadgets à mon sens inutiles.
Gadgets que je ne refuse pas aux autres.
Mais qu'on ne m'y oblige pas, parce que, là, je mords.

Oui, la simplicité, c'est la meilleure des écologies.
Oui Viviane, la simplicité, un excellent repère. Des vêtements en brocante de temps à autre, la limitation du kilométrage de la voiture, un peu moins de viande, l'achat de livres d'occasion, le don de livres, de vêtements, le covoiturage, les achats de produits locaux, et j'en passe. Je me sens plus légère ainsi.