Bonsoir bonsoir! la pêche est correcte..21 mots validés...
MARÉE
VOILES
BASSE
OBSTACLES
TSUNAMI
COURAGEUX
NAVIRE
NOIRE
AFFRONTER
OCÉAN
MATELOT
PIRATE
IODE
POLLUTION
PÊCHER
MARAIS SALANT
NAVIGUER
PHÉNOMÈNE
HOULE
BOIS
LOTTE


Selon la règle du jeu, lorsqu'il y a plus de 20 mots, sur ce jeu vous avez la possibilité de ne pas utiliser 1 mot de votre choix dans votre texte....

Allez hop hop hissez les voiles!

images.jpg
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
Voici mon texte, sur un thème qui m'a bien régalée et j'espère qu'il vous fera sourire aussi, parce qu'il vous rappellera des choses que vous avez sans doute comme moi vécues. :wink:

Qu'ai-je donc fait pour mériter pareille punition ?
Ce n'étaient pas des enfants que dame Nature m'avait permis d'avoir, mais de sacrés PHENOMENES, de vrais PIRATES, toujours trop COURAGEUX pour défier les OBSTACLES en skate ou en vélo.
Ce qui était drôle toutefois, c'est qu'ils ne craignaient pas les blessures, mais avaient une peur bleue de la teinture d'IODE pour les soigner.
A la maison, ils étaient capables en seulement quelques minutes de transformer leur chambre en un no man'land comme détruit par un TSUNAMI !
Une fois les dégâts faits, ils savaient pourtant qu'ils allaient devoir AFFRONTER ma colère la plus NOIRE dans un OCEAN de cris et d'injures :
" bande de vauriens, vous allez voir qui est le capitaine du NAVIRE, nonméo ! Ce soir, les affreux jojos, vous serez de corvée en cuisine et en solo ! "
Au tout début de leur adolescence, ils ont bien essayé de me défier en me menaçant de mettre illico les VOILES.
Ils affirmaient en me toisant qu'ils voulaient NAVIGUER, en tant que seul maître à bord pour découvrir des contrées plus excitantes et qu'ils se moquaient bien que vogue la galère, sur mer d'huile ou déchaînée par la HOULE et le vent.
Mais ils revenaient toujours en grands éclats de rire en affirmant que si la maison ressemblait parfois à des MARAIS SALANTS un peu trop salés, ils adoraient toujours venir PÊCHER mes mots doux et mes bisous et m'en faire, sur mes joues aussi rondes que celles d'une LOTTE, aimaient-ils dire pour me taquiner.
Puis vint le temps des POLLUTIONS nocturnes. Non sans une certaine émotion, je me souviens m'être dit : mes petits MATELOTS sont en train de devenir des hommes.
La vie va leur offrir bien des surprises, ils vont connaître des amours à géométrie variable, et ils auront le coeur, tantôt à marée haute, tantôt à MAREE BASSE.
Et effectivement, il en fut ainsi.
Mais " démons et merveilles, vents et marées ", ils savent que jamais très loin la mère ne s'est retirée. Ils savent que de ses " yeux entr'ouverts ", la mère veille sur ses merveilles, toujours prête autant à consoler leurs peines qu'à partager leurs joies, avec tout son coeur qui ne sera jamais ni de pierre ni de BOIS, mais aussi avec ses yeux dont débordent parfois " deux petites vagues " bleues quand elle reste sans voix.
sable-mouvant-jacques-prevert.jpg
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
Et vogue la galère !
Habitant très loin d'un MARAIS SALANT je manque bien évidemment de sel mais surtout d'IODE, alors , pardonnez moi si mon discours est d'humeur NOIRE et quelque peu crétin .
Que sa MARÉE soit haute ou BASSE la mer est toujours difficile à boire avec ce mal de mer qu'est la POLLUTION provoquée par l'Homme qui ne fait que PÊCHER par ignorance, enfin, d'après ce qu'il dit .
L'OCÉAN a toujours ses PIRATES hélas! et ils ne sont pas si COURAGEUX que ça dans leurs façons de le piller en contournant les OBSTACLES des lois pour leurs plus grands profits .
NAVIGUER en père peinard est de moins en moins facile pour le MATELOT qui, s'il est l'ivre de bord, n'arrive plus à border les VOILES et risque , du coup , de s'échouer sur une île de plastique , loin d'être pacifique et ne servant surtout pas de paradis fiscal ! . C 'est sûr, les lingots , ça ne ruisselle pas, pas plus que ça ne flotte comme les BOIS drossés par une forte
HOULE !!
Rester sur terre, le NAVIRE à quai, ce n'est pas plus rassurant.
Bon appétit messieurs dames , à vous les gras maquereaux à la dioxine, régalez vous de sardines à l'huile de vidange, bien serrées, avec un doigt de bisphénol , avec de la LOTTE sauce mercure, et des sushis radioactifs !
Vous aurez aussi en dessert le TSUNAMI ,su et connu , en tant que PHÉNOMÈNE ravageur pour toutes les lignes de flottaison , qui, en lâchant ses eaux subitement, fait une quantité de morts nés .
Elle est pas belle la vie pour nos successeurs qui vont devoir AFFRONTER toutes ces joyeusetés, entre poubelles et déluges ?
J'ai essayé d'être palourde et de changer de thon , mais l'heure est grave , amis de la nature : je me demande quand les requins comprendront que l'or et l'argent ne sont pas comestibles .
Je termine en citant Geluck : "contrairement aux chasseurs qui, eux, ne sont pas des lapins , les pollueurs ,eux, sont des ordures "
Déjà 2 jolis textes ..validés..

Hors concours:

J'ai la chance de vivre au bord de l' OCEAN depuis quelques années,,,la chance mais aussi la volonté d' AFFRONTER les OBSTACLES pour réaliser mon projet
Je voulais finir ma vie dans ce village au nord du Médoc entre estuaire et océan, entre vignes et dunes..les MARAIS SALANTS au nord les longues plages de sable blond de l' Atlantique au sud.La nature y est magnifique,
J' y viens en vacance depuis l'enfance... j'y ai fait les plus grands apprentissages de ma vie : marcher, nager en respectant les courants de baïne, faire des châteaux de sable au Club des PIRATES, faire du vélo,apprendre le rythme des MARÉES pour aller PÉCHER les pétoncles pleines de sable à marée BASSE.
J'adorais NAVIGUER sur l'estuaire, seule avec mon papa, apprendre à poser des lignes pour pécher le bar,
Je garde un souvenir très prégnant de ces moments privilégiés..Je redoutais un peu la HOULE qui me rendait malade,,De MATELOT COURAGEUX , saoulé d' IODE, d'embruns et d'aventures... je me transformais en matelot nauséeux ,vomissant et ronchon, ce qui amusait beaucoup mon père,
Il y avait aussi un passage à risque à hauteur du port du Verdon ...,lieu de passage des bacs, des NAVIRES de commerce, des chalutiers en BOIS de couleurs vives et des pétroliers gris (absents depuis dans cette zone et sans regret en regard de la POLLUTION qu'ils engendraient),J'avais peur mais c'était délicieux.La fierté enfantine de traverser avec brio les 40 eme Rugissants.

Et puis il y a eu le grand PHÉNOMÈNE de l'adolescence...écouter de la musique avec des copains..les Beatles, les Rolling Stones . les premières danses maladroites lors des boums et surtout la grande aventure de la séduction .. le premier baiser ...Pas simple de déchirer les VOILES de la pudeur, de ne pas se laisser submerger par le TSUNAMI des émotions , parfois des idées NOIRES en écoutant Ferré toute la nuit.

Plus tard,les premières cuites aussi,,le grand jeu d'avoir la langue verte à force de Get 27, la musique à fond, les slows collé-serré, les rocks endiablés..la moiteur des nuits d'été..les excès...les discussions jusqu'au lever du soleil..

Aujourd'hui j'ai retrouvé mes amis de châteaux de sable... nous aimons partager nos souvenirs , nos fêtes, nos flirts,nos histoires d'amour, nos chagrins aussi …
Hélas,,nous sommes tous devenus tellement raisonnables et prévisibles...La vie quoi !

Bonne fin de soirée à tous!
bonsoir tout le monde.

Rejeté par un terribleTSUNAMI dans l'OCÉAN , ma famille et moi même vivons une triste destinée.
NAVIGUER dans la HOULE violente , AFFRONTER la hauteur des VAGUES au large , les courants , les MARÉES BASSES , notre survie est très éphémère.
Dans les MARAIS SALANTS nous servons d' abri et de nourriture aux oiseaux et aux poissons dont la LOTTE sauvage difficile à PÊCHER par l'homme.
Pardon, pour la POLLUTION NOIRE,
un PHÉNOMÈNE effrayant dans notre décomposition
Par les vents et tempêtes, NAVIRES et bateaux à VOILES nous détruisent en nous heurtant violemment. Notre souffrance est grande de perdre des membres de la famille.
Une tendance mode , depuis des années, artistes et collectionneurs nous accueillent chez eux.
Saisis par l'odeur d'IODE ils se laissent submerger par des fantasmes créateurs.
COURAGEUX nous nous laissons exploités et façonnés sans OBSTACLE de notre part.
Nous voilà ,PIRATES ou MATELOTS dans les expositions d'arts pour vous émerveiller.
Je suis un jeune matelot en bois flottant survivant du dernier tsunami.
:D
Un sacré PHÉNOMÈNE disaient les marins en caressant ma coque ,, 18 nœuds 400 tonneaux ,prêt pour avaler et AFFRONTER la HOULE des OCÉANS ,pour NAVIGUER entre les OBSTACLES et même défier un TSUNAMI. J'étais.fier et COURAGEUX ! A mon bord on se rêvait moussaillon MATELOT ou PIRATE..
Hisse ho le drapeau NOIR hisse ho !
Puis est venu le temps des bateaux à moteurs et autres mécaniques infernales je n' ai pas pu tenir la distance , victime de la rentabilité on m'a abandonné .
Maintenant je suis là, échoué à MARÉE BASSE désolation et POLLUTION autour de moi . Le mât de misaine en BOIS des tropiques brisé, , mes haubans rouillés par l'IODE et le MARAIS SALANT voisin , Plus jamais le vent ne gonflera mes VOILES ,je m'endors ,plaintif , fantôme sur le rivage, NAVIRE qui n emmènera plus personne PÊCHER ..je meurs doucement au gré des courants ....
2 jolis textes échoués cette nuit sur la plage des MV...validés.
Ce matin l'océan est dans la brume....un camaïeu de gris....
Allez...prenez votre plume et lâchez vos mots.....

56890375_831923637182526_7829053750802120704_o.jpg


Photo perso..hier après midi...

Jolie journée à tous!
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
...très bonne semaine à tou(te)s !

...............................................................................................


J'avais survolé ce NAVIRE !...j'ai entendu l'explosion.
Le séisme a ébranlé les fonds et les ondes du TSUNAMI ont fait bouger l'OCÉAN !

Je voyageais en dessous des avions, m'amusant à m'approcher des grands bâtiments marins. Je jouais avec eux à NAVIGUER.
J'ai surpris les équipages, MATELOTS en tête, criant et gesticulant sur les ponts !

Avec mes frères nous voulions juste PECHER.
Près du navire étrangement penché, j'ai vu les bancs dansants de petites morues et de LOTTES. Certains de mes frères ont plongé.
Mon océan changeait. J'observais ce PHÉNOMENE étrange!...un monstre étirait ses tentacules en bandes sombres depuis les flancs du bateau.
Les vents se levaient, violents et brusques...la HOULE enflait ses vagues ! Désormais la MARÉE NOIRE galopait.

Terrifié, ignorant, je suivais du regard les nappes de déchets qui s'approchaient de la zone de ponte.
La bête d'hydrocarbures avalait lentement les côtes !...le monstre tuait l'IODE.
Hier encore à marée BASSE, quand l'eau se retirait, ohhhh...combien j'aimais rafraîchir mes pattes dans les lagunes et les mangroves, à l'embouchure du fleuve !

Les heures n'ont pas freiné la bête.
Impuissant, le corps lourd, je vois le monstre envahir les carreaux des MARAIS SALANTS !...il patiente contre les OBSTACLES des barrages et des vannes !...il rejoint les bassins.
Du temps de mes pères les PIRATES creusaient pour déterrer les trésors !...les nouveaux bandits des mers, pourtant conscients, creusent dangereusement pour ce nouvel or qu'est le pétrole !
Les marins savaient AFFRONTER ces brigands !...mais comment combattre cette gangrène effrayante !
Les hommes parlent "d'accident" comme pour minimiser leurs responsabilités. Ils appellent "ça" POLLUTION !...l'humain est il fou ?...ne sait il pas ses propres menaces ?

Je reviens vers mes frères restés sur les plages. La fange mazoutée poisse leurs pattes et les asphyxie, détruit les algues de nos nids. Leurs cris se brisent dans le blanc de leur gorge !...ils peinent à ouvrir le bec... Leurs longues ailes sont collées.
...je ressens leur stress. ils se résignent !...un VOILE tombe sur leurs yeux.

Je voudrais comprendre. Je ne veux pas être COURAGEUX !...je ne sais pas être brave. Je suis bien trop effrayé !
Ce monstre, ce titan, ce diable de Neptune...une nouvelle erreur des hommes ?

Jour après jour, des années durant, il changera les cellules de mes frères rescapés !...il bousculera longtemps les lignes naturelles des paysages meurtris.
De ma belle Bretagne aux côtes des Cornouailles, il souillera longtemps les nids bâtis dans les racines, les buissons, contre les BOIS flottés.
Il contaminera les êtres et les sols.

Les livres d'école parlent ils de l'Amoco Cadiz, du Torrey Canyon ou de l'Érica ?
de la nocivité des produits employés pour nettoyer la mer et les lignes côtières ?

...malgré le travail acharné d'une poignée d'humains il restera les reflets argentés, les traces entre les rochers !...le monstre ne mourra pas...il vivra dans les entrailles de la faune et de la flore !

...le vrai naufrage est celui des miens !
Me voilà échouée sur cette plage, à côté des MARAIS SALANTS des SAINTES MARIE DE LA MER, un comble, moi la baleine ! Un MATELOT COURAGEUX, peut être un ancien PIRATE essaie de me sauver, mais je sais qu'il est trop tard, il n'y a pas de MAREES qui pourraient me rendre à l'OCEAN !
Quel calme après ce TSUNAMI, les scientifiques l'avaient annoncé depuis si longtemps, comme cette POLLUTION ou comme le réchauffement climatique qui a asséché la mer NOIRE…
Mais, ou es tu mon petit, dans ces entrelacs de NAVIRES, de BOIS et de détritus ? Pourras tu mon baleineau AFFRONTER seul tous les OBSTACLES que tu vas rencontrer ? Je n'ai pu t'apprendre à filtrer le plancton IODE, à déguster des crevettes, une LOTTE, ou accompagner quelques minutes les bateaux à VOILES dans leur voyage.
La HOULE se lève, un PHENOMENE étrange se produit, la mer remonte, je repars. Ecoutes mon chant t'appelle, écoutes toutes ces notes BASSES, rejoins moi.
Oups, je reprends, des oublis. A toute à l'heure
Bon, j'espère ne plus y revenir.

Me voilà échouée sur cette plage, à côté des MARAIS SALANTS des SAINTES MARIE DE LA MER, un comble, moi la baleine !
Un MATELOT COURAGEUX, peut être un ancien PIRATE essaie de me sauver, mais je sais qu'il est trop tard, il n'y a pas de MAREES qui pourraient me rendre à l'OCEAN !
Quel calme après ce TSUNAMI, les scientifiques l'avaient annoncé depuis si longtemps, comme cette POLLUTION, comme le réchauffement climatique qui a asséché la mer NOIRE, comme les nouvelles routes maritimes polaires où les bateaux peuvent NAVIGUER et PECHER la LOTTE…
Mais, ou es tu mon petit, dans ces entrelacs de NAVIRES, de BOIS et de détritus ? Pourras tu mon baleineau AFFRONTER seul tous les OBSTACLES que tu vas rencontrer. Je n'ai pu t'apprendre à filtrer le plancton IODE, à déguster des crevettes ou accompagner quelques minutes les bateaux à VOILES dans leur voyage.
La HOULE se lève, un PHENOMENE étrange se produit, la mer remonte, je repars. Ecoutes mon chant t'appelle, écoutes toutes ces notes BASSES, rejoins moi.

Bonne journée à vous, ensoleillée dans le Jura, il était recouvert d'une mer chaude, il y a 150 millions d'années.
à moi :lol:

je vais AFFRONTER avec la tete BASSE mais tete de BOIS et sans etre COURAGEUSE la HOULE actuelle, je viens de prendre un bol d'air rempli d'IODE venant des MARAIS SALANTS quant la MAREE montait, je ne vois au loin aucun MATELOT pour m'aider à NAVIGUER ce NAVIRE un peu fou, des idées NOIRES me viennent, trop d'OBSTACLES à franchir un VERITABLE ocean de soucis , a part PECHER de droles de PHENOMENES je ne vois rien de rejouissant , je souhaiterais voir un beau PIRATE sans la pollution ACTUELLE venir et éviter un TSUNAMI , peut etre que personne ne metterait les VOILES

derriere ce texte se cache une particularite
:D Mamybjaa ! je sais ce que tu sous entends :D
ça va passer ! ce n'est pas cette tempête dans un verre d'eau qui va t'arrêter !!
" dès que les vents tourneront nous nous en allerons" ....surtout pas .
Je profite de ce message pour poser une question technique à la collectivité : pourquoi ai-je été déconnectée avant d'avoir terminé mon texte ? il m'a fallu tout recommencer alors que j'avais presque fini de recopier mon brouillon , j'ai perdu un temps fou avec la crainte que ça recommence . que dois-je faire pour éviter une déconnexion subite ? suis-je trop lente ?....pour qu'on me cherche des poux :D
bonne journée tout le monde .
cartes anciennes 005.JPG
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
Ça m'est déjà arrivé Utopique , depuis je fais un brouillon' fini ' sur un fichier extérieur duquel je fais un CC que je dépose sur le site .
Le 7 Février 1978, le NAVIRE l'Amoco cadiz se brise devant le littoral Breton,
entre vent et MAREE ,il faut NAVIGUER ,pour éviter cette POLLUTION sur 326
kilomètres la HOULE et le BOIS marin ,les OBSTACLES sont nombreux ,il faut AFFRONTER cet OCEAN trahi ,le PHENOMENE TSUNAMI que l'on soit MATELOT où PIRATE ,nous devons rester COURAGEUX ,tenir la barre pour plier les VOILES ,rentrer à la maison.
Plus nous avançons vers le littoral et moins nous sentons l'odeur de l'IODE si familière .
Nous savons que désormais interdiction de PECHER .
A marée BASSE nous nous transformons en éboueur avec cet écoeurement
désabuser, nous savons que c'était avant bien longtemps la dernière pèche de LOTTE .pas très loin les MARAIS SALANTS ,quel désastre
Comment comprendre que pour quelques dollars panne de négligence ,ils nous volent ,notre gagne pain,notre faune marine et nos oiseaux quelle honte .
Jamais d'homme nous n'avions connu pareille catastrophe .
La marée NOIRE du siècle ,depuis pas un jour passe sans ressentir de la colère
40 ans après les blessures du littoral sont soignées
Mais l'amertume reste .