Bonjour tout le monde :D
Je propose capharnaüm
Ceux qui déménageront le mien il leur faudra du courage : je garde tout ! :D
CARTON PARTIR DÉMARCHE CAMION LUMBAGO CHANGEMENT TRAJET RETOUR CASSE DEMENAGEURS DIABLE LUMBAGO CAPHARNAÜM

13 mots :D on continue tout doit être emballé ! N'hésitez pas à déposer votre mot cela ne vous oblige pas à écrire un texte ( mais ce sera grand plaisir si vous le faites ) les Mvistes s'en chargeront :D

N'hésitez pas à rejoindre l'équipe de déménagement accueil chaleureux garanti !

camion-demenagement.jpg
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
@ Pomprune : 14 mots, mon amie, avec celui de Grey qui est le verbe DEMENAGER. :wink:
Bonsoir le groupe
Bravo aux gagnants.
Ficher le camp ou battre la breloque.

Mon mot :
BRELOQUE
Merci Mayah :D

je n'ai pas eu le temps d'éditer mon message allez 15 mots maintenant merci Leloir :D on peut faire mieux !
Mes déménagements, sont le cauchemar de mes "porteurs" (bénévoles et tellement serviables)...
à cause du nombre fou de lourds cartons de.....livres !!

Mon mot sera

BIBLIOTHEQUE

Bonne semaine
DÉMÉNAGER CARTON PARTIR DÉMARCHE CAMION LUMBAGO CHANGEMENT TRAJET RETOUR CASSE DEMENAGEURS DIABLE LUMBAGO CAPHARNAÜM BRELOQUE BIBLIOTHÈQUE


16 mots! la récolte est assez bonne!

Allez les amoureux des mots....C parti!


avec-les-mots.jpg
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
camille-claudel.jpg

Je m'appelais Camille Claudel, ne m'oubliez pas ! J'ai été au début de ma vie une femme libre, connue pour mon indépendance, mon insolence et mon audace.
J'ai aimé Rodin, dont j'étais l'élève avant de devenir sa maîtresse, d'un amour que l'on peut qualifier d'inhumain !
Il n'a pas voulu quitter sa femme pour moi. J'en ai fait des TRAJETS pendant plusieurs années pour hurler sous ses fenêtres ma rage et mon désespoir !
Toutes mes DEMARCHES pour qu'il me revienne restèrent vaines et son amour pour moi a brûlé aussi vite que papiers et CARTONS jetés dans le feu de l'enfer.
Ma raison a fini par DEMENAGER de ma pauvre tête dont le DIABLE s'empara, assisté de quelques-uns de ses nombreux démons. Quel CAPHARNAÜM ils y ont mis dedans !
Je faisais plus que battre la BRELOQUE, mais je n'en étais pas consciente.
Voyez mes sculptures, elles témoignent de mon CHANGEMENT du jour où j'ai compris que plus aucun RETOUR de flamme de la part d'Auguste ne serait possible.
Regardez " l'implorante " que j'ai réalisée en 1899 à l'âge de 35 ans : c'est moi, belle et jeune encore et pourtant déjà "finie", juste en sursis...
brisée par un LUMBAGO persistant à force de me courber pour implorer un peu d'attention !
Elle est l'un des éléments de la sculpture dite " l'Âge mûr ", mais je lui préfère le titre " la Destinée " ou mieux encore " la Fatalité ".
Cette oeuvre décrit le drame de ma vie : Rodin se détachant de moi pour rejoindre son épouse.
Quel choix avais-je alors, autre que mourir, que celui de PARTIR, de quitter le monde des bien-pensants pour me réfugier dans la folie ?
En 1913, j'avais à l'époque 49 ans, ils sont venus me chercher dans une espèce de CAMION aux vitres grillagées pour me conduire dans un asile.
Vous savez pourquoi ? Parce que je m'enfermais, tel un rat de BIBLIOTHEQUE, dans mon atelier-taudis où je sculptais pendant des jours et des nuits, puis,
prise d'accès de paranoïa, je devenais un redoutable DEMENAGEUR :je débarrassais les lieux en brisant rageusement mes sculptures, j'en condamnais un bon nombre à la CASSE.
Dans cet asile, j'y suis restée 30 ans, 30 longues années, murée dans mon silence, prisonnière de cet amour qui m'avait détruite.
J'ai fini par mourir en 1943 à 79 ans, de malnutrition, dans l'indifférence de tous...Je ne souhaite à aucune femme de vivre pareille histoire d'amour.
Qu'elle serve au moins d'exemple ... à ne surtout pas suivre.
Je m'appelais Camille Claudel, ne m'oubliez pas !
( battre la breloque : être dérangé, un peu fou ).
Destinée.jpg
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
Une petite erreur s'est passée dans le relevé de mots il y a 15 mots en tout et non 16 le mot lumbago étant inscrits 2 fois .veuillez nous excuser.
Mayah ton texte est validé.
Voici mon texte ;

Été 2017 ..

Marguerite battait la BRELOQUE ça tout le monde le savait .Petite silhouette pliée par un perpétuel LUMBAGO, la DÉMARCHE incertaine une vieille poussette en guise de caddy marguerite vociférait toujours contre un hypothétique DIABLE, elle n'aimait pas le CHANGEMENT,suivait chaque jour le même TRAJET fait d'incessants allers et RETOURS ,déversait le contenu de sa poussette dans la courette de sa maison , CARTONS chiffons vieux livres vaisselle , un vrai CAPHARNAÜM digne du CASSE du siècle .
C’était marguerite , personne n'aurait jamais imaginé la voir PARTIR un jour ,tant elle faisait partie du paysage .Ce fut la surprise quand un CAMION de DEMENAGEURS se gara devant sa maison voulait elle DÉMÉNAGER ?c'était tellement improbable , services sociaux en grosses lettres sur le camion auguraient d' une autre sorte de déménagement .... La suite .. Marguerite fut placée dans un Epad celui près de la BIBLIOTHÈQUE municipale,nous fûmes plusieurs à aller la voir , Marguerite ne parlait plus ,ne vociférait plus,assise au fond d'un fauteuil trop grand pour elle, elle semblait perdue son regard dans le vague n’accrochait plus nos regards Marguerite était partie beaucoup plus loin que l'Epad l.
De là où elle est j'espère qu'elle peut pousser son caddy heureuse et libre dans sa tête .....
PARTIR, DÉMÉNAGER vers d'autres horizons, c'est un moment redoutable pour chacun de vous.
Vous craignez la CASSE de vos objets de valeurs , la manifestation de cette douleur au bas du dos, "aie aie !" c'est un LUMBAGO.
"Personnellement" je quitte régulièrement mon nid... Pas besoin de CAMION, ni de DÉMÉNAGEURS pour transporter l'immense BIBLIOTHÈQUE de mon domicile.
Les TRAJETS aller -RETOUR pour déposer mon unique CARTON de BRELOQUES blanches se fait sans effort.
Pourtant, je suis un véritable CAPHARNAÜM, lorsque vous me découvrez...un indésirable.
C'est vrai, je visite sans autorisation parentale , ni DÉMARCHES administratives auprès des écoles où je prends racine....
Mes CHANGEMENTS d'adresses se font sur un coup de tête, une action irréfléchie , de désir et de coup foudre.
On me dit le DIABLE et on veut me détruire.
Moi je vous dis :
Prenez soin de votre pou et regardez le grandir....Vous apprendrez à l' aimer.




Bonne lecture
bises à toutes et à tous.
Candice 34 :D
Hello , bonjour tout le monde .
Voici mon texte
« Partir , c'est mourir un peu »
Ma vie a basculé en juillet 1976, au RETOUR des grandes vacances scolaires.
Chat de gouttière répondant au nom de grisou je coulais des jours tranquilles à la campagne où j'avais deux cours , jardin et champs à perte de vue où je pouvais guetter les souris .
Quand, sans que je sache pourquoi, mes maîtres , ont soudainement perdu la BRELOQUE et se sont préparés à DÉMÉNAGER . On parle souvent de vie de chien , mais là je vous jure ,la vie de chat ne vaut guère mieux quand il est question de PARTIR et de CHANGEMENT de territoire .
Pendant des semaines il y a eu un grand branle-bas dans la maisonnée , j'en étais arrivé à détester les CARTONS moi qui d'habitude adorait jouer avec et y dormir . Impossible d'être tranquille au milieu de ce CAPHARNAÜM, il y avait comme de l'électricité dans l'air .
Depuis qu'il avait démonté l'armoire des enfants et la BIBLIOTHÈQUE du salon qui me servait souvent de perchoir , mon maître avait une drôle de DÉMARCHE, il devait souffrir d'un LUMBAGO , pas habitué sans doute à faire des efforts physiques , quand je pense aux bons moments passés l'hiver au coin du feu , lui lisant et moi heureux sur ses genoux !
Un jour ,où il faisait très chaud , j'étais à l'ombre , sur le rebord de la fenêtre de la cuisine , mon poste d'observation préféré, j'ai vu arriver un gros CAMION et en sortir tel le DIABLE d'une boîte deux balèzes DÉMÉNAGEURS . Ont alors commencé des allées et venues à n'en plus finir. Des couvertures qui ne m'étaient pas destinées se dépliaient sûrement pour éviter la CASSE durant le TRAJET . J'observais tout cela avec angoisse ….mon panier, ma gamelle , ma balle …. direct dans le coffre de la Peugeot , c'est sûr on va m'embarquer comme pour les séances chez le vétérinaire , j'aime pas la voiture, j'aime pas être enfermé … au secours ...je ne veux pas partir !!
Rien n'y a fait , 5 ans après ce jour maudit une voiture m'a envoyé au paradis des chats .
Quand je vous disais que partir c'est mourir un peu …..
:D Merci Candice et Utopique vos textes sont validés .

On attend avec plaisir les plumes suivantes :)
Nous n'avons pour l'heure que 4 textes...Ne me dites pas que le déménagement ne vous inspire pas, je ne vous croirais pas !
Icic, on déménage tous un petit peu, on aime battre la breloque pour faire une pause dans notre vie réelle. :wink:
S'il y a bien un forum dont je n'ai pas envie de déménager, c'est bien celui des MV :wink: .
déménagement.jpg
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
J'ai découvert ce poème de Edmond Haraucourt , pour mon plus grand plaisir j'ai vu qu'il était de Bourmont dans mon département là où j'ai passé mes 4 années de collège
Rondel de l'adieu, de Edmond Haraucourt
Rondel de l'adieu.
Recueil : Seul, roman en vers (1890)

Partir, c'est mourir un peu,
C'est mourir à ce qu'on aime :
On laisse un peu de soi-même
En toute heure et dans tout lieu.

C'est toujours le deuil d'un vœu,
Le dernier vers d'un poème ;
Partir, c'est mourir un peu,
C'est mourir à ce qu'on aime.

Et l'on part, et c'est un jeu,
Et jusqu'à l'adieu suprême
C'est son âme que l'on sème,
Que l'on sème à chaque adieu :
Partir, c'est mourir un peu...

en même temps je remets le sujet en haut de page .
Belle et bonne soirée . :D
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
Bonsoir ! Vous n'avez pas déménagé au moins, parce que je voudrais déposer mon texte ............... :wink:




C’est clair ! DEMENAGER ca déménage !..Pauvre de moi, le LUMBAGO me guette !
Dernière ligne droite !
Je m’attarde encore un peu et jette un dernier coup d’œil partout dans chaque pièce ! Hier encore le CAPHARNAÜM , était tel qu’on aurait pu penser que le DIABLE en personne était venu pour envoyer valser tout ce qui traînait, histoire de m’obliger à me plier à la réalité !
Aujourd'hui, en moins d’une demie journée, chaque pan de ma vie aura été emballé dans des CARTONS
Je reste songeuse devant ces mètres carrés immensément vides . Le son de mes pas sur ce parquet rebondit sur chaque paroi de murs et résonne dans ma tête. Je ferme les yeux … Une farandole de souvenirs me submerge. RETOUR immédiat dans cette vie qui vient à peine de s’achever. C’est fou ! Je peux aisément, au centimètre près, visualiser l’emplacement de chaque meuble, chaque tableau, chaque BRELOQUE, chaque photo chaque livre de la BIBLIOTHEQUE.
Ce divorce tombe mal ! Me fait si mal ! De DEMARCHES en négociations ratées, j’ai déposé les armes et puis des larmes aussi. A quoi bon résister ! Il est certain qu’ un CHANGEMENT de lunettes ou de coiffure eut été plus simple que tout ce chamboulement ……Mais bon! les dés sont jetés. Tant pis si j’ignore tout du temps de TRAJET, tout compte fait, cette nouvelle vie ne m'effraye pas plus que ca !

Je me penche à la fenêtre : au ronronnement du CAMION, rempli à ras bord, je comprends que les DEMENAGEURS sont impatients de PARTIR . Ils s’activent , sont au mieux de leur forme . Aussi, en les voyant manipuler sans trop de délicatesse mon gigantesque miroir, je ne peux m'empêcher de crier ;
« Messieurs, s’il vous plait, Pitié ! faîtes attention , si on pouvait éviter la CASSE cela m’arrangerait. Vu les dimensions, c’est au moins 100 ans de malheur assurés ! et , franchement , c’est vraiment pas le moment !...



cartons.jpg
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.