Bonjour,

J'ouvre ce forum ici parce -que dans le blog qui parle de la colère , j'avais évoqué le pardon comme solution et que @AMELIE pense que le pardon est + un truc religieux ...et que l'acceptation c'est mieux ...Mouais ....moi je pense que l'acceptation est comme forme de "soumission " ...comme si on devait tout tolerer pour avoir la paix ...la paix de l'esprit . Soit ...on peut accepter mais après ? Il se passe quoi ? Qu'en pensez-vous ? Acceptation ou pardon ?
Moi, je reviendrai plus tard car je viens de desherber tous mes ptits ronds de fleurs et je suis toute sale de terre en plus j'ai l'impression d'avoir plein de foumis sur moi car je m'étais mise à genoux pile- poil sur un nid . Je faisais une pause clope, je lisais "vaguement ' les forums et les blogs et j'ai pensé faire celui-ci .

Je vous souhaite une bonne fin d'après midi ...Moi, jm'e douche je dépends une dernière lessive et je reviendrai ptet .
:)
...

@Carole ...

Peut-être est-il mieux de « pardonner » ...
non pas que la personne mérite ton pardon,
mais parce que toi, tu mérites la paix ...

Image
j'ai lu cette phrase quelque part @Chlo ...et je suis d'accord avec .

:)
Bonjour Je comprends la distinction que fait Amélie entre pardonner ou accepter Pendant 95ans, j'ai eu beaucoup d'occasions de m' interroger sur ce domaine.
Sans hésiter, je choisis le mot "pardonner"; Je trouve qu' il installe une distance plus forte que le terme accepter. Surtout il permet de ne pas pardonner ; je dis bien de ne pas pardonner. Il existe une satisfaction jouissive à posteriori d'avoir pu se payer de n'avoir pas pardonné. TJC.
...

@Carole ...

... et aussi, suivant la situation, les situations ...

« Renoncer ne signifie pas toujours que tu es faible,
mais que parfois tu es suffisamment fort/e pour laisser tomber »

(inconnu)

Image
Pardonner ; oui certes pourquoi pas ,si ce n'est pas répétitif sur les années ,il y a des limites à tout ( malgré soi )!!

Acceptation; tout dépend de quoi l'on parle , là aussi !!

Je pense que c'est à chacun de savoir ce qui est pardonnable et acceptable , pour lui même !!

Je suis d'accord avec CHLO ...pour la paix

PERSO ; J'OPTERAIS APRÈS LE PARDON ET L'ACCEPTABLE , " l'indifférence " C'EST LE MEILLEUR DES MÉPRIS , SIMPLE ET EFFICACE ,ET TELLEMENT PLUS JOUISSIF ...pour avoir enfin la paix
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
Mais euh ....je ne vois pas trop l'interêt de pardonner si cela doit aboutir à du mépris . Autant ne pas pardonner .

Sincèrement, c'est tellement bon de se débarrasser de ce fardeau terrible que représente toutes ces émotions et ressentis négatifs . Cependant je comprends bien qu'ici, parfois,( à cause de commentaires etc ... ) l'indifférence est parfois nécéssaire . Je dis bien "nécessaire " car perso je ne suis pas une personne indifférente . Le pardon exige une force de caractère inouîe . Quelques fois même on a l'impression de se rabaisser vis à vis de la personne qui nous a blessé . Mais quelle importance ? On a posé notre fardeau, on est leger ...et si l'autre se sent "grand " on s'en fiche bien . Par contre il faut tout faire pour que la situation se se reproduise plus . Encore une fois mon commentaire n'est tissé que des fibres qui ont contibué à me construire . La trame de l'histoire de chacun étant différente, c'est donc à chacun d'adapter son comportement et ses "solutions " face à ces blessures .

Je vous souhaite une bonne journée . Moi je viens de faire un gâteau ...oui ...encore un .. . j'ai essayé le cake aux fruits confits avec du rhum .

:)
Screenshot_20200521-185428.png
....

JE NE SUIS PAS VOYANTE , MAIS LORSQUE L' ON COMMENCE À PARLER (pardon / soumission ) C'EST QU'IL Y A DE L 'EAU DANS LE GAZ !!!
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
Il ne faut pas "vulgariser " le pardon . Personnellement je parlais du PARDON : Le vrai PARDON . J'ai aussi précisé qu'il fallait tout faire pour ne plus se retrouver en situation d'avoir à le donner . Quant à l'acceptation , j'ai dit que moi je la comparais à une forme de soumission mentale . C'est pourquoi je préfère le PARDON .

Pardonner pour se sentir grand, c'est à mon sens le contraire du PARDON . ( Je fais référence au dessin qui accompagne ton commentaire ) .

L'humilité entre en ligne de compte dans cette affaire là .
"Je sais qui je suis, je sais ce que je vaux " et ... "je ne suis rien et ne vaux pas plus que quiconque . " " J'ai mon histoire et tu as la tienne " .


Les réglements de comptes ....hum ....souvent à vouloir verbaliser oralement avec un interlocuteur ça craint . L'autre vous coupe la parole, n'entends pas ...etc ...mieux vaut écrire ...s'écrire ...écrire à l'autre . Expliquer . Dans le feu de l'action nos émotions parasitent nos argumentations . Une lettre se lit ... se relit ...et se relit encore au calme ... il faut marquer un temps d'arrêt .

Mais ...si on a en face de soi une personne de mauvaise foi ....rien n'y fera .
Moi , quand j'en ai une en face de moi, je dis à tout ce qu'elle dit : " D'accoooord ! " plusieurs fois ou alors : "Tu as surement raison " . et je lâche l'affaire . La "sagesse " s'acquiert doucement parfois ...mais elle s'acquiert . Certaines personnes ont besoin de plus de temps . Mais je le redis : Il faut une force de caractère importante pour pardonner et tout le monde en est capable . A ce propos , et c'est pourquoi j'ai mis ce forum dans " Religions et croyances " La première personne qui nous a montré l'exemple c'est Dieu .

De nos jours les gens font + preuve de diplomatie .

Ici il fait gris . La pluie est enfin là . J'aime ce temps car la nature est contente et puis surtout ....je n'ai pas à arroser le jardin .
Chlorophylla a écrit : ...

@Carole ...

Peut-être est-il mieux de « pardonner » ...
non pas que la personne mérite ton pardon,
mais parce que toi, tu mérites la paix ...

Image



Jolie phrase, :P ... presque un leitmotiv :oops: mais me pose questions : :roll:

N'engendre t elle pas une lassitude qui peux induire un délaissement et par là générer un changement de repère Galiléen ? (+ - Ne plus être en phase) 8)
Il faudrait que tu développes @JihemD . Le peux-tu s'il te plaît ?
Je laisse Jihem expliquer son repère galiléen.

Je crois Carole que tu te compliques les choses. Acceptation et pardon sont liés. Le pardon va plus loin.
Je vais au plus simple :
Quelqu'un me fait du mal et moi j'ai fait du mal à la même personne ( situation de colère impulsive et directe par exemple) ou j'ai fait du mal à une autre personne qui le sait ou ne le sait pas, mais en a souffert certainement. Si je change le mot mal en maladie, tu acceptes que le mal est une maladie et qu'il faut une thérapie. Tu es dans l'acceptation : l'autre souffre d'un mal qu'il voit ou ne voit pas et en rapport à toi-même , ou bien toi tu souffres aussi d'un mal qui revient toujours (jalousie, impulsivité, possessivité, violence, dilapidation, prodigalité, inconscience, paresse, etc...). Bref... déjà, c'est un pas qui va permettre de faire quelque chose (réfléchir, partir, progresser vers une entente, vers la bienveillance - veiller à faire le bien et aussi à faire du bien - donc thérapie pour l'autre et pour soi-même).
Pardon : dans ce mot il y a déjà le mot "don" Tu vas donner quelque chose pour que le mal fait parte, quelque chose qui vient de toi, du plus profond de toi, quelque chose qui t'a demandé un effort lent, qui t'a fait souffrir à la recherche d'une guérison : "tu m'as fait mal, mais je te pardonne, et en te pardonnant, je te fais du bien mais je me fais du bien aussi, j'ai choisi la bienveillance".
Si l'on sait d'avance, et nous le savons tous, que l'imperfection est la loi commune, celle de l'autre, comme la nôtre, nous savons bien que nous allons vers la rémission bien plus que la guérison (ce serait trop miraculeux, comme ça d'un coup de se retrouver si bon, si bien, Lol !!!). Nous voilà dans l'acceptation, par conséquent. Mais cette acceptation est la base de tout pardon.
Est-ce que j'ai été cohérente ? Je me le demande toujours. Bon dimanche, Carole.
Oui @AMELIE .... c'est cohérent . Je pense que tu as raison . On s'accepte et on accepte l'autre . On se pardonne et on pardonne à l'autre . "Tourner la page " n'induit pas que toutes les pages précedentes disparaissent . Le jour où l'on est capable d'aller les relire sans avoir mal , ce jour là, on peut dire ..."j'ai accepté et j'ai pardonné ...j'avance ...j'avance .. "

Bonne fin de journée à toi AMELIE et à tous ceux qui passent par ici .


:)
Bravo Amélie et merci!
Ta démonstration est belle et pertinente sur le plan des relations inter-personnelles.
Mais peut-on pardonner les crimes nazis...

bon dimanche à toi et à Carole... :D
Bonjour Carole,
Non les "pages précédentes" comme tu dis ne disparaissent pas. Nous restons en nous-mêmes avec nos fautes que nous ne nous pardonnons pas ; quant à celles des autres, surtout de nos proches, nos enfants, petits-enfants, le temps est nécessaire pour trouver comment faire pour montrer qu'il y a eu un abus et que cet abus peut en induire, en entraîner d'autres... Vois-tu c'est quelque chose qui me taraude depuis très longtemps, mais je veux arriver au moment où je serai capable de trouver quelque paix profonde en moi pour l'exprimer de façon sereine. Il s'agit d'édifier un sens profondément et personnellement responsable à une erreur et à la fausse excuse de cette erreur. Pas facile, mais je dois y arriver. Cela ne veut absolument pas dire que je suis quelqu'un d'exemplaire, pas du tout et l'on peut ne pas comprendre, ne pas accepter, ne pas pardonner certains de mes torts (que d'ailleurs je suis bien contrainte d'accepter (bien évidemment !!) sans me les pardonner... tu vois les limites de mon raisonnement ? ). Encore une fois, je me demande si ce que je dis est cohérent, car c'est important .

Bonjour Zeno,
De ce que je viens de dire à la fin de mon message pour Carole, il en ressort que le criminel de guerre ne peut se pardonner ou peut-être y arrivera-t-il quand il aura dans la condamnation et au terme de la peine infligées, retrouvé la justification de celles-ci et l'humilité d'un changement menant à une sorte de rédemption.... Mais là , je parle abstraitement car je ne connais pas cette situation. Tout ce que je peux dire, c'est que toi, Zéno, comme moi, nous appartenons à la génération des enfants des nazis, et que ces enfants qui sont nos amis, ont dû eux-même subir pendant des années en classe la leçon des fautes du nazisme, que certains ont grandi soit en arrivant à la haine de leurs parents (bien que ceux-ci aient été en général très aimants avec leur famille) soit en portant le fardeau de l'acceptation. Et c'est ainsi que l'humanité va, et continue à aller... Ne pas oublier que les victimes des nazis réchappés des camps, même ceux portant sur eux les stigmates de leur enfer (tatouage du numéro, ongles arrachés qui n'ont jamais repoussé, etc...) n'ont pas parlé de cet enfer ni à psychiatre ni à psychologue ni à curé. Sont-ils devenus des haineux vis à vis des Allemands descendants de leurs bourreaux ? Non.... Ils n'ont pas pardonné mais ont accepté, ce qui ne veut pas dire qu'ils ne luttent pas de toutes leurs capacités, une fois que cela leur est possible, pour condamner et empêcher que de telles horreurs criminelles et génocidaires ne se reproduisent. Tout ce paragraphe est encore une fois du discours un peu vide de ma personne, je ne fais qu'exprimer l'opinion de tous, ici, car je ne connais pas personnellement cette situation mais j'ai des amies allemandes et des amis juifs... Et j'écoute ce qu'on veut bien me laisser entendre, c'est à dire peu de choses quand même car les descendants se font silence en eux-mêmes pour vivre.
Acceptation pardon sont des nécessités de vie.