La solitude peut être une amie ou une ennemie, tout dépend si la personne est une dépendante affective.
Pendant des années la solitude m'a fait peur, plus je la fuyais plus elle me collait à la peau.
La solitude nous met face à nous même, depuis 1 année j'ai appris à vivre avec elle, et j'avoue que même si je suis seule je n'en souffre plus, une fois apprivoisée j'avoue que je prend plaisir à me retrouver seule, surtout le soir, des moments privilégiés dans le silence de la nuit, on peut écouter de la musique, admirer la lueur des flammes des bougies .... et trouver un compagnon de vie sera un plus et non plus une nécessité . [/i]
Hello @Dedicace ! En accord ( très-très....) total avec votre exposé sur la solitude Je sais de quoi j'écris : handicapé fauteuil Bravo pour la "tranquilité et l'independance le soir" Oh combien reposantes. Bonne recherche ! TJC.
Dedicase à écrit : " j'ai appris à vivre avec elle, et j'avoue que même si je suis seule je n'en souffre plus, une fois apprivoisée j'avoue que je prend plaisir à me retrouver seule, surtout le soir, des moments privilégiés dans le silence de la nuit, on peut écouter de la musique, admirer la lueur des flammes des bougies .... et trouver un compagnon de vie sera un plus et non plus une nécessité ."

Je suis d'accord et je le sens à 100 %.
J'ai même besoin d'être seule un certain temps par jour, tout autant que de profiter au max d'être en bon compagnie.
Ceci ne veut pas dire que je suis capable de parler à personne pendant des jours d'affilés.
Avoir des ami(e)s est vachement important... s'avoir qu'il y a des gents pour qui on existe et qui existent pour toi...

Je voyage en camping car, et souvent seule.. ce que ne me gêne pas ou plutôt plus...(j'ai du apprendre). Mais qu'es ce que c'est bien de voyager à plusieurs ou de juste parler avec le pêcheur et ou marcheur qu'on croise....

On est que bien seule quand on sait qu'on a le choix.