carole80 a écrit : Bonjour @Linaline66 ,

Merci pour ton partage . J'ai bien aimé .

Coucou AMELIE .



Bonsoir @carole80
Merci à toi de l’avoir lu et ravie que tu aies aimé :-)
Merci pour l'appeau d'Ecouille, je le retiens à vie. Merci Jihem. Et bien on en partage des choses, Linaline, Jihem et Carole...
Lire ce forum, ça vaut vraiment l'appeau d'Ecouille, ah, chouette, enfin une rareté inoubliable... Mais ceci dit je vais me chercher un appeau d'Ecouille, ce doit être si bien d'attirer les oiseaux, et que les messieurs ne songent pas à tort à ...
Bonne journée
Je suis contente d'avoir appris quelque chose . Je répétais bêtement cette expression sans en connaître la signification et comme beaucoup ( je suppose ) j'imaginais "la peau des couilles " ! Du coup j'avais changé par " ça va coûter bonbon ) , car je n'aime pas le mot "couille " .

Bonne journée .
Bonsoir et merci d'avois signalé que cela vous a apporté plaisir :oops: :oops:

Amélie, je vous rappelle que l'appeau d'Ecouille a quand même couté le quart de la fortune de l'acheteur :(
Vous me direz que pour une pièce du début du XIX siècle il est possible de faire des folies :P :D :P peut être déraisonnables.
Mais un appeau "moderne" est aussi capable d'appeler les oiseaux et doit être d'un cout plus raisonnable :lol:
Pour les oiseaux humains, ta présence devrait suffire 8)

Je vous souhaite de trouver celui qui enchantera la gente aillée de votre contrée. :wink:
Bonjour Carole,
Moi je disais "nouilles" à la place de couille(s) car tantôt je les mettais au pluriel (au cas où j'aurais ou on aurait oublié le nombre), tantôt au singulier pour faire plus singulier tout simplement, parce que tout de même c'est quelque chose de très singulier.. bref.
Bonjour Jihem,
Ah bien en ce moment je dois faire le vide car mes amiEs me fuient et même hier une m'a quittée avec perte et fracas. Bon je pense que les oiseaux mâles obéissent encore à mes appauts (pluriel d'appats) des Douilles (devrait se mettre au singulier pour une lady).
Lettre a des amies disparues


Que je vous regrette belles sauvageonnes !! vos facondes façons a nous pousser au FEU des échanges étourdissants mais vivifiants ont créé biens des ORAGES dons nous nous régalions a loisir.
Comme vous étiez de vivantes meneuses, a la fois SAUVAGE dans la répartie, et tendre lors de l'élaboration d'une idée plaisante qu'en CHASSEURS avertie vous aviez mis à jour, comme le PALEONTOLOGUE caressant à grand soins une découverte récente.
Vos seules PEURS étaient de tomber dans la mièvrerie revendiquée par d'aucuns ne sachants vous appréhender !
Les ORAGES étaient fréquent, certes, mais avaient dons de vous stimuler, vos argument MASSUES laissant ces quidams pantois, ... égarés, ... penauds.
Malheureusement vous n'avez pas vu le DANGER ; leurs grandes ?? réactions : sortir de leur GROTTE de façons désordonnée et entamé une charge de MAMMOUTHS barrissant des jérémiades à fendre les montagnes. Leurs folles farandoles pétaradantes ont finis par lasser les têtes pensantes qui vous on bannies.
Depuis, dans ma TANIERE mentale, je ne peux que contempler d'une insipide langueur, les restes dévastés qui, ... je pense font leurs bonheurs.
Bonjour,

Pourquoi ce texte si beau ne va-t-il pas sur les MV ?
Il répond à tous les critères !
Ce serait vraiment dommage, mesdames et messieurs en seraient ravis...
Bonne journée !
Je suis tout à fait de l'avis d'Epsilon...
Bravo Jihem !
Bonjour,
Je me permets de poster une nouvelle acrostiche, c’est un pêché mignon que j’ai découvert lorsque j’ai commencé à écrire il y a 1an grâce aux autres auteurs de la plateforme d’écriture où je me suis inscrite :D Bonne lecture :wink:


Murmures évanescents

Mystérieux mots silencieux que l’on perçoit ; tantôt précieux, tantôt furieux,

Unable en rumeurs cachées, usable en ouï-dire diffamés, immuables sons frissonné,

Respiration caressante aux vibrations légères ; ils cajolent, ils affolent, ils flânent.

Mouvement de l'eau, mélodie cantabile abreuvant la vie dans un chuintement volubile.

Univair aux astres bougeant, tournant dans une cacophonie silencieuse et tonitruante,

Râles du désir, effleurements du plaisir, confidences câlines ou exigences mutines.

Errance des vents au travers des feuillages d’automne, qui virevoltent, chuchotent, dansent et

Susurrent aux ailes des oiseaux, guident leurs plumes sur les chemins ; tout là-haut.


Éphémère langage se délitant dans des volutes d’échos, se montrant, se cachant, jouant,

Volages et infidèles, insatiables et éternels, ils déambulent sans contraintes ; libres.

Ailes arachnéennes qui parcourent le monde, arpentent les méandres des pensées, de la voix

Nonchalants et languides, ils se posent un instant au creux de l'oreille, se délitent dans une

Évanescence invisible, reprennant leurs souffles, revenant dans un bourdonnement. Tantôt

Sensuelles, angoissant, tantôt féminins, tantôt masculins, affiliés aux quatre élémentaires :

Crépitement du feu, clapotis de l’eau, caresses de l’air, frémissement de la terre, ils

Enlacent à voix basse, estompent les clameurs, sèchent les larmes, atténuent les douleurs.

Nébuleuses sans lumière, arcs-en-ciel intouchables, ils ont été, sont et seront toujours là.

Temporels et intemporels, nous les aimons et les haïssons, les faisons nôtres ou les rejetons,

Symphonie de murmures insaisissables ; de mystérieux mots silencieux.
Très beau.
Il fut un temps de vie où, à la trentaine, je me disais " qui portera son Regard sur moi ? " Jamais personne ....
Maintenant je ne cherche plus de Regard et cependant combien de sourires derrière le masque m'arrêtent et j.écoute les voix et j.ai du mal à quitter les regards... Nous avons mal en nous quittant....
Alors... que dire de cette expérience curieuse ? Je porte la vie à la vieillesse et je ne l.attirais pas quand j étais jeune. Voilà tout.
Bonjour @AMELIE ,

Merci de ton passage .

Peut-être émets-tu des ondes de sagesse qui attirent ?