Péché de gourmandise ici et là



Ici, l’assiette de fruits de mer vous fait rêver l’Estran. En déclinaisons de roses et d’étain avec quelques taches de noir, les crustacés se pavanent, enlacés de rubans d’algue. Les langoustines en couple, pinces aux côtés, tête contre tête, se caressent le nez, narguant les crevettes esseulées se dardant au soleil de rondelles de citron finement sculptées sur un miroir de glace pilée, au pourtour de l’assiette. Paressant dans leurs coquilles enroulées, les bulots ne montrent que le pied. Les fragiles bigorneaux sont sagement à l’abri dans un petit ravier. Au milieu de cette palette, deux petits caquelons de porcelaine blanche invitent à la trempette de la récolte des rochers.

Là bas, la terrine de Saint Jacques subtilement parfumée au Muscadet attend patiemment d’être dégustée avec une chantilly aux fines herbes, aux côtés d’un petit mesclun bien frais aux couleurs printanières sur des toasts aux ors de l’automne.

Ici, le Saint Pierre s’étale sur le dos, moucheté d’un beurre blanc, il repose sur une mousseline d’asperges sauvages et une écrasée de pommes de terre truffée dans une savante superposition géométrique.

Là bas, saumon, cabillaud, et haddock fumé se cachent sous un lit de choucroute aux baies de genièvre. Seules les gambas montrent leurs têtes à l’ouverture de la noire cocotte de fonte.

Ici, le gastronome conclut sur la tendresse du pastel acidulé d’un moelleux au citron vert sur coulis framboisé.

Là bas, la tarte au citron est revisitée en une agréable surprise. Elle s’habille rétro dans un pot où nos grands-mères auraient fait la confiture. L’onctueuse mousse de citron se couvre d’abord d’un crumble avant que d’enfiler un drapé meringué et caramélisé.

Sur les nappes blanches immaculées, l’Alsace fait union avec la Bretagne.

Ici le Gewurztraminer se montre exubérant dans ses notes florales.

Là bas, le Tokay à la robe limpide vous offre délicat arôme de citron avec une pointe d’épices.


ICI = La Taverne Rennes LA-BAS : Brasserie de la Paix Rennes