Quelle est votre seuil de tolérance avant de mettre un terme à une relation, amoureuse, amicale, matrimoniale….


En partant, je sais que mon niveau de tolérance est vraiment faible pour ce qui a trait aux relations. Je peux sembler très difficile à côtoyer mais en réalité, c’est tout le contraire.

Je prône haut et fort le respect entre les personnes, nul besoin d’être en accord mais aucun droit de monter le ton, de faire de la violence verbale, du chantage émotif et j’en passe. L’intimidation physique n’est pas pire, c’est aussi un gros NO NO.

Combien d’entre vous pensent qu’il est normal de se quereller dans un couple ? Pour l’avoir entendu encore et encore… pour la quasi-totalité des gens avec qui j’en ai parlé, la réponse est oui c’est tout à fait normal de se chicaner. Or dans mon livre à moi, ce n’est absolument pas acceptable.

J'ai même entendu à plusieurs reprises que certains cherchaient parfois la querelle car ils aimaient les rapprochements qui s’en suivaient.

Suis-je vraiment l’exception, celle qui ne donnera qu’une seule chance si l’infraction commise est propice à UN avertissement ?

Vous, jusqu’où allez-vous tolérer, pardonner, excuser, faire fi, avant de passer au choix de tirer votre révérence?

J’ai vu mon père manquer de respect à ma mère régulièrement, il abusait mentalement et même physiquement. Elle l’excusait pour tout et toujours. Chaque fois, il s’excusait en lui achetant une nouvelle robe pour aller dans un bon resto et même faire un petit voyage de 3-4 jours. J’ai tenté de lui faire comprendre qu’elle n’avait pas à subir ça mais elle disait en être amoureuse. Personnellement je crois à une dépendance rien de plus. Je ne comprends pas comment on peut choisir de demeurer dans une relation qui nous fait du mal, o☼1 nous empêche de nous épanouir.

Pour réplique à JihemD, personne ne mérite d’être malmené mais si on malmène quelqu’un, il faut s’attendre à des représailles parfois…. À moins que l’autre tire sa révérence tout simplement ce qui est aussi une représailles…différente certes mais de mise.
j ai une énorme tolérance amoureuse dès lors que dès les premiers temps j'ai mis mes conditions et autres volontés et confronté nos aspirations …

Dès que je me sens mal, moche, ou alors frustrée par sa conduite je pardonne parfois deux ou trois fois après je file a l'anglaise sans haine sans mépris mais en colère contre moi de m'être encore trompée …

l'irrespect le racisme le mépris me font fuir a jamais ..l alcoolisme et la bêtise la mechanceté aussi …….la fraternisation ( être sa meilleure pote ) aussi ….

Autant dire qu'en amour je donne beaucoup mais que j'en attends de même …..
jaguar999 a écrit : Quelle est votre seuil de tolérance avant de mettre un terme à une relation, amoureuse, amicale, matrimoniale….


En partant, je sais que mon niveau de tolérance est vraiment faible pour ce qui a trait aux relations. Je peux sembler très difficile à côtoyer mais en réalité, c’est tout le contraire.

Je prône haut et fort le respect entre les personnes, nul besoin d’être en accord mais aucun droit de monter le ton, de faire de la violence verbale, du chantage émotif et j’en passe. L’intimidation physique n’est pas pire, c’est aussi un gros NO NO.

Combien d’entre vous pensent qu’il est normal de se quereller dans un couple ? Pour l’avoir entendu encore et encore… pour la quasi-totalité des gens avec qui j’en ai parlé, la réponse est oui c’est tout à fait normal de se chicaner. Or dans mon livre à moi, ce n’est absolument pas acceptable.

J'ai même entendu à plusieurs reprises que certains cherchaient parfois la querelle car ils aimaient les rapprochements qui s’en suivaient.

Suis-je vraiment l’exception, celle qui ne donnera qu’une seule chance si l’infraction commise est propice à UN avertissement ?

Vous, jusqu’où allez-vous tolérer, pardonner, excuser, faire fi, avant de passer au choix de tirer votre révérence?

J’ai vu mon père manquer de respect à ma mère régulièrement, il abusait mentalement et même physiquement. Elle l’excusait pour tout et toujours. Chaque fois, il s’excusait en lui achetant une nouvelle robe pour aller dans un bon resto et même faire un petit voyage de 3-4 jours. J’ai tenté de lui faire comprendre qu’elle n’avait pas à subir ça mais elle disait en être amoureuse. Personnellement je crois à une dépendance rien de plus. Je ne comprends pas comment on peut choisir de demeurer dans une relation qui nous fait du mal, o☼1 nous empêche de nous épanouir.

Pour réplique à JihemD, personne ne mérite d’être malmené mais si on malmène quelqu’un, il faut s’attendre à des représailles parfois…. À moins que l’autre tire sa révérence tout simplement ce qui est aussi une représailles…différente certes mais de mise.

Je pense sincèrement que vous êtes un tantinet spécial,un couple c'est deux personnes étrangères qui sont attirés par un sentiment flou qui est l'amour,donc deux façons de penser différentes,deux éducation et parcours différents donc on peux se chicaner parfois,se chicaner n'est pas s'invectiver,mais faire comprendre a l'autre que l'on pense autrement et affirmer sa personnalité......j'ai été marié plus de 30 ans,mon épouse a toujours eu sa liberté intellectuelle,mais parfois il y avait des désaccords,donc des oppositions...c'est normal dans tous échanges et encore plus dans un couple,cela n'empêche en rien la complicité, l'amour.
Un couple doit vivre......donc forcément par moment des points de désaccords
Comme pour beaucoup de choses, tout est une question de dose.
Jaguar dit : " J’ai vu mon père manquer de respect à ma mère régulièrement, il abusait mentalement et même physiquement. Elle l’excusait pour tout et toujours...personne ne mérite d’être malmené " .
Ce propos montre bien qu'il y a une différence de taille entre le conflit violent où l'un abuse de sa nette supériorité sur l'autre et la chicane dont parle Sparte, laquelle voit 2 partenaires se chicaner à égalité " d'armes ".
Chicane où aucun des deux ne s'en sort gravement blessé, que ce soit physiquement ou psychiquement.

Jaguar dit aussi : " aucun droit de faire de la violence verbale, du chantage émotif ". La violence verbale : il y a une différence entre :
- crier : " tu m'énerves, tu ne fais aucun effort pour..., j'en ai plus que marre " et
- dire froidement : " tu es trop con, pas la peine que je me fatigue à t'expliquer ".
Perso, je préfère la 1ère forme de violence qui ne juge pas et ne condamne pas mon " je suis ce que je suis ", mais juste quelque-chose de mon agir qui a contrarié l'autre.

Jaguar parle de la dépendance de sa mère. Je pense que c'est bien plus complexe que ça. Il y va de la tolérance dans l'amour comme de celle à la douleur. Plus il y a acceptation, plus le seuil de tolérance s'élève.
Nous n'acceptons pas tous les mêmes choses suivant le système de valeurs que chacun s'est construit.
Mais cette acceptation doit être un choix libre de la personne et non dictée par la peur. On en revient au rapport de forces quand l'un domine l'autre et use et abuse de son pouvoir.

" Chaque fois, il s’excusait en lui achetant une nouvelle robe pour aller dans un bon resto et même faire un petit voyage de 3-4 jours. J’ai tenté de lui faire comprendre qu’elle n’avait pas à subir ça mais elle disait en être amoureuse."
Il y a effectivement ce que l'on appelle les bénéfices secondaires. Ils permettent de mieux supporter ce qui est insupportable et d'y trouver indirectement son compte.
Elle disait en être amoureuse : je pense que c'est réel. On peut ne pas le comprendre...mais on n'est pas dans la peau de l'autre pour comprendre ses désirs, ses attentes, ses souffrances et là où il trouve son plaisir.

La seule chose importante à mes yeux, c'est que l'un des deux ne se retrouve pas en réel danger et que son intégrité physique et/ou psychique ne soit pas altérée.
bonjour

même topo que pimousse

l intolérance , le racisme social, régional , national , de couleur,
la mauvaise foi, le mensonge

l irrespect sous tous ses formes,

la méchanceté, l orgueil démesuré les m as tu vu

me font fuir , à tout jamais

:? :? :?
Bonsoir,

Oui sissi mais çà çà se voit avant non ?

Pour l'après ou le pendant il faudrait mettre un terme quand on ne sent plus assez aimée ou bien quand on en est sûre. Non ?
Sujet intéressant que chacun aborde d'une façon très personnelle suivant son vécu, sa culture et ses aspirations!

Pour moi, la relation que se soit en couple ou en société ne se résume pas en "blanc" ou "noir", c'est souvent entre les deux que se trouve l'équilibre.

Chacun place le curseur là où sont ses limites qui peuvent être différentes suivant le sujet abordé, le moment....

Ce n'est pas par une ligne droite, mais par une succession de petits virages dans lesquels chacun fait des concessions qu'on trouve un équilibre . :|
@ Sparte,

Je conviens parfaitement qu’on ne peut être d’accord avec les autres tout le temps et on doit aussi s’affirmer mais, MAIS signifier son désaccord ou s’affirmer ne veut pas dire se chicaner et hausser le ton ou intimider physiquement. Je n’ai pas de tolérance pour ça.

@ mayah,

Il m’est arrivé de dire à mon ex conjoint, je sors prendre une marche car je ne veux pas dire des choses que je pourrais regretter, je n’ai jamais eu à crier et si je l’avais fait, je lui aurais donné un droit de réplique. Je me souviens d’une fois où m’a dit, ‘’dit quelque chose, fâche toi’’ il attendait juste que je lève le ton pour répliquer, possiblement pour que j’en rajouter et lui de même… se taire et aller prendre une marche c’est selon moi, la chose à faire

Je vois que je suis un peu plus particulière sur ce point….ça doit aussi expliquer que je ne me chicane jamais avec mes amis(es). Ce que j’exige des autres, je l,offre en partant.
mirabelle51 a écrit : Bonsoir,

Oui sissi mais çà çà se voit avant non ?

Pour l'après ou le pendant il faudrait mettre un terme quand on ne sent plus assez aimée ou bien quand on en est sûre. Non ?


oui et non

tu penses bien , qu on le découvre petit à petit, c est la somme de tout ça,

et certains cumulent qui fait tout déborder,

certaines personnes , et j en suis convaincue sont nés avec un fond mauvais!
@jaguar, j'ai été obligée d'agir de la sorte aussi, ne plus rien dire. ....tout encaisser sans rien dire....car c'est alimenter les échanges malsains....
Ça s'apprend, on né pas comme cela....
on ne sait plus ou mettre un curseur , s'il faut monter haut ou bas !
3 personnes differentes , que j'ai rencontrées!
une en haut de l'echelle et l'autre en bas!
celle qui se croyait au zénith, dit un mot de trop ! et hop colére!
l'autre au niveau inférieur , tu l'aides mais ne tient pasd compte de ta gentillesse, et hop dégout!
dans tout ca ou tu te situes:
tu mords la langue et tu t'en vas
a quoi bon !!
Au nom des femmes !!

Juste en passant !!
C'est se dire, heureuse en amour(c 'est vague) et de se retrouver à faire tapisserie (l'ennui) avec l'epluche légumes en plus de faire bouche-trou !!
Y en a qui aiment (certaines) les goûts sont dans la nature apparemment, et appellent ça de l'amour !!
Ce n'est pas mon point de vue, parole d'homme !!
Le seuil de tolérance serait de ne plus pouvoir communiquer dans le couple, le mutisme de l'un ou l'autre, les blessures du coeur ou autre qui reste.

Dans mon couple, nous l'avons atteint ce seuil il y a qq années et pourtant nous sommes toujours ensemble et fou amoureux l'un de l'autre après 27 ans de couple.

C'est de pouvoir vraiment dialoguer ou peut être un amour fort l'un pour l'autre !!!

Le silence, le mustisme n'a jamais rien réglé, bien au contraire, ce n'est que mon avis !
en effet , le mutisme et l'absence de dial ne font rien de bon!
mais que faire!
attendre ou soufrir ensilence! partir surement !
tout est relatif, ça dépend des personnes....

avec certaines personnes il est très bien de mettre tout à plat et d'avoir une bonne explication, ça éclaircit la situation.... et souvent arrange bien les choses.....

avec d'autres, c'est plus sournois, on essaie de vous faire parler pour se donner bonne conscience et ensuite pouvoir mieux vous rabaisser, il faut savoir doser.....