Et tu as oublié les "Pieds nickelés" :lol: :lol: :lol:
60ce36723c17bbac504f2ef4c8a46995-2.jpg
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
non , reconnus et souvenirs de leurs noms aussi
F pole emploi.jpg
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
Jésus qui est amour, recherche son père putatif .. Très émouvant !

F pinocchio.jpg
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
F parents.jpg
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
15894844_1806114836304237_1679884668208597089_n.png


:mrgreen:
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
16406621_1518326904847219_1056486941918088689_n.jpg


:mrgreen: :arrow:
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
16195364_10154358445630658_6595231922987387243_n.png


:mrgreen:
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
Reçu par mail ce jour, de la part de ma nièce qui a joint comme commentaire :
"Coucou tantine, ça devrait plaire à tes papys et mamies à l'esprit mal placé MDR"


Le petit Thomas demande à sa maîtresse s’il peut lui parler après le cours. Elle accepte.
    – Alors, que veux-tu me dire Thomas ?
    – Je pense être trop intelligent pour rester dans cette classe, je m’embête ! Je voudrais passer directement au Collège. Sur ce, le directeur demande à Thomas s’il veut bien passer des tests. Thomas accepte sans hésiter. Le directeur, pour clore l’entretien rapidement, commence le test.
    – Voyons voir Thomas : 36 x 49 ?
    – 1764 !…
    – Et 363 x 363 ?
    – 131769, M. le directeur…
    – Capitale du Liechtenstein ?
    – Vaduz !
Le test continue pendant une demi-heure, Thomas ne fait aucune erreur. A la fin du test, le directeur est satisfait mais l’enseignante demande si elle peut à son tour lui poser des questions.

Tous les deux acceptent, la prof commence :
    – Bon, … Thomas, … la vache en a 4 , moi j’en ai 2, qu’est ce que c’est ?
    – Les jambes, Madame !
    – Correct. Qu’est-ce qu’on trouve dans tes pantalons et pas dans les miens ?
Le directeur s’étonne de la question…
    – Des poches, Madame !
    – Où est-ce que les femmes ont les poils les plus frisés ?
Le directeur se prépare à intervenir lorsque Thomas répond :
    – En Afrique, Madame !
    – Qu’est-ce qui est mou mais qui, avec les mains d’une femme, devient dur ?
Le directeur ouvre grands les yeux, mais avant qu’il ait eu le temps de parler, Thomas répond :
    – Le vernis à ongles, Madame !
    – Qu’est-ce que les hommes et nous avons au milieu des jambes ?
    – Les genoux, Madame !
    – Bien, et qu’est-ce qu’une femme mariée a de plus large qu’une femme célibataire ?
Le directeur n’en croit pas ses oreilles.
    – Le lit, Madame !
    – Qu’elle est la partie de mon corps qui est souvent la plus humide ?
    – Votre langue, Madame !
    – Quel mot commençant par la lettre « c » désigne quelque chose qui peut être humide ou sec et que les hommes aiment regarder ?
    – Le ciel, Madame !
Le directeur soufflant, transpirant comme un sauvage, décide d’arrêter le test et s’exclame :
    – Ce n’est pas au Collège que je vais t’envoyer mais directement à l’Université ! Même moi j’aurais tout raté à ce test !

Morale de l’histoire : C’est avec l’âge que l’on devient pervers

Je tiens à vous préciser que ma nièce est infirmière gériatrique ;)
Pourquoi la génération de nos enfants nous rejette?

Pas tous, mais beaucoup, beaucoup trop!

ça fait mal d'avoir élevé un enfant et qu'il te rejette à l'âge adulte sans te dire pourquoi...

Certains d'entre vous ont-ils rencontré ce problème?...

Vassylka
Je pense, mais ça n'engage que moi, que les enfants qui rejettent leur parent sans dire pourquoi
est une réaction à un sentiment, réel ou imaginaire, d'abandon ou de trahison.
Je dis bien réel ou imaginaire, car certains évènements, comme le divorce, la dépression,
peuvent être vécus par l'enfant, même grand, comme un abandon ou une trahison, alors que
ce n'est pas lui qui est abandonné ou trahi.
Mais c'est le jeu inconscient de la projection, ou de l'identification qui met en place des émotions
qui font que l'enfant va réagir par le rejet, pour, croit-il, moins souffrir.
Il y a aussi le cas où les enfants ne se sentent pas compris, et acceptés dans ce qui constitue
leur être profond, ils se sentent niés dans leur " je suis ce que je suis ".
Je pense que le dialogue dans la neutralité bienveillante peut permettre une saine explication.
Mais dans ces cas-là, il faut beaucoup de force mentale pour que le parent rejeté ne réagisse pas
lui aussi avec ses affects, sa souffrance, ce qui ne peut conduire qu'à un dialogue de sourds
ou à un mutisme complet.
Affirmer que beaucoup de la génération de nos enfants rejettent les parents...
tu as tant d'exemples que ça, vassylka ? J'en ai quelques-uns autour de moi,
mais ils sont franchement minoritaires.
Pas de rejet de la part de mes deux filles.

Bien au contraire ! :D
Comme toi, malouloute, avec mes 3 fils : grande complicité...mais je ne crois pas que ce soit
ce que vassylka a envie et besoin d'entendre.
Elle ne dit pas grand-chose de sa propre souffrance, pudeur oblige, mais on la sent bien vive.
Bien sûr, ici, ce n'est pas un cabinet de psy...mais échanger quelques mots sur ce qui tient
à coeur, ça permet d'évacuer un peu de chagrin.
mayah12 a écrit : Je pense, mais ça n'engage que moi, que les enfants qui rejettent leur parent sans dire pourquoi
est une réaction à un sentiment, réel ou imaginaire, d'abandon ou de trahison.
Je dis bien réel ou imaginaire, car certains évènements, comme le divorce, la dépression,
peuvent être vécus par l'enfant, même grand, comme un abandon ou une trahison, alors que
ce n'est pas lui qui est abandonné ou trahi.
Mais c'est le jeu inconscient de la projection, ou de l'identification qui met en place des émotions
qui font que l'enfant va réagir par le rejet, pour, croit-il, moins souffrir.
Il y a aussi le cas où les enfants ne se sentent pas compris, et acceptés dans ce qui constitue
leur être profond, ils se sentent niés dans leur " je suis ce que je suis ".
Je pense que le dialogue dans la neutralité bienveillante peut permettre une saine explication.
Mais dans ces cas-là, il faut beaucoup de force mentale pour que le parent rejeté ne réagisse pas
lui aussi avec ses affects, sa souffrance, ce qui ne peut conduire qu'à un dialogue de sourds
ou à un mutisme complet.
Affirmer que beaucoup de la génération de nos enfants rejettent les parents...
tu as tant d'exemples que ça, vassylka ? J'en ai quelques-uns autour de moi,
mais ils sont franchement minoritaires.



Et refermer un cercueil ne suffit pas toujours
@ pascal : désolée, je ne comprends pas ton observation dans le contexte évoqué.
Peut-être aurais-tu la gentillesse de m'expliquer ce que je n'ai pas compris ?