@lesScriptoria
je dois avouer même si nous n'avons pas eu des échangent toujours (gentils) dans nos réponses sur certains sujets politiques voir syndicaux et ta révolte quasi permanente sur la société actuelle ? je suis agréablement surpris de tes écrits et prise de positions sur les autres forums où ta culture déjà très présente excelle voir plus........Continue dans ce sens pour mon plus grand plaisir
@Lescriptoria , merci pour tes écrits toujours très intéressant !
@Lescriptoria, merci pour votre long et intéressant écrit  :idea:
LesScriptoria a écrit : bonjour, une petite digression de ma part pour ne pas se cantonner à la fidélité sexuelle (oui je sais je suis dans un forum sexualité et non psychologie) mais la fidélité est un tout non ? bon, j'en appelle à mon maître de pensées (à penser) Jacques (Salomé ! pas l'autre :lol: )

Jacques Salomé couple quand survient la mort et l'infidélité!
https://www.youtube.com/watch?v=Y8Ef2ADP6l8

Il dit aussi cela ailleurs
"L'infidélité la plus terrible, c'est de tromper le meilleur de soi en ne se respectant plus. Jacques Salomé
« F. comme Fidélité
Pour la plupart d’entre nous, la fidélité est entendue comme un engagement pris envers l’autre et envers soi-même de ne pas avoir une relation sexuelle avec un tiers. Dans cet engagement il semble y avoir un implicite, "celui de ne pas tromper" notre partenaire. Par extension, l’engagement de fidélité englobe la croyance que nous veillerons à ne pas éprouver des sentiments amoureux pour un autre homme, une autre femme.
C’est là que la difficulté la plus paradoxale commence, car nous touchons au mythe ou aux séquelles de la toute-puissance infantile qui nous laisse croire que nous avons un pouvoir décisionnel sur nos sentiments, celui de considérer avec sincérité ou arrogance que "moi je n’aimerai personne d’autre que toi !"
Mais l’infidélité du cœur qui laisse croire à l’autre que nous l’aimons alors que nous nous sentons investi dans un autre amour est parfois plus violente que l’infidélité des corps ou le passage à l’acte sexuel."
Quand fidélité à l’autre et fidélité à soi peuvent cohabiter de façon harmonieuse, s’amplifier et se nourrir réciproquement, il n’y a pas de place pour l’infidélité. Mais oser dire : "Je ne peux pas continuer à rester engagé avec toi, car cela serait me trahir moi-même" semble très difficile. Aussi l’infidélité s’enferme-t-elle dans des silences, des non-dits, des mensonges. À l’occasion, elle aboutit à une double vie qui, lorsqu’elle est découverte, blesse celui qui se sent trompé ou trahi, et déstabilise aussi profondément celui qui s’est servi de ce dernier comme d’un alibi.
Mais si nous acceptons d’entendre au-delà des apparences, nous découvrirons que nous sommes plus souvent trompé par nous-même que par autrui."
Nous appelons cela la fidélité à soi-même ; elle est perceptible quand nous sentons le respect profond de nous-mêmes, quand il y a congruence entre notre agir et nos convictions, entre notre ressenti et notre parole. »"


je vous laisse lire aussi cet extrait se rapprochant davantage (pas de Jacques Salomé cette fois, il faut bien des exceptions)

"L'infidélité met-elle en péril le couple ?
Dans un couple y a de multiples marques de fidélité qui se définissent par l'attachement, le dévouement, l'honnêteté, la loyauté ou encore la sincérité.
La fidélité du couple se conjugue également avec la sexualité et c'est là que les choses peuvent parfois se compliquer. Il est dans l'air du temps de vivre librement sa sexualité mais cela ne va pas sans poser des problèmes chez ceux qui ne peuvent pas dissocier le sexe des sentiments.
Est-ce que la fidélité sexuelle est primordiale dans un couple ?

Dans le monde animal, le mâle n'est qu'un simple instrument de fécondation de la femelle et disparaît la plupart du temps aussi tôt la « chose » effectuée. Chez les peuples anciens, hommes et femmes s'accouplaient à la manière des bêtes et lorsqu'une femme mettait au monde un enfant, le père était celui à qui l'enfant lui ressemblait le plus. Tout au long de l'existence humaine, les sociétés se sont organisées et ont fixé des tabous et des exigences au niveau sexuel. Les pratiques de l'inceste, de la pédophilie, du fétichisme ou encore de la pornographie ont été acceptées, encouragées ou rejetées selon les époques et les lieux. L'amour et le mariage ont été très longtemps dissociés et le sont encore dans certaines sociétés, même si les passions amoureuses ont existé de tout temps.

Aux temps des romains on proposait quatre formes de mariage: le mariage arrangé, où le père vendait sa fille à son gendre mais gardait l'autorité sur elle. Le mariage volontaire, où le père transmettait son autorité au mari. La mariage confarreatio qui était réservé à l'aristocratie, où la fille conservait pour elle ses droits et ses biens et enfin le rapt, c'est-à-dire l'enlèvement de la femme par un homme qui devenait son mari.
D'autres formes d'union sont encore en vigueur. Ainsi la polyandrie (une femme avec plusieurs hommes, généralement des frères) représente encore de nos jours 1 % de la population sur terre. Elle est par exemple encore pratiquée au Ladakh (Tibet). En épousant l'homme d'une famille, elle épouse également tous ces frères. Cela dans le but d'éviter le partage du patrimoine et des terres agricoles.
Dans les pays arabes ou musulmans, la polygamie (un homme avec plusieurs femmes) est souvent la règle. Le Coran autorise au maximum le mariage avec 4 femmes pour autant que l'époux ait les moyens de les entretenir sur un pied d'égalité.
Pourquoi la société a-t-elle inventé la monogamie ?
La monogamie a été instaurée pour une question de survie. C'était un moyen d'avoir ensemble des enfants qui aideront plus tard au travail de la terre et soutiendront les parents à la vieillesse.
Le mariage était rarement une histoire d'amour mais plutôt l'union de deux familles. L'église des début, méprisait les rapports charnels et ne considérait le mariage que comme un pis aller, permettant aux gens de canaliser leur sexualité dans le couple. C'est pour cette raison qu'elle prendra du temps avant d' accepter la sexualité, avec quelques réserves surprenantes : par exemple, la sodomie hétérosexuelle était considérée comme plus grave que l'homosexualité.
Jusqu'au 13ème siècle le consentement des parents au mariage était obligatoire et dès le 14ème siècle, l'église admet le mariage d'amour.
La fidélité était exigée de la femme car l'homme souhaitait s'assurer que les enfants, qui lui succèderaient, étaient bien les siens.
L'Eglise trouva dans le mariage religieux un moyen de contrôler chez les nobles les alliances familiales et les dynasties. Pour cela elle s'intéressa au mariage qui devint alors obligatoirement religieux. De plus elle fixa des lois qui, sous prétexte d'empêcher l'inceste, interdisait aux aristocrates de se marier dans leur entourage et ainsi de créer, par alliance des territoires trop puissants.
Ce n'est qu'en 1792 que le mariage civil deviendra une loi en France.
Aujourd'hui, on se marient par amour et on se promet fidélité ! Mais en raison de l'allongement de l'espérance de vie, les couple s'engagent pour les 50 ou 60 ans à venir. Ainsi, 50 % des couples vont se séparer dans les années qui suivent le mariage Deux, trois mariages, voire plus ne sont pas exclus dans une vie.
Cela n'est possible que depuis relativement peu de temps à l'échelle du temps, car auparavant l'église et la société l'interdisaient formellement. (Le divorce est un pas difficile)
Willy Pasini, le célèbre professeur de psychiatrie et sexologue, a été le premier à dire que la passion ne durait pas plus de trois ans. Après, il faut soit changer de partenaire soit faire évoluer son couple.
Chez beaucoup d'hommes les nombreuses conquêtes rassurent leur virilité, ceci bien qu'ils soient attachés à leur femme. Ils rêvent de femmes sexy, provocantes, parfois tout le contraire de celles qui partagent leur vie et qui pourtant les comblent.
« Je l'aime mais je ne veux pas me passer de temps en temps d'une petite aventure », c'est une réflexion qui vient aussi bien de l'homme que de la femme. Il y a des couples qui survivront à quelques petites trahisons. Certains resteront unis grâce aux liens de tendresse et d'affection mais aussi en fonction de leurs intérêts communs pour l'éducation des enfants et le désir de préserver le cocon familial.
Le mariage d'amour implique aussi la jalousie, pour les femmes comme pour les hommes il n'est pas question de fermer les yeux sur les liaisons extra-conjugales. La personne trahie peut y perdre de son estime de soi. La femme va douter de son charme; l'homme de sa virilité.
Les femmes sont généralement plus romantiques que les hommes et lorsqu'un mari leur prête moins d'attention, leur fait moins de compliments, elles ressentent alors de l'insatisfaction et cherche à tester leurs charmes ailleurs.
Les crises du couples sont inévitables
Elle peuvent survenir même chez ceux qui partagent beaucoup d'amour et d'affection. Un couple ça se construit chaque jour.
Que se passe-il lorsque l'épouse vit une grossesse difficile ?
Que se passe-t-il lorsque l'un des partenaires a un coup de foudre passager pour une autre personne ?
Que se passe-t-il lorsque l'homme de 50 ans cherche une femme plus jeune pour pallier à sa peur de vieillir ?
Le couple devra gérer avec beaucoup d'intelligence les passages difficiles Il faut que les deux tirent à la même corde, trouvent des terrains d'entente, des pistes pour préserver la vie de couple. Il faut s'aimer et aussi être capable d'évoluer. Pour cela il est très important, d'avoir des projets communs.
Bien souvent les séparations de couples ne sont pas liées à l'infidélité car l'intimité se situe bien au-delà du sexe, mais plutôt à des problèmes relationnels bien plus profonds.
Bibilographie : Jacques Attali – Amours- histoires des relations entre les hommes et les femmes – Willy Pasini – Les nouveaux comportements sexuels – Manuel de psychiatrie Henri et P. Bernard Ch. Brisset. Georges Duby : Le chevalier , la femme et le prête. "


Pour ma part, j'ai été d'une fidélité exemplaire (sexuellement) pendant environ 18 ans avec le même homme, puis 7 ans avec un autre, puis quelques infidélité avec le suivant.

Bizarrement (peut être) je pense qu'il n'y a aucune gloire à être fidèle (sexuellement) ni infidèle.

Si on l'envisage comme une sorte de façon de vivre, ça devient glauque, dans un sens comme dans l'autre.

Chaque fidélité ou infidélité repose sur des périodes de vie différentes. Il peut y avoir tellement de raisons différentes aussi, tester l'amour que l'on a pour le compagnon officiel, besoin de s'évader parce que nous ne sommes pas pleinement satisfait de notre relation principale, tomber sincèrement et réellement en amour pour un autre en aimant d'une autre manière l'officiel, besoin de se rassurer sur sa séduction ou que sais-je encore.

Alors comment répondre à ce genre de question, avec un avis tranché ? Pour ma part j'en suis incapable.

Bon après midi les gens d'ici et à Patrice


Bonjours cher amie :wink: :wink: :wink: :wink: :wink: :wink:

J ai lue avec intérêt votre écrit qui est l exemple même de ce que je pense ,.

Vos souffrance intellectuel de pensé que votre entourage est l ennemi est bien réel , nos vie sont confronté a la concurrence loyale et déloyal tous les jours est l intérêt de chacun est , soi gentil ou destructeur :oops: :oops:

quand on est en couple la vie est pas simple ces un tous , mais chacun a ces besoin sexuelle qui est pas forcement celui de sa compagne ou de sont compagnon .

on peut dire qu il y a problème de ces deux cas de besoin , alors on cherche une solution a pallier ce problème qui divise le couple , ce qui nous fait deux problème a résoudre.

Si on va voir ailleur il y a danger , si on est pas accro de faire cela avec une femme une autres possibilité , :lol: :lol: :lol: faire comme dans notre jeunesse :wink: :wink: petite branlette qui implique personne juste celui qui fait hop hi hi :wink: :wink: :oops: 8) :?

Comme vous le dite si bien vous madame ,,,, il faut savoir faire la difference entre amour et besoin
sexuelle

aujourd'hui beaucoup de personnes ne font aucune différence d un respect mutuelle a l autres , la concurrence est telle que l intérêt personnelle écrase le respect :| :|
Coucou à tous...
bonjours a tous

et cela est dur d avoir une maîtresse ou un amant , la petite voix

:roll: :roll: :roll: :roll: :roll: :roll: :roll: :shock: 8) :oops:
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
cron