Image

 Si tu savais combien je t’aime
 Ô mon âme lissée sous le joug des déserts
 Toi qui sans mot dire a su face à l’éphémère
 Offrir la vision limpide tarie de pluie
 Nul ne peut deviner qu’au de-là des chimères
 Se délecte à l’envie cette passion altière
 Enchérie de maudire le temps qui ne fait rien
 Pour effacer le lien modelé du destin
 Si tu savais comment je t’aime
 Toi mon âme lissée par la plainte des vents
 Qui dans la nuit murmure alentours et sans fin
 L’ombre de ceux que l’on recherche encor en vain
Bonjour Erica,
D'où vous vient cette passion pour la poésie...si profonde du coeur? Avouez que ce n'est pas...commun! :) Et oui... Répondez-moi en privé si vous le souhaitez.
Même les photos accompagnant ces jolis textes sont de la même veine...
Bien à vous!
Une poésie magnifique Erica, et si profonde, comme le dit à juste titre Epsilon.

Nous avons cette passion en commun.

Au plaisir de vous lire encore.

Dom :)