Bonjour à vous,
Une amie, très proche, a mis au monde, il y a 28 ans, des jumeaux dont l'un est X fragile.
C'est une maladie génétique qui atteint les fonctions intellectuelles de l'humain, apprentissage de la lecture et de l'écriture. https://fr.wikipedia.org/wiki/Syndrome_de_l%27X_fragile
Ce jeune homme est inséré, grâce à sa maman, dans la vie professionnelle avec plus ou moins de bonheur mais il vit toujours chez sa maman. En ce moment, il a tendance à refuser d'aller au travail le matin et le soir revient content d'avoir passé une bonne journée avec ses collègues de travail. La cause en serait le manque de vie sentimentale et amoureuse. Malheureusement, en France, et à notre connaissance, aucune structure n'est en place pour aider les sujets atteints à trouver une solution pour le mal être et les parents sont complètement désarmés devant la complexité du problème posé,
Je lance donc ici une "bouteille à la mer"!!!
Avez-vous rencontrer dans votre entourage, vos connaissances, votre vie professionnelle ce type de problème? Et quelles ont été les approches et/ou solutions apportées et par qui?
Je vous remercie, nous vous remercions de témoigner votre expérience et/ou vos connaissances sur ce sujet.
je suis sankalpa , j'ai travaillé comme infirmière auprès des handicapés .
si le jeune est en CAT, il peut être en foyer d'hébergement (si son autonomie est bonne )
En foyer de vie , les handicapés ne travaillent pas ,mais ont des activités diverses et variées.

ce qui manque à ce jeune , c'est des relations avec des autres de son âge , voir des amourettes !
sa maman devrait le placer en institution; il rentrerait chez lui les week-end et pendant les vacances.

dans les foyers , ils ont leur propre chambre ,et une vie communautaire. (avec des sorties , des fêtes ...)

epsilon 17 ,on se côtoie sur le tchat public , je suis à ta disposition sankalpa
Bonjour à toi,
Merci de ton témoignage et de ton expérience, je t'avais reconnu.
Tu sais aussi que les structures sont diverses suivant les régions et en Limousin...
La maman est contre à juste titre. Elle considère que son fils régresse dans ce type de "ghetto".
De plus, elle le fait travailler pour essayer de maintenir ses acquis. Tant qu'aux relations homme/femme, il souhaite rencontrer une fille hors de son milieu et oui... Il a même tenté les sites homo, non condamnable en soi, mais a les difficultés de son handicap pour s'exprimer sur internet.
Il serai peut-être urgent que notre pays amorce une réflexion sur les métiers d'assistant(e)s sexuels reconnus ailleurs en Allemagne, Danemark etc ... plutôt que de se draper dans une vision moyenâgeuse de la sexualité de nos concitoyens handicapés .... Mais le poids des intégrismes religieux ne me rend pas optimiste sur le sujet ...
certains départements sont encore "au moyen âge" je sais ! ici dans le sud il y a des 5 étoiles !
l'X fragile a différents niveaux d'autonomie , il est difficile d'en parler sans le connaître.

si on est abonné à l'UNAPEI , il y a une rubrique petites annonces ,avec des contacts , des séjours vacances ,

moi, je lutte pour abolir "les différences" et je connais bien le problème !
Je ne parlais pas de départements moyenâgeux, mais de franges de la société qui passent leur temps à nier le droit des autres... Je ne doute pas un instant que tu connaisses bien ce type de handicap, je parlais simplement du droit à la sexualité des handicapés en général, droit ignoré ou vécu dans la clandestinité (avec toutes les dérives possibles) dans le meilleur des cas.
Mon fils adoptif, trisomique 21 moyennement autonome, aujourd'hui adulte épanoui, vit en foyer et travaille dans un CAT voisin (conditions identiques à celles qui ont été précédemment décrites). J'ai pu avoir des "évidences" de sa vie sexuelle et je suis toujours ému lorsque il me donne quelques "indications" touchantes sur ses amours. Les handicapés mentaux ont une sexualité, comme les autres... et c'est bien tout ce qui compte. Reste aux parents et référents d'avoir l'ouverture d'esprit nécessaire pour accepter ce fait tout en l'accompagnant avec sagesse.

Les pathologies et troubles mentaux associés sont nombreux et il ne peut y avoir de réponse unique à ces situations. C'est pourquoi je m'interdirai de proposer une quelconque solution aux parents concernés, leurs recommandant toutefois de ne pas "louper" le passage de l'adolescence à l'age adulte en s'interdisant tout préjugé moral ou social.

Le bon sens, comme souvent, est le meilleur guide.
Je peux pt etre t'aider ou du moins mettre en contact ton amie avec une personne qui saura la conseiller.
merci
ok pour le contact
"Il n'y a pas de vie minuscule..."

L'UNAPEI et les Associations reconnues par elle me paraissent les plus qualifiées pour apporter soutien et conseil aux parents concernés.

www.unapei.org

Si vous tournez le dos aux institutionnels, attention aux charlatans tout de même ; mais çà vous le savez.
cela me fait penser à un film réalisé sur le problèmes de la sexualité chez les personnes handicapées.
et ceci tirée d'une histoire vraie. ça se passait dans le sud, pas très loin d'aix, et ce monsieur placé dans un centre spécialisé, a fait tout le nécessaire pour affirmer son droit à la sexualité. et aidé par du personnel de l'établissement, c'était tout un périple pour aller voir les prostituées qui acceptaient d'assouvir son désir de sexe et d'amour aussi.
il y a 3 ou 4 ans je suis allée au salon de l'érotisme à marseille, et bien sûr, plusieurs stands présentaient leurs gadgets, mais il y avait ce stand, tenu par des handicapés, qui revendiquaient le droit à l'amour pour eux aussi.
donc peut être une piste à éclaircir

bon courage, car ce n'est pas du tout facile.