Musées de province

Musées de province

3 | 3424 Consultations

Musées de province

 

Beaucoup connaissent les grands musées parisiens qui recoivent la visite de millions de touristes de tout pays chaque année. Mais savez-vous qu’en province il y a de superbes musées possédant des trésors artistiques qui valent le détour ? Trois exemples parmi tant d’autres.

 

Musée Fabre, Montpellier

Situé sur l’Esplanade ombragée de platanes à deux pas de la place de la Comédie, le Musée Fabre est l’un des plus beaux de France. Après plusieurs mois de modernisation, agrandissement et rénovation, il a réouvert en 2007. Le fonds se compose de 1800 tableaux, 4000 dessins et 1500 gravures. Il est complété par une collection de plusieurs centaines de sculptures. Mais seules 900 œuvres sont en exposition permanente.

Les riches collections ont été constituées par d’importantes donations. D’abord celle de Francois-Xavier Fabre. Ce dernier est un peintre de la fin du XVIIème. Il collectionna beaucoup de tableaux (Renaissance italienne et contemporains). Il fait don de ses collections à sa ville natale à la condition qu’elle crée un musée public. D’autres donateurs ont suivi : Alfred Bruyas (1821-1877), qui offre des toiles majeures d'artistes contemporains comme Gustave Courbet (16 œuvres), Eugène Delacroix, Alexandre Cabanel. La famille du peintre montpelliérain Frédéric Bazille (1841-1870) a offert une collection de 14 œuvres de ce jeune impressionniste avant l’heure. Le musée comprend aussi des dépôts du musée du Louvre, du musée d’Orsay entre autres.

Les collections modernes et contemporaines comprennent, outre les œuvres des peintres citées plus des toiles de peintre nés dans la région (Claude Viallat, Vincent Bioulès, Daniel Dezeuze, Philippe Pradalié) et élèves de l’école des Beaux-Arts de Montpellier.

Si on désire suivre le  parcours « classique » on commence par les très belles collections flamandes et hollandaises des XVIe et XVIIe siècles, suivies d'une salle consacrée à la Renaissance. Les salles du XVIIe siècle présentent des œuvres italiennes et françaises : peinture du Grand Siècle représentée par Bourdon, Poussin,  David et Greuze entre autres.

Pour le XIXème siècle, les salles de la collection Bruyas regroupent des ensembles de Delacroix, Cabanel et Courbet. Une salle est réservée à la peinture de Bazille, peintre local promis à un bel avenir, mais mort pendant la guerre de 1870.

L'art moderne est également représenté avec des œuvres de  Van Dongen, Delaunay, Valadon, Jean Hugo, Nicolas de Staël, Roger Bissière ou Vieira da Silva et avec les peintres languedociens cités plus haut.

 Un superbe musée qui nous plonge bien dans  l’esprit méditerranéen.

 

Musée des Beaux-Arts, Dijon

Le Musée des beaux-arts de Dijon est l'un des plus anciens et des plus riches des musées de France. Situé au cœur de la ville, il occupe l'ancien palais des ducs de Bourgogne. Au XVIIème siècle il est transformé par l’architecte Jules Hardouin-Mansart en palais des Etats de Bourgogne. Sous les lambris XVIIème, on retrouve le palais ducal du Moyen-âge.

Depuis 2006, le musée est en pleine rénovation et va être agrandi. Ce projet s’étend de 2006 à 2019 en trois tranches dont le premier parcours rénové « Moyen-âge - Renaissance » a été inauguré le 7 septembre 2013.

Ce musée est très intéressant  par la richesse de ses collections encyclopédiques, qui vont de l’art égyptien au XXème siècle, et par l’intérêt historique du bâtiment qui les abrite.

La peinture y côtoie la sculpture, le dessin et les arts décoratifs. Le célèbre sculpteur animalier Pompon y a naturellement sa place.

La salle du logis ducal, devenue au XVIIème siècle salle des Gardes, témoigne du faste de la cour des Ducs de Bourgogne qui équivalait celui des rois de France. Les tombeaux des ducs, autrefois à la chartreuse de Champmol  (nécropole de la famille ducale), y ont été installés en 1827. La chartreuse de Champmol  n’a pas été détruite pendant la Révolution mais plutôt par les moines qui voulaient la moderniser. On peut toutefois  y admirer le monumental Puits de Moise par Sluter, chef d’œuvre d’art gothique. De celle-ci proviennent également les deux grands retables sculptés, dont le plus célèbre a gardé ses volets peints par Melchior Broederlam.

Les fameux pleurants en albâtre du tombeau de Jean-Sans-Peur (1371-1419) reviennent d’une grande tournée internationale qui a duré plus de trois ans. Un évènement fêté dans toute la capitale bourguignonne qui a vu défiler les pleurants dans les rues du centre ville.

La Salle du Chapitre abrite des souvenirs de la Sainte-Chapelle et de la Toison d’Or, ordre de chevalerie créé par Philippe le Bon en 1430. Enfin, le musée possède une importante collection de Primitifs, flamands, suisses et allemands.

Ce musée, témoin de la richesse bourguignonne, mérite le détour, ne serait-ce que pour son exceptionnelle salle des tombeaux des Ducs.

 

La Piscine, Roubaix

Le Musée est inséré depuis l'automne 2001 sur le site de l'ancienne piscine municipale, un bâtiment art-déco exceptionnel construit entre 1927 et 1932.

Fermée depuis 1985, pour des raisons de sécurité, La Piscine, reconvertie par l'architecte Jean-Paul Philippon, abrite maintenant, sur son site exceptionnel, le Musée d'Art et d'industrie de Roubaix. Créé en 2001 dans une ville dévastée par la crise, le musée La Piscine a dépassé les deux millions de visiteurs. Statues et peintures  XIXème sont disposées autour du bassin des anciens bains-douches, sous une splendide verrière Art déco. Le visiteur se promène parmi des statues de  sirènes, baigneuses, danseuses et belles méditantes de pierre et de bronze. Des bûcherons, semeurs ou athlètes leur tiennent compagnie. Toutes ces œuvres, de taille humaine, proviennent de l'école française de sculpture du milieu du vingtième siècle.

La collection Beaux-Arts est exclusivement consacrée aux XIXème et XXème siècles. Elle est organisée de façon chronologique et thématique. On y retrouve de la peinture, de l'échantillon textile, de la céramique, du mobilier, de la photo et de la sculpture. La partie industrielle de La Piscine laisse une grande place à l'art et au savoir-faire des fameuses filatures de Roubaix : échantillons de textile, cartons, modèles et maquettes de mode depuis la grande époque des arts-déco jusqu'au design contemporain (Garouste et Bonetti). Elle est complétée par un tissu thèque recommandée aux professionnels.

Ce musée ne présente pas d’œuvres majeures mais il est accueillant, facile d'accès, d'esprit ouvert. Il s'adresse à tous, quelle que soit sa culture de départ ou son niveau d'instruction. On passe des plaisirs aquatiques à ceux des sens, puis à ceux de l'art.

Un musée original par son cadre exceptionnel qui vaut aussi le détour.

 

Et vous, connaissez-vous des musées intéressants dans votre région ? Faites nous part de vos coups de cœur.

Photo: Peinture Philippe Pradalié, Mariage le 07.07.2007, Musée Fabre, Montpellier

Betty_Nelly, 25.03.2014

francoise57
0 | 26.03.2014 15:02

et puis aussi, ai oublié!!!! donnez nous vos tuyaux sur les "pseudos" musées, qui sont ..................... creux!et pompe a fric!

francoise57
0 | 26.03.2014 15:00

ce n'est que mon avis et n'engage que moi: peut on juste donner SON PROPRE avis sur un musée, et ne pas copier coller un guide touristique? ca serait sympa pour ceux qui veulent decouvrir, mais pas gaspiller leur argent!

magioia
0 | 26.03.2014 07:52

Le Palais Fesch a Ajaccio :
 Construit sur ordre du cardinal Joseph Fesch, oncle maternel de Napoléon Ier. Le cardinal commence à se passionner pour l’art lors de son premier séjour en Italie. Tout au long de sa vie, il multiplie ses acquisitions lors d’expositions, de ventes publiques, auprès des artistes et des marchands d’art. Le prélat souhaite créer à Ajaccio, dans le quartier Saint-Roch en bord de mer, un grand établissement, un « Institut des Arts et des Sciences ». À sa mort, l’inventaire de la gigantesque collection conservée jusqu’alors dans les palais romains du cardinal est composé de 17 767 objets d’art dont environ 16 000 tableaux, c’est-à-dire plus que n’en possède aucun musée de peintures de l’époque. Joseph Fesch est certainement l’un des plus grands collectionneurs de son temps. Ce grand amateur d’art lègue à sa ville natale près de mille tableaux, des meubles, et des ornements liturgiques.Le palais, commencé en 1828, n’est achevé que sous le Second Empire. Commandée par la municipalité qui souhaite rendre hommage au bienfaiteur d’Ajaccio, la statue du cardinal Fesch, située au centre de la cour, est exécutée par le sculpteur parisien Vital-Gabriel Dubray. L’existence du musée Fesch remonte à la fin des années 1850. Au cours des ans, des donations et des legs, parmi lesquels celui de Félix Baciocchi en1866, sont venus s’ajouter à celui du cardinal.Le musée d’Ajaccio conserve l’une des plus importantes collection de peintres italiens de France. Trois fonds majeurs se détachent plus particulièrement du panorama de la peinture italienne du Trecento au Settecento : les Primitifs italiens, la peinture baroque romaine, la peinture baroque napolitaine.Depuis sa réouverture le 26 juin 2010 , les visiteurs peuvent découvrir un musée rebaptisé "Palais Fesch-musée des beaux arts"dont les salles sont complètement restructurées et climatisées pour présenter plus de 400 œuvres. 

jacques91
0 | 25.03.2014 16:39

Pour ceux qui sont intéressés par la préhistoire et l'archéologie, en dehors de ses paysages,la Dordogne est le lieux incontournable.

Pour ne citer que ceux que j'ai visité: le musée national de la préhistoire et le parc de l'archéologie à Beynac.
les sites sur la Vézère , la Madeleine , la roque-saint Christophe,les Eysies,sans oublier Lascaux 2 à Montignac( http://www.youtube.com/watch?v=0qMorJPaGjI)

Autre sites intéressant (hors préhistoire): les nombreux châteaux sur les hauteurs de la vallée de la Dordogne( Beynac,Castelnauld Millande , etc.
L'aquarium du Bugues , le gouffre de Padirac, et tous les nombreux villages à découvrir qui sont à eux seuls des reflet de notre histoire, Carennaac, Sarlat, la Roque Geagac, et des dizaines d'autres.......

francoise57
0 | 25.03.2014 15:38

le musée d'Arras vient de nous offrir les carrosses enfouis à Versailles! Quelle beauté! Quel bonheur de toucher l'Histoire! Le partenariat avec Versailles continue.....

francoise57
0 | 25.03.2014 15:36

LE Louvre lens, dépositaire des collections du Louvre, salle aérée, gratuite, et oui, et des expositions temporaires, 'les Etrusques' viennent de se terminer