Éloge de la curiosité

Éloge de la curiosité

5 | 644 Consultations

« Je n'ai pas de talents particuliers. Je suis juste passionnément curieux.», affirmait Einstein. La curiosité, cette soif de savoir, de comprendre, ou d’observer est la garantie d’un esprit qui montre de l’intérêt pour ce qui l’entoure, qui creuse les sujets et enrichit son intellect. Être curieux, c’est être confronté à la nouveauté, à des découvertes sur nous-mêmes ou sur le monde, qui parfois peuvent bouleverser l’univers « confortable » que nous avons construit et susciter des craintes. Quoi qu’il en soit,  nous verrons dans cet article que la curiosité mérite vivement d’être cultivée et de quelles manières on peut la développer.  Tant que la curiosité ne s’apparente pas à un besoin de savoir malsain heurtant la sensibilité d’autrui, elle est alors bien loin d’être un « si vilain défaut ».

 

La curiosité, un atout majeur

Dès notre plus jeune âge, cette soif instinctive de découvrir les choses qui nous entourent influence notre capacité d'apprentissage, d'observation et d'analyse. Cette capacité à creuser plus loin ajoutée au désir de comprendre le sens des choses favorise indéniablement les opportunités dans les différentes étapes de la vie. La curiosité est un atout majeur dans le cadre professionnel puisqu’elle stimule la créativité, la prise de décision, développe les facultés d’adaptation, la capacité d’analyse, le sens critique ou encore augmente la capacité à résoudre les problèmes. « Une bonne partie de ce que j'ai découvert tout à fait par hasard en suivant ma curiosité et mon intuition s'est révélée inestimable par la suite. », déclarait Steve Jobs.

Une étude de janvier 2017, réalisée par l’université de Yale aux États-Unis, montra que les personnes avides de savoirs sont moins polarisées sur leurs propres conceptions (politiques, sociales ou religieuses) et donc plus disposées à appréhender la réalité avec une pluralité de points de vue. Une autre étude révéla que les personnes curieuses affichent de meilleures capacités générales de compréhension et de mémorisation, même au sujet de thèmes pour lesquels ils éprouvent peu d’intérêt. « La curiosité pourrait mettre le cerveau dans un état d’éveil permettant de retenir toutes sortes d’informations, tel un tourbillon qui aspire ce que vous êtes motivé à apprendre, mais aussi tout ce qu’il y a autour », explique le Dr Gruber, neurologue et coauteur de l’étude. Il a été par ailleurs constaté que, dès lors que l’apprentissage est renforcé par la curiosité, la zone du cerveau associée au plaisir est sollicitée. L´apprentissage devient alors un réel plaisir  !

La curiosité intellectuelle peut être stimulée par différents centres d’intérêts. Les livres sont souvent mis en avant pour l’apprentissage pourtant il est de même pour d’autres sources telles que des films, documentaires, visites de musées sans oublier Internet. Mais aussi les voyages sont un excellent moyen de développer sa curiosité et de s’enrichir puisqu’ils favorisent l’aptitude à se débrouiller, à ce confronter à l’inconnu, à apprendre les langues étrangères, des modes de fonctionnements différents etc. De nos jours, on doit s’adapter sans cesse aux évolutions de notre époque et le fait d’être curieux et de s’intéresser à ces nouveautés, favorise l’adaptation et nous aide à moins se sentir dépassé. Ouvrir ses yeux et ses oreilles constitue alors la meilleure réponse à ces changements.  Par ailleurs la curiosité est un excellent remède à l’ennui et retarderait même les effets du vieillissement ;-)

 

Stimuler sa curiosité au quotidien

Et si on se laissait chaque jour surprendre par quelque chose ? Cela permettrait de reconfigurer ce que l’on sait ou croit savoir. Par exemple, tentons d’observer, d’explorer, de chercher à comprendre le comportement d’autrui dans les situations les plus anodines de notre quotidien en changeant de regard : dans une salle d’attente, dans les transports, ou au supermarché. Considérer des petites découvertes comme des sources d’apprentissage rares et précieux, s’intéresser un tant soit peu à ce qui ne nous séduit pas forcément ou ce qui nous effraie, nous façonnera.  C’est ainsi que l’on développe son ouverture d’esprit, que l’on diminue des jugements hâtifs voire des généralisations abusives.  Découvrons des facettes ignorées, peut-être même le côte caché de l’iceberg de nos proches en leur posant des questions, en prenant le temps de creuser. Cela ne peut qu’agrémenter notre quotidien, voire même améliorer nos relations.  On peut également dresser une liste de sujets sur lesquels nous voudrions en savoir davantage, prendre le temps de questionner, un peu comme une chasse au trésor.  Exemple : On a tendance à ne pas ou ne plus s’intéresser à ce qui nous entoure. Redécouvrons la ville où nous habitons à la recherche de détails marquants, plaisants, étonnants, que nous n’avions peut-être jamais remarqués auparavant, comme si nous découvrions un pays étranger.

Nous pouvons adopter la même stratégie et partir à la découverte de nous-même en observant nos gestes, nos postures, nos façons de nous exprimer, nos comportements, ou encore nos motivations.  Se poser des questions sur tout et n’importe quoi tel un enfant ne peut que nous faire grandir.

 

En espérant que cet article aura stimulé votre curiosité. N’hésitez pas à partager vos expériences sur ce sujet.

 

Photo © Fotolia - Maria Sbytova

 

 

 

 

Betty_Nelly , 17.05.2018

debrouille
0 | 20.05.2018 13:35

la curiosité mène a la reconnaissance,l'amour du pouvoir d'etre curieux,le notre absolu individuel de la liberté de ne pas l'etre.

Jacques94130
1 | 20.05.2018 10:03

Moi, par exemple, je suis curieux de faire la connaissance de Betty ! Mais comme elle fait partie du staff, je n'ai aucune chance d'y parvenir ... Snif !

AMELIE97
1 | 18.05.2018 09:01

C'est LE sujet par excellence qui attire la curiosité... La curiosité de la curiosité... Rions. Oui, bien sûr , pour toute personne qui n'a pas décidé de vivre en ermite, la curiosité est essentielle, quoique certaines passent plusieurs années en retraite pour méditer. Et en sont très heureuses. Bref, la curiosité m'anime sans cesse, je ne conçois pas le plaisir de vivre, la connaissance, sans curiosité. Les êtres en premier, mais ce qui est la connaissance d'un être passe nécessairement par l'éventail des comparaisons et donc du désir d'aller toujours au-delà, de comprendre, donc de prendre "avec" tout ce qui est nouveau, étrange, peut-être désagréable au départ mais mieux appréhendé ensuite par une étude, une observation, une expérience, et accepté. La curiosité mène à la bienveillance mais aussi aux choix vitaux : je ne veux pas pactiser avec cet être participer à ce quil est et fait, parce que j'ai mené mon enquête et que telle chose est néfaste pour l'humain. Voilà donc le but ultime de la curiosité.