La chevelure après 50 ans

  • La chevelure après 50 ans
    7  | 1247 Consultations

    Dans notre société, l'apparence est primordiale, et sans suivre les dictats de la mode, nous devons prendre soin de nous et de notre apparence. Ainsi, cette nécessité passe également par nos cheveux. Les cheveux blancs, cela fait partie de la vie, mais les assumer, c’est autre chose ! Alors que c’est un atout séduction pour les hommes, les femmes arborant une chevelure blanche ou grisonnante, doivent faire face à la pression de la société. Alors comment faire de ce « tournant de la vie » un élément de séduction ? Nous verrons enfin comment une chevelure peut demeurer sensuelle, même vieillissante.

     

    La canitie : femmes versus hommes

    Certains assument leurs cheveux blancs/gris et ne considèrent en rien que cela rime avec vieillesse. Pourtant pour la majorité des femmes, la canitie (le grisonnement puis blanchissement de la chevelure liés à l’âge), reste synonyme de perte de féminité et de perte de pouvoir de séduction. Même si de plus en plus de mannequins seniors font des apparitions récurrentes dans les pages des magazines arborant des cheveux blancs comme le symbole d’une vieillesse harmonieuse et heureuse, elles restent néanmoins des créatures de podium. Artisan coloriste, Christophe Robin, conseille souvent à ses clientes d’abandonner la teinture et de mettre leurs cheveux fragilisés au repos. Ces dernières le vivent très mal, presque comme un tue-l’amour. « Elles revenaient me voir en m’avouant qu’elles avaient l’impression de ne plus exister dans le regard des hommes  », confie-t-il. D’où le recours pour 95% des femmes à la coloration. La gente masculine, elle, peut arborer sans complexe des cheveux blancs, voire toute une crinière poivre et sel, symbolisant pour les femmes la maturité, la stabilité, la sagesse et l’indépendance.  C’est un véritable pouvoir d’attraction et cela fait monter leur sexomètre en flèche ;-)!.

     

    Changer d’apparence et rester séduisant(e)

    J’ai la même coiffure depuis l’adolescence : cheveux longs et bouclés.  À 45 ans, mes cheveux blancs ont commencé à devenir « envahissants » et le regard de mon entourage critique. J’ai alors compris que j’allais me sentir beaucoup mieux en commençant à me les colorer. J’ai considéré ce changement comme un nouveau départ et heureusement de nos jours, il existe une kyrielle de colorations pour masquer ces cheveux « indésirables ». Néanmoins, je ne me sens pas prête à couper mes cheveux. En revanche, beaucoup de femmes franchissent le pas et passent du long au court sans hésitation. On peut admirer de plus en plus de jolies têtes matures en coupe garçonne ou en carré à hauteur de nuque. Ces coupes ont l´avantage d’être faciles à entretenir et mettent en valeur les expressions du visage. Et si on ne se résout pas à couper une longue chevelure ? On peut se laisser emporter par la vague « chignon », résolument vintage, pouvant être flou, chic, tressé ou rond, peu importe, ce dernier présente l’avantage de s’accessoiriser facilement. A l’instar de Karl Lagerfeld, bon nombre d’hommes optent pour des cheveux blancs, mais ils les colorent tout de même  afin de ne pas être confronté  à un « jaune paille » du plus mauvais effet. La séduction n’a donc pas d´âge.

     

    Chevelure et sensualité

    Que vous ayez 50 ou 80 ans, soignez vos cheveux, passez plus de temps à les brosser, à y passer vos doigts et à profiter de leur sensation sur votre tête et celle de votre partenaire. En plus de redonner forme et santé aux cheveux, un massage du cuir chevelu (permettant entre autres de mieux faire pénétrer les produits destinés à favoriser la repousse du cheveu en cas de chute) est une source de détente et peut s’avérer également très sensuel. Souvenez-vous de la scène du film « Out of Africa » lorsque l´acteur Robert Redford lave les cheveux de Meryl Streep, un moment fort en sensualité ! Alors n’hésitez pas à ajouter une touche pigmentée à votre relation en jouant avec les cheveux de votre partenaire. Pour finir, citons un extrait du poème « Chevelure » de  Baudelaire : «  Longtemps ! Toujours ! Ma main dans ta crinière lourde sèmera le rubis, la perle et le saphir ».

     

    Messieurs, que pensez-vous des cheveux blancs/grisonnants chez les femmes ? Prenez-vous soin de vos cheveux ? Mesdames, comment vivez-vous ce changement capillaire et quel genre de coiffure adoptez-vous ?

     

    Photo : © Fotolia – JPC-PROD



    Betty_Nelly, 06.07.2017


AMELIE97 1 | 06.07.2017 15:05

  • AMELIE97
  • Chère Betty-Nelly,
    L'histoire de mes cheveux correspond d'assez près aux changements d'univers, à la réussite ou à l'échec. Mes cheveux sont raides ; enfant , je les aurais aimés bouclés. On me les coupait à la maison, bien droits de chaque côté des joues, avec une frange, bien droite. Pour récompense à mon certificat d'études, j'ai eu droit à l'indéfrisable mais résultat catastrophique... J'avais honte. Et pas que moi... Je les ai laissés pousser et les ai portés longs, dans le dos ; cela m'allait bien et je trouvais ça pratique. Ma fille est née. Elle est métisse et je me suis fait teindre en brune ; cela m'allait très bien aussi. La coiffeuse (prof de coiffure, elle me l'a dit ensuite), ayant vu la facilité de la teinture (je suis châtain clair d'origine), m'a envoyée au Centre de coiffure L'Oréal. Là, j'étais astreinte au changement de couleur régulièrement, mais je bénéficiais de coupes, mises en plis, brushing gratuitement chaque semaine, et parfois de somptueuses coiffures de soirée ou de mariage et d'un ou deux coups de peigne gratuits chez ma coiffeuse. Mon directeur ne se faisait jamais à mes changements de couleur. Personnellement, je trouvais formidable d'être toujours impeccablement coiffée. Mon 1er mari, avant notre mariage, ne disait rien mais ensuite il m'a demandé d'abandonner l'Oréal mais de garder ma coiffeuse. La coiffure était un budget si onéreux que j'en suis revenue aux longs cheveux naturels. Quand je me suis mariée la seconde fois, je me suis fait couper les cheveux ; les permanentes s'étant beaucoup améliorées, j'avais donc une coiffure souple, courte, et ma couleur naturelle. Nous vivions à l'étranger et quand nous sommes rentrés en France, l'impact du budget coiffure et la servitude aussi, m'a fait revenir aux cheveux longs, mais cette fois coiffés en chignon. Puis est venu le burn-out. Il me fallait réagir vite. 3 classes de bac, une de terminale, c'était en mai... Au traitement médical que j'ai très vite abandonné, j'ai rajouté immédiatement, coupe, permanente ultra souple, et... changement radical de vêtements, surtout de couleurs de vêtements, choisis volontairement très vives. Mon 2d mari (comme le 1er pour les couleurs changeantes de mes cheveux) s'est écrié que c'était trop, que j'allais pas aller en classe comme ça. Et si, une semaine plus tard, je reviens comme le taureau dans l'arène et ça a marché. La robe écossaise, ou le pantalon à fleurs rouges et bleues, le brillant, le clinquant, tout le monde en a eu pour les yeux, y compris le proviseur qui m'a accompagnée la première fois jusqu'à ma classe en bavardouillant, on sait pas pourquoi, et les perturbateurs se sont certainement sentis médusés, enfin le calme était de retour et a tenu. Arrivent les premiers grisonnements. J'avais rien contre. J'avais déjà fait mon choix pour la vieillesse : cheveux gris, blancs... Mais sur les tempes, les premiers cheveux gris faisaient des manières de début de touffes rêches et grises que je ne supportais pas. Teinture en châtain. Repousse normale, c'est-à-dire que le gris commençait à se mélanger à la nature première. Je suis devenue grise peu à peu, sans regret. C'est ainsi qu'en 2016, je me suis présentée à vous en gris-blanc, mes ami(e) du club. En 2017, avant ma virée en Europe, j'ai civilisé mon apparence en y ajoutant des mèches blondes mais pas sur le devant, je l'ai demandé ainsi à la coiffeuse. Bref, mes chers ami(e)s, je pense que sur les photos récentes, vous voyez à peine le changement. Et, voilà ma chère Betty-Nelly, tu as des cheveux magnifiques , et mon histoire est finie.

lisa172 1 | 07.07.2017 09:31

  • lisa172
  • "Une femme bien coiffée , bien chaussée est à moitié parée".......dicton que j'ai appris de ma grand mère , très coquette, toute jeunette .........
    je n'en suis plus là , mais je continue à appliquer , en fonction de mes possibilités .J'ai quantité de chaussures (hélas leur port ne m'est plus aussi facile qu'auparavant ) .Je n'ai jamais été gâtée par la Nature pour les cheveux , raides , relativement opulents dans ma jeunesse .
    Cette même grand mère me faisait faire des "indéfrisables" horribles dès 4 ans : ça et le gros noeud dans les cheveux , j'ai donné .....
    Quelques tentatives pour laisser pousser mes cheveux ont été infructueuses, mais surtout leur couleur ne me convenait pas.Blonds dans ma jeunesse , ils ont foncés , pas assez , je rêvais d'être brune comme maman , pour parer à cette situation j'ai donc adopté les mèches blondes ,nombreuses, très fines dès leur apparition.Les "permanentes" ont été abandonnées pour laisser la place aux "décollements de racines"qui duraient très peu de temps , que j'ai définitivement abandonnés , au mois d'août 2005, après le mariage d'une de mes nièces.
    Plus j'avance en âge , plus mes cheveux se font raccourcir : j'ai opté pour le côté pratique .Leur couleur s'est maintenue , naturelle relativement longtemps , puis s'en est suivi une série de deuils , soucis qui ont eu raison de la couleur de ceux du devant ,très blancs désormais , mais qui me plaît bien ; l'arrière grisonne encore un peu , mais je pare avec une couleur des plus claires , pour cheveux très très blonds ( lol!!)et qui me les teintent en rosés quand elle vient d'être faite , bizarre mais j'adore ......Le maquillage très léger , des années 1960 , m'étais interdit par un mère , loin d'être aussi coquette que la sienne , qui ne pouvait apprécier... .J'en suis devenue une "pro" ,sur le tard , recouvrant mes paupières de 5 couleurs de fards, fondues entre elles , eye liner et mascara , à un point qu'une personne qui travaillait avec moi pensait que l'esthéticienne passait chez moi , tous les matins avant mon départ .....Mes yeux sont devenus fragiles , le mascara est absent , j'ai changé les couleurs , l'eye liner est plus discret.
    Je triche donc , mais dès que ma nuque est aussi blanche que le devant , je stoppe et ne m'en sentirais pas frustrée.... .
    Il faut adapter les conditions à l'âge sous peine de ridicule ....

Edel13 2 | 07.07.2017 11:16

  • Edel13
  • J'ai teint mes cheveux pendant quelques années, le tps que ça s'uniformise. J'ai eu mes 1er cheveux blancs vers dix huit ans et perso ça ne m'a jamais dérangé, mais c'est ma fille qui a râlé en primaire car des copines me prenaient pr sa grand-mère :)
    Dès qu'elle a pu assumer mes cheveux poivre et sel, j'ai coupé très très très court et roule ma poule^^
    En ce moment c'est mon troll qui me gave avec ma crinière alors vais-je à nouveau céder ??? Pour le moment je résiste ;)

Nouveaux membres



Mentions légales | CGU | Charte de confidentialité | Aide et contact | Partenaire | Programme d'affiliation | Témoignages | Presse | Publicité | Emplois
© 2005-2017 50plus-Treff GmbH