Se séparer après 50 ans

Se séparer après 50 ans

9 | 39581 Consultations

Lors d’une union durant souvent quelques décennies, il est assez fréquent de concentrer sa vie sur les besoins de son partenaire. Si une rupture a lieu pour différentes raisons, de nombreuses personnes plongent alors dans la déprime, voir la dépression… Une phase de deuil est bien évidemment nécessaire pour prendre de la distance. Mais une séparation ne doit pas se limiter à un constat d’échec mais plutôt à découvrir de nouvelles opportunités pour recommencer une nouvelle vie.

 

Un tabou dépassé

Selon une étude de l’INSEE, le taux de divorce après un mariage d’une durée de 30 à 35 ans a été multiplié par neuf en 40 ans. Le pourcentage de divorces des cinquantenaires et plus est aujourd’hui de 28% pour les femmes et de 39% chez les hommes. Divorcer après 50 ans n’est donc plus un fait isolé mais bien une tendance générale. En effet, le divorce est de nos jours entré dans les mœurs et toutes les tranches d’âge sont désormais touchées par ce phénomène. La séparation n’est plus un tabou et les mentalités ont fortement évolué. Fini le temps où un couple restait uni malgré une entente difficile. Fini le temps où un divorce entachait la réputation d’une femme. Aujourd’hui, on préfère repartir à zéro et on n’hésite plus à se retrouver seul et à profiter d’une liberté nouvelle.

 

Une opportunité de mieux se connaître

Qui suis-je ? Qu’est-ce que je veux ? Ces questions sont souvent placées en arrière-plan lorsqu’on a vécu une longue relation. La séparation permet de se retrouver seul et de se concentrer sur ses envies et ses besoins, sans avoir besoin de se soucier de l’avis d’une autre personne. Ainsi,  se retrouver seul peut être une opportunité pour reprendre une ancienne activité abandonnée ou bien pour renouer avec d’anciennes connaissances. Vous pouvez aussi vous concentrer sur vos rêves ou vos passions que votre partenaire ne comprenaient pas ou jugeaient futiles. Une séparation est un événement douloureux mais c’est aussi l’occasion de mieux apprendre à se connaître et de redéfinir sa place dans le monde en prenant un nouveau départ.

 

Une seconde chance

Libérés des contraintes et devoirs parentaux, les enfants ayant souvent quitté  le foyer familial, les séniors sont confrontés à une nouvelle vie à deux. Mais c’est à ce moment que les difficultés font surface. Parfois, chacun a évolué différemment. Profiter de la vie et ne plus perdre de temps est l’élément déclencheur du divorce. Les séniors ont envie aujourd’hui de vivre pleinement leur vie, de profiter pleinement d’une « seconde jeunesse » qui s’offre à eux lorsqu’ils sont libérés des contraintes professionnelles et familiales. L’allongement de la durée de vie, ainsi que la bonne santé des seniors sont deux facteurs forts poussant au divorce. Aujourd’hui, quand on a cinquante ans, on a encore de belles années devant soi. Autant profiter au mieux de ces années qui restent en les passant avec quelqu’un qui nous correspond.

 

Refaire sa vie : seul ou accompagné

L’expérience d’une longue vie commune associée à une réflexion sur son identité et ses besoins propres est un atout important. Ainsi, les seniors ayant suivi ce chemin savent parfaitement ce qu’ils souhaitent et ce qu’ils attendent d’un nouveau partenaire. Désormais, les opportunités de rencontres sont nombreuses qu’ils s’agissent d’internet, de votre cercle d’amis, de nouvelles connaissances rencontrées lors d’une activité ou bien d’anciens camarades de classe. Enfin, il existe également des personnes qui font le choix de rester seul tout en restant épanoui. Il y a aussi ceux qui font le choix d’une relation à distance ou bien du chacun chez soi pour ne partager que les bons moments et pour conserver une liberté découverte après la séparation. À chacun de trouver sa recette du bonheur !

N’hésitez pas à nous faire partager votre expérience et vos réflexions en commentant cet article.

Photo : © Fotolia - Romolo Tavani

HeleneC , 18.11.2014

Commentaires

  • 2 | 19.11.2014 16:50
    cyrano01
    Ma mère a trouve son mari, le second, vers les 64 ans....son premier mari l'avait trompée X fois et l'avait quittée quand même....
    Elle n'a jamais été aussi heureuse qu'avec son second mari...
    Alors...non, pas fictif...
  • 0 | 19.11.2014 21:29
    Canelle52
    Refaire sa vie, construire et non pas reconstruire, je ne saurai dire si la réussite sera au bout.
    Force est de constater que nous ne sommes pas des clones et que nous n'aurons certainement pas tous la même histoire à vivre.
    Aujourd'hui, sans être vraiment malheureuse, je peux dire que l'amour n'est pas encore au rendez-vous, même en restant toute ouïe pour le percevoir.
    Vivre comme ma voisine d'à côté qui respire le bonheur serait le top mais doit-on y croire ou laisser tomber.
    Ce n'est peut être pas une idée commune de pouvoir aimer ou recommencer à aimer ?
  • 0 | 20.11.2014 21:31
    man783
    Se séparer. OK mais en adultes consantent.  Sans laisser.  De dettes  l'autre 
  • 0 | 21.11.2014 09:23
    Elledeloin
    Reussir sa reconstruction semble etre pour certains ou certaines, trouver un bon partenaire, trouver l amour, etre plus heureux en couple que jamais... Non, trouver le gout de vivre et vivre heureux ou heureuse avec ce qu on a et qu on n a pas, c est deja avoir reussi sa vie. Nous n aurons pas tous la chance de trouver " la" personne qui nous correspond; autant profiter de la vie avec des amis, famille, loisirs, engagements associatifs, travail, nouveaux interets, voyages, lectures, internet, conferences, films, musique, cuisine, bricolage, enfin tout ce qui peut nous donner du bonheur et pas necessairement a deux. Vous etes fort, ou forte, le savez vous?
  • 0 | 21.11.2014 09:28
    anemone5356
    bonjour
    je suis séparée et divorçée depuis un an, mais je reconnais que si j'ai la tran-
    quillité, le temps est souvent long, malgré les sorties à la piscine ou avec mes deux petits chiens, j'habite Lorient, belle ville pourtant mais la solitude est dans toutes les villes 
  • 0 | 21.12.2014 12:22
    koutya
    L'ESPOIR VAINCU , PLEURE 
    ET L'ANGOISSE , DESPOTIQUE , SUR MON CRÂNE INCLINÉ PLANTE SON DRAPEAU NOIR......
    (  BAUDELAIRE )    er  moi  ! 
  • 0 | 31.12.2014 19:04
    puyviolent
    Mon histoire est toute simple et certainement pas unique . Veuf depuis 8 mois après 51 ans de mariage sans faille et pas d's à faille. 9 mois de maladie et six mois d'hôpital. J'anime depuis 16 ans un Café philo ..... Pour me remettree sur les rails, après avoir accompagné pendant 20 mois le jumeau célibataire de mon épouse lequel vivait avec nous et décédé deux mois avant mon épouse, sa jumelle...., j'ai fait trois Café philo - un sur "Le courage" - puis "Vivre seul, est-ce de la solitude ?" - et enfin "Souvenirs et Passé, vivre avec". Je ne supporte plus d'entendre "Bon courage" je préfère "Prends soin de toi" ou "Ménages-toi".... Je fonctionne à l'énergie et à la tendresse. Depuis ces deux décès j'en ai eu trois autres tous les deux mois. 5 en 10 mois !!!! C'est AUSSI ça la VIE..... Après les Cafés philo j'ai fait ma feuille de route et la suis à la lettre..... je vis seul dans 15 pièces et je tiens un Salon des Thés. Les Romains finissaient leur lettre en ces termes Vive valeque... Vis et portes toi bien. VIS soit ensuite Portes toi bien - La SANTé donc contrôle général... tous les 2 /3 /6 mois.... puis connaître ses limites - 25 personnes servies au Salon - 300 kms à la fois etc... Tisser du lien Social selon ses affinités - et des projets beaucoup pour en réaliser QUELQUES UNS ET ENSUITE ...Bonne route.... je vous quitte je vais servir mes visiteurs . à plus tard Amitié Jean pierre....
  • 0 | 25.03.2016 21:02
    tournant057
    Mon histoire, j'ai voulu la "construire" comme un conte,ou lui donné l'"aspect"d'une carte postale sur laquelle pourrait figurer un papa, une maman, un garçon, une fille, un chien, un chat, deux voitures, deux vélos et leur maison.

    Lorsque je suis arrivé tant bien que mal à ce résultat, j'ai pensé que là j'ai franchi le "cap" et enfin réussi là ou mes parents avaient échoué(ils se sont séparés pendant 13 ans avant de se remettre ensemble...).Mes enfants ne vivront jamais ce cas de figure qui nous a été imposé à moi et mon frère.
      
    Mais hélas la vie n'a pas voulu de ce train-train.Elle a jalonné notre nouveau parcourt d'obstacles.Et celui que j'avais combattu déjà à deux reprises (l' infidélité) me fait fasse...

    Là, j'ai dit STOP.
     
    L'essoufflement du couple après tant d'années de vie commune qui n'a pas su prendre le bon virage et éviter cet "échec" que je redoutait...

    Le divorce est prononcé, des larmes des deux côtés, peut être même plus....
    La suite n'a pas emmené beaucoup de chamboulement dans nos vies respectives.
    Chacun a essayé de se reconstruire.
    Nous avons réussi cette séparation et nous sommes restés "amis".

    Cela a bien sûr surpris tous nos amis et nos connaissances.
    Nous avons subit aussi le mutisme de beaucoup.
    Nous nous sommes retrouvés seuls.
    Voila, il va falloir reprendre tout à zéro.
    Il va falloir dire à certains que je suis toujours vivant, que cette phase est une déchirure personnel qui me fait mal, mais que ce n'est pas une raison de me rejeter. Je ne suis pas contagieux, je suis toujours le même...
    Mais il est impossible de faire un troue dans l'eau....
     

    Aujourd'hui, j'ai 64 ans et 16 ans après mon divorce, je me pose la question:
    -Le divorce, c'est la solution à "TOUT" ? 

    Ce que je sais, tous les deux, nous ne sommes pas heureux à ce jour...........

    Je ne sais ce qui m'a poussé à explorer sur la finalité d'une vie d'un couple qui n'a pas voulu voir plus loin que son bout du nez et peut être qu'il a choisi la facilité...