Le prénom

Le prénom

9 | 1480 Consultations

« Adolf Hitler n'est pas devenu Adolf Hitler car il s'appelait Adolf ? » ou bien « Y a Pétain qui nous tue les Philippe » ne sont que deux exemples des multiples répliques culte du film Le Prénom. Si jusqu’au XIXème siècle, le choix du prénom était très normé, il est désormais quasi libre. Selon les parents, les motivations sont variées mais en disent long sur leur histoire, leurs attentes. En tout cas, ce choix n’est jamais anodin et peut être lourd de conséquence : c’est le nom qu’un enfant entend le plus souvent pendant ses premières année de vie et c’est le nom qui le désignera toute sa vie. Petite réflexion sur le sujet.

 

Histoire du prénom

À l’origine et dans les petits groupes humains, il suffisait d’avoir un « nom » pour désigner son identité. En France, on retrouve les premières traces écrites du prénom au Moyen Âge où le nom de baptême est le nom principal de toute identité. À cette époque et jusqu’au XIXème siècle, les règles étaient simples : le parrain donnait son prénom à son filleul et la marraine le sien à sa filleule. Et si les parents n’arrivaient pas à se décider, l’Eglise proposait de donner le prénom du saint fêté le jour de la naissance de l’enfant. Les noms de famille ne font leur apparition que lorsqu'un besoin de différenciation émerge, dû à une hausse de la démographie par exemple, qui ne permet plus de différencier les personnes par leur seul prénom.

Pendant la révolution, de nouveaux prénoms voient le jour et en 1803 une loi vient réguler leur usage. Il faudra toutefois attendre le 12 avril 1966 pour que le choix du prénom commence à se libéraliser et finalement la loi du 8 janvier 1993 qui retire toute contrainte dans ce choix. Les refus sont rares et l’officier de l’état civil peut uniquement informer le Procureur de la République s’il lui semble que le prénom choix par les parents porte atteinte aux intérêts de l’enfant.

 

Les motivations du choix

En choisissant un prénom, les parents inscrivent leur enfant dans un projet familial, dans une histoire. Ce choix peut être purement narcissique – appelez son enfant comme son acteur préféré – mais il est bien souvent le fruit de pulsions inconscientes et/ou d’une volonté assumée. Au-delà de la simple attirance envers un prénom (choisi pour sa sonorité ou son originalité), se cache un attrait beaucoup plus profond où tout un imaginaire vient se loger. Ainsi, un prénom peut être un héritage : on appelle son fils comme le grand oncle qui a été résistant pendant la guerre en en ayant conscience ou pas.

L’étymologie du prénom joue aussi un rôle important : si le prénom choisi pour l’enfant signifie « paix » ou « lumière », il faut essayer de comprendre en quoi la famille est en quête de « lumière » ou de « paix » et si l’enfant à naître viendrait en fait combler ce manque.

Le prénom peut être le reflet des ambitions des parents : donner un prénom français à ses enfants alors qu’on est étranger pour lui faciliter son intégration. D’autres se laissent entrainer par les diktats de la mode et optent pour les prénoms les plus populaires. Enfin, depuis la loi de 1993, il est même possible d’inventer un prénom pour son enfant ! Toutefois, il convient de faire ce choix de manière avisée car c’est l’identité qu’un enfant portera toute sa vie.

 

Bien choisir un prénom

Idéalement, le choix du prénom doit se faire à deux car cela permet d’y réfléchir posément et de s’interroger mutuellement sur ses éventuels fantasmes et projections. Autre point fondamental, il faut penser à l’impact qu’aura le prénom sur l’enfant. Votre choix peut en effet entraîner une gêne : moqueries des camarades, obligation de répéter plusieurs fois le prénom pour être compris, de l’épeler systématiquement... Pensez également au diminutif et à l’association avec le nom de famille qui peuvent s’avérer peu adéquats.

De même si vous choisissez le prénom d’un de vos aïeuls, éviter de donner le prénom d’un aïeul décédé pour éviter les comparaisons négatives, surtout si l'ancêtre en question est mort tragiquement. Enfin, il est également déconseillé de donner à son enfant le prénom de celui qui n’a pas survécu lors d’une précédente grossesse. Cela peut être désastreux pour sa construction psychique. En bref, pensez au bien-être de votre enfant et à son avenir et évitez de projeter votre passé ou vos ambitions sur lui dès la naissance.

 

Et vous, que pensez-vous du choix de votre prénom ou bien comment avez-vous choisi le prénom de vos enfants ? N’hésitez pas à nous faire part de votre expérience.

 

Photo © Fotolia – Auteur : Stefan

Betty_Nelly, 21.06.2018

lisa172
1 | 26.06.2018 06:00

Afin de connaître l'origine de mon prénom usuel , j'ai posé la question à mes parents , la réponse a été laconiquie , mais une cousine germaine maman le portait , rapport?
Quand aux deux autres prénoms ce sont ceux de mes grands mères .
Pour prénommer , mon fils nous n'étions pas d'accord .Un prénom fût choisi ......mais quand je suis arrivée dans la chambre de la maternité , une autre dame avait un bébé du même prénom , et il y avait eu peu de temps avant un échange de bébés .J'ai donc capitulé , il porte le prénom choisi par mon mari .
J'aurai aimé "relevé"le prénom d'un ancêtre mais les plus jolis étaient portés par des filles
Bonne journée
Lisa172

HeleneC
1 | 25.06.2018 08:32

Merci à tous pour vos témoignages. Pour ma part, mon prénom est à clin d'oeil à l'histoire de mes parents et à l'Iliade et l'Odyssée. Mon père, dans sa jeunesse, habitait Troyes et mon oncle (le frère de ma mère) - féru des textes de Homère - disait à sa soeur (ma mère) quand elle partait à Troyes rejoindre mon père qu'elle allait rejoindre son Pâris... Pas évident de comprendre cette origine ;-) Et pendant longtemps, j'ai eu plutôt le droit à des moqueries en référence à la série "Hélène et les garçons" (j'ai deux frères en plus !)...

isabelle
2 | 23.06.2018 17:43

J'aime mes trois prénoms, Isabelle, Véronique, Madeleine. Mais mes parents ont choisi Isabelle en souvenir d'une petite soeur décédée quelques années auparavant. Quand j'étais jeune, je trouvais que c'était dur de porter le prénom d'une petite morte. J'avais l'impression de vivre pour deux. Mais avec le temps on s'y fait

malaja
2 | 23.06.2018 08:46

@ Africa : Dominique est un très beau prénom, très "class" j'adore !

je me suis appelée "marie-france" pendant deux jours sur demande de ma grand-mère. mais comme ma mère n'arrivait pas à s'y faire elle a choisi de désobéir et de m'appeler "martine"
je n'aimais pas quand j'était petite, maintenant ça va je me suis habituée loll :))

AMELIE97
0 | 23.06.2018 07:41

Encore une fois, mon message m'a échappé et ça ne se produit que pour le magazine. Je m'interroge.... Mais je recommence.
Mon prénom me plaît. Il se retrouve chez les dames nées à mon époque. Il est unique dans ma famille. Mon deuxième prénom aussi me plaît bien qu'il provoque le rire si je le dis car c'est le nom d'un animal connu au cinéma. C'est celui de ma grand mère maternelle et c'est le nom d'une fleur.
J'ai choisi le prénom de ma fille dans un roman lu pendant ma grossesse. Roman très à la mode puisque pas mal de filles nées dans les mêmes années se retrouvent avec ce prénom, cependant très novateur. à l'époque.

AMELIE97
1 | 23.06.2018 07:36

Bonjour ami(e)s. Je suis satisfaite de mon premier prénom, celui que tout le monde utilise, satisfaite aussi de mon deuxième prénom qui si je le dis provoque le rire car c'est celui d'un animal connu au cinéma, mais aussi d'une fleur que j'aime et de ma grand-mère maternelle. Mon premier prénom (d'usage) s'est beaucoup donné à l'époque de ma naissance.
Mon pseudo me satisfait aussi, je l'ai choisi en souvenir d'une des premières lectures expliquées faites en classe dont les premiers mots étaient "Amélie se faisait vieille", et là mes ados se disaient mais pourquoi "se" faire vieux quand on est déjà vieux...
Le prénom (unique ) de ma fille a été pris dans un roman,lu pendant ma grossesse, titre éponyme "Mariella" et j'ai remplacé le a final par un "e) et ma fille a anglicisé son prénom comme marque de son art en céramique. Je me suis rendu compte que pas mal de parents avaient dû lire ce roman car, là encore, je rema

ray24100
1 | 22.06.2018 19:30

moi patrick , j'aime bien mon prénom

magaby
1 | 22.06.2018 16:59

J adore les chansons de Jean Pierre Ferland
Quand ma femme à donné naissance à une belle fille je souhaitais l appelée
MARIE Claire une très belle chanson de Jean Pierre pour mon grand bonheur
Ma femme accepta ce prénom

Bri654
0 | 22.06.2018 16:09

Bonjour Patrick merci vous cherche quoi

lea777
1 | 22.06.2018 11:22

Pour ma part, je suis partagée. Plus jeune, je n'aimais pas du tout mon prénom. Avec le temps, j'ai appris à l'apprivoiser. Aujourd'hui, tout dépend de la façon dont il est prononcé car il est souvent écorché et cela ça m'insupporte.

belinda59
2 | 21.06.2018 16:59

bonjour helene, mon prenom a été choisi par mes parents et je l'aime bien, suivi pour l'etat cicil, des prénoms de mes deux grands meres maternelles et paternelles, c'est un grand hommage pour moi, bisous a toute l'equipe et bonne retraite a isabelle

Didou75
1 | 21.06.2018 13:10

Je n'aimais pas mon prénom lorsque j'étais enfant car il est très peu répandu j'avais l'impression d'être à part. Avec le temps j'ai appris à l'aimer justement pour cela. Il m'a été donné en l'honneur d'une grande dame de la chanson française. J'aime beaucoup cette artiste car elle avait une très forte personnalité peut être un peu comme moi.
Bonne journée.
Didou

patrick44
1 | 21.06.2018 11:56

Bonjour, j'ai vu plusieurs fois ce film et meme la pièce que je préfère, génial.
Sinon étant un grand supporter du fc Nantes depuis...50 ans, mes 2 gars s'appelle avec le consentement des 2 joueurs et l'accord de la maman bien sur. Loic et Erwann..
.je vous laisse l'énigme des noms.