Les intemporelles Fables de La Fontaine

Les intemporelles Fables de La Fontaine

7 | 1279 Consultations

Chaque français a en tête quelques vers de Jean de La Fontaine, et même sans connaître les fables entières, a au moins un vague souvenir des thèmes abordés. La Fontaine est certainement l'un des moralistes et fabulistes les plus populaires de la littérature française. Ses fables ont traversé les générations et continuent d'être enseignées à l'école. Héritée de l’Antiquité, la Fable a souvent pour héros des animaux, chargés alors de représenter les hommes. Quel était l’objectif de La Fontaine en écrivant les Fables ? Pourquoi utilisait-il les animaux ? En quoi ses Fables sont-elles intemporelles ?

 

Quel est le but de La Fontaine en écrivant les Fables ?

La fable a une finalité didactique et morale : elle permet d’éduquer facilement le lecteur. Son texte est généralement court et souvent distrayant. La Fontaine vise à montrer les faiblesses de l’homme, et il nous décrit également la société de son époque, surtout celle de la cour, qu’il connaît bien. Pourquoi utilise-t- il des animaux ? : « Je me sers d’animaux pour instruire les hommes », écrivait-il. Grâce au caractère qu’il attribue à chaque animal, il laisse deviner qui il met en cause. Exemple : Le lion représente le pouvoir du roi, le chat, l’hypocrite, le renard, le rusé etc. L’animal permet à La Fontaine de mettre en scène tout un univers sensible, extrêmement subtile. « Au-delà d’un instrument pratique ou d’un élément de divertissement, c'est un élément d'une représentation globale du monde », affirme Olivier Leplâtre, écrivain.

 

Pourquoi les Fables sont toujours aussi modernes ?

Publiées entre 1668 et 1694, inspirées de fables d’Ésope, Babrius et Phèdre, modèle du français classique, ces fables sont utilisées dès le début du XVIIIe siècle comme support d’enseignement par les enseignants et les précepteurs familiaux, et sont devenues depuis un incontournable de l’école primaire. Les morales des textes de La Fontaine, étroitement liées au comportement et au caractère de l’être humain, ont conservé une valeur quasi intemporelle. Selon Patrick Dandrey, professeur à la Sorbonne et président de la Société des amis de Jean de La Fontaine, c’est que dans une démocratie, qui a naturellement tendance à diviser les gens, « nous avons besoin d’un espace de partage, avec des références communes, culturelles, émotionnelles, intellectuelles et imaginatives ». Les Fables de La Fontaine cochent toutes ces cases, en séduisant tous les publics : chacun y trouve son niveau de lecture, de simple à beaucoup plus compliqué. Le miracle des Fables, c’est aussi de nous faire rêver avec des animaux hybrides qui parlent, tout en nous faisant retomber sur nos pieds avec une morale qui nous interroge sur nos propres actes. Les récits de La Fontaine, faussement naïfs séduisent parce qu’ils s’adressent certes aux enfants, « mais encore davantage à l’enfant qui vit au fond de l’homme ». Autre atout qui a aidé les Fables à traverser les siècles : leur mode de lecture. On peut consommer cette œuvre par petits bouts, et en garder quelques extraits en mémoire. Elles nous donnent immédiatement un sentiment de gaieté. Plus de 300 ans plus tard, les Fables sont toujours présentes dans nos vies. Sans qu’on le sache forcément. Car des vers sont devenus proverbes, pour n’en citer que quelques uns : « Rien ne sert de courir ; il faut partir à point » ; « Tel est pris qui croyait prendre » ; « Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage » ; « Aide toi le Ciel t’aidera », « Tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute », « On a souvent besoin d’un plus petit que soi. » etc.

 

Les Fables de la Fontaine contées par les artistes

Nombreux sont les artistes qui ont rendu hommage à La Fontaine, nous avons choisi d’en citer deux.  Que ce soit sur scène ou sur son compte Instagram, Fabrice Luchini se dédie à la lecture des Fables de La Fontaine, nous explique son intérêt pour ces Fables et donne la signification des expressions populaires. Au-delà d’une simple récitation, il réussit fort bien à happer son audience dans l’univers de La Fontaine. Il déclare : « Contrairement à ce qu'on croit, le moralisme de La Fontaine est inspiré d'Hésiode, de Pipelet, des livres orientaux, des faits divers », car Jean de La Fontaine n'hésitait pas à aller chercher l'inspiration ailleurs. « Il y avait des moments où Madame de Sévigné lui racontait un fait divers, et il pondait une fable sur le même sujet un mois ou deux après. » Il poursuit sur l’adaptation de génie de La Fontaine : « Sa grande spécificité unique dans l'histoire de la langue française, peut-être avec Molière, c'est qu'il est un adaptateur de génie ».

Louis de Funès a lui aussi rendu hommage à La Fontaine en enregistrant pour notre plus grand plaisir en 1964, dix de ses Fables . Avec sa diction si particulière, il donne entièrement vie aux Fables et permet aux petits et grands de se replonger avec bonheur dans cet univers. Les 10 fables sont racontées en musique avec humour et poésie par Louis de Funès, aperçu sur YouTube, ici.

 

Qu’avez-vous retenu des Fables de La Fontaine ? Ses morales ont-elles influencé votre réflexion éthique ? Quelle est votre fable préférée et pourquoi ?

 

 

Photo © Adobe – Auteur : Archivist

Betty_Nelly, 03.06.2021

Tokkio
0 | 08.07.2021 12:25

Jean de la Fontaine mettait en scène ses 4 pattes qui sont devenus célèbres auprès de nous les 2 pattes qui sur ce site recherchent désespérément le bipède adapté ! Notre errance me désole. Elle reste virtuelle. Je crois que je me réincarnerais en oiseau qui sue le toit se pose ! Victor Hugo

AMELIE97
4 | 04.06.2021 17:47

Génial d avoir inséré l.écoute délicieuse des fables dites par Luis de Funès. Chez mes parents il y avait plus de recueils de ses fables que de livres saints.
Ma mère les récitait très bien même âgée. Mais là où j.ai été vraiment surprise c.est quand j.ai eu des élèves chinois immigrés de Hong Kong qui me disaient qu.ils les aimaient beaucoup car il n.y avait rien de semblable dans leur littérature. J.ai bien sûr les œuvres complètes de La Fontaine mais dans cette intégrale ce que je préfère ce sont les fables. C.est mon fromage et je ne le laisse pas tomber. Il est vrai que je me rapproche plutôt de la tortue... mais s.il faut partir à point ça je ne l.ai pas encore tout à fait acquis.

chayonne
5 | 03.06.2021 13:15

Bonjour Betty_Nelly, et merci.
Si Jean de la Fontaine a été un de nos plus grands moralisateurs, il a été aussi un véritable libertin.
Ses premiers contes (qu'il écrivit en hommage aux dames qui le protégeaient) étaient des atteintes délibérées aux bonnes moeurs et totalement impudiques !
Bien sûr les maîtres n'en parlaient jamais aux élèves !
L'enseignement reniait ces indécences, de la même façon que La Fontaine les avait reniées lorsqu'il fut reçu à l'Académie Française en 1684.
Il le fit en public.
Nous pouvons à nouveau trouver ces écrits chez les libraires.

Mais quelle imagination chez ce fabuliste !...ces symboles sont restés et perdurent au contraire des premiers écrits licencieux.

En ce qui me concerne j'aime tout et suis en réelle admiration devant ces allégories judicieusement mises en poèmes.
Quel talent !
...et impossible de ne pas jouer tout naturellement sur la phonétique pour mieux faire vivre ces fabliaux par la voix !

onyx30
5 | 03.06.2021 13:14

J'ai souvenir, à la veille des élections présidentielles, le21 / 04 / 17, page 3 sur mon blog, avoir cité la fable du corbeau et du renard.
" TOUT BEAU PARLEUR VIT AU DEPEND DE CELUI QUI L'ECOUTE "

4 années se sont passées depuis, et l'on peut constater, que Monsieur de la Fontaine, avait tout à fait raison en son temps, et que cette maxime, est toujours d' actualité.

Dokkaz
4 | 03.06.2021 11:05

Bonjour BettyNelly, j'ai adoré apprendre ces fables lorsque j'étais enfant. Mes préférés : le corbeau et le renard, le loup et l'agneau.

Antoinemichel
5 | 03.06.2021 10:30

Un visionnaire de l'humain a travers les animaux......