Vélo : nouvel engouement pour la « petite reine » !

Vélo : nouvel engouement pour la « petite reine » !

4 | 587 Consultations

« Quand on partait de bon matin, quand on partait sur les chemins, à bicyclette… ». Nombreux sont ceux qui aujourd’hui pourraient reprendre en chœur la célèbre chanson de Montand, tant le vélo fait de plus en plus d’émules. Si le cyclisme en France est depuis longtemps populaire et sacralisé par le Tour de France depuis sa création en 1903, son usage quotidien séduit un nombre croissant de français. D’où vient cet engouement ? Quel type de bien-être physique et mental nous apporte-t-il ? Nous verrons que le marché du vélo propose dorénavant une offre élargie qui permet à chacun de trouver son bonheur !

 

Le « boom » du vélo en France

Le nombre de cyclistes réguliers en France ne cesse, depuis vingt ans environ, de croitre. Ceci est principalement dû à l’aménagement de pistes cyclables, à la mise à disposition des vélos en libre-service, à l’avènement du vélo électrique et à la prise de conscience des dégâts écologiques causés par les émissions de CO2. Les aides publiques mises en place, pour l’achat d’un vélo électrique par exemple, ou à destination des entreprises pour équiper leurs salariés, ont aussi nettement boosté cette dynamique. Mais deux évènements auront accéléré ce phénomène au cours de cette année : les grèves dans les transports publics puis le déconfinement. Le vélo permet en effet une distanciation qui ne serait pas envisageable dans les transports en commun, et s’inscrit pour beaucoup dans la liste des gestes barrière. Afin d’encourager cet élan, le gouvernement vient de débloquer un plan de 60 millions d’euros pour promouvoir l’usage de la bicyclette. Il propose, entre autres, un forfait de 50 euros pour la réparation de son vélo et des cours de remise en selle ! On s’aperçoit cependant que le vélo est un marqueur de certaines fractures sociales et territoriales. Si on note une croissance de la pratique du vélo de 60% dans les grandes villes sur une durée de 20 ans, elle enregistre en revanche une baisse de 65% dans le périurbain, de 45% dans les campagnes et de 30% en banlieue sur cette même période. Par ailleurs, ce sont surtout les cadres qui se déplacent de plus en plus à vélo, contrairement aux jeunes, aux personnes âgées et aux ouvriers qui l’utilisent de moins en moins. Enfin, toutes les villes ne sont pas logées à la même enseigne. Si Strasbourg, Nantes, Rennes et Grenoble sont les villes les plus accueillantes pour les cyclistes, d’autres comme Marseille, restent à la traine.

 

Le vélo, un allié bien-être précieux

Quiconque enfourche régulièrement son deux-roues confirmera qu’il procure un formidable sentiment de liberté. On se déplace sans polluer et mis à part dans le cas du vélo électrique, sans artifice aucun. Nos jambes sont notre moteur. Le vélo permet de découvrir sa ville sous un nouvel angle, d’emprunter ses ruelles, de passer à travers ses parcs et jardins, de longer ses fleuves et rivières et d’observer nombre de petits détails architecturaux qui nous échapperaient en voiture. Grâce au vélo, on évite les bouchons des heures de pointe, on arrive plus détendu au bureau ou à la maison. Outre ce bien-être mental qu’il nous procure, le vélo est bien sûr un allié de taille pour rester en forme physiquement. Il fait travailler simultanément l’ensemble des groupes musculaires, développe l’adresse et l’équilibre, augmente la capacité respiratoire, renforce le cœur et le réseau des petits vaisseaux sanguins qui irriguent les muscles des jambes. Il est moins traumatisant pour les articulations que d’autres sports car on est porté.

 

Une offre variée

Le marché du vélo propose aujourd’hui une offre très élargie. Celui qui sans conteste a participé au boom du secteur est le vélo à assistance électrique. Il représente aujourd'hui 40 % du chiffre d'affaires des ventes totales de vélos. Il ne fait pas tout à la place de son utilisateur mais l’assiste dans l’effort. Il permet à des personnes ayant une condition physique modérée de faire de plus longues distances et d’emprunter des voies plus difficiles (côtes, montagnes...). Le tricycle adulte est aussi une alternative intéressante, pour les seniors notamment : Appelé trike, il est confortable et plus stable qu’une bicyclette classique. Les deux roues arrière offrent en effet un meilleur équilibre lors des déplacements, ainsi que plus d’espace de portage grâce au panier qui y est généralement inséré. Un complément au vélo qui peut s’avérer être très intéressant pour les amoureux des animaux de compagnie est le charriot pouvant être placé à l’arrière et qui permet d’emmener en ballade nos chères petites boules de poils. Enfin, on trouve actuellement une offre très large d’accessoires visant à customiser son vélo : revêtement en moumoute sur la selle pour avoir bien chaud l’hiver ou imperméable à jolis motifs colorés pour protéger de la pluie, guirlandes de fleurs pour décorer son panier, sonnettes fantaisie, etc., l’offre ne manque pas pour rendre la bicyclette glamour !

Vous déplacez-vous à vélo ? Si oui, êtes-vous plutôt un cycliste du dimanche ou l’utilisez-vous au quotidien ? Quel type de deux-roues utilisez-vous ? L’aménagement à destination des cyclistes a t-il favorablement évolué dans votre région ? Vos témoignages nous intéressent !

 

Photo © Adobe – Auteur : simona

charlotte4575, 16.07.2020

AMELIE97
1 | 19.07.2020 06:46

J'ai fait du vélo pour aller à l'école, au collège par tous les temps - ou presque - pour aller travailler quand c'était autour de 5 kilomètres , côtes en danseuse , jeune, et à pied, moins jeune. Je faisais partie des prolos jusqu'à 34 ans ;ensuite voiture. Mon père a fait du vélo jusqu'à 90 ans passés et ma mère pas loin. Si je voyais autour de moi des tricycles électriques peut-être en achèterais-je un mais il y a seulement des sportifs ou des jeunes autour de moi sur des vélos. La mode des vélos électriques ne s'est pas répandue ici et de toute façon, c'est lourd et je n'arrive pas à m'y tenir dessus pour démarrer du fait du poids et de mon manque d'équilibre. Les vélos de ville aussi sont lourds; bref, je n'ai pas la pêche de mes parents et je me contente de mes deux pattes sans roues. Et je me dis que ça pourrait être pire... Alors, vive le vélo pour tous et toutes les capables de mon âge. Et ceux qui ont le courage d'en faire avec des genoux arthrosiques au dernier degré. Chapeau.

rosalie39
5 | 17.07.2020 12:34

Bonjour,

J'ai commencé à faire du vélo dans les années 2000, j'étais ringarde ..... Aujourd'hui je suis bobo ..... les modes changent.
J'ai un vélo électrique qui me permettait d'aller au travail sans être lessivée et en sueur en arrivant. Je l'ai conservé pour mes déplacements quotidiens, courses principalement, et je ne cherche jamais une place de stationnement.
Mais, pour moi, le véritable vélo reste mon vélo de route, faire des kilomètres, sur les routes du Jura, pas toujours faciles, les montées sont raides .....
Et rentrer apaisée, les mollets en compote .....
J'espère encore profiter longtemps de ces belles balades dans la nature.
L'un de mes projets, l'euro vélo6 partie France .... Pédaler le long des berges des fleuves et canaux.
Merci pour cet article qui met la petite reine en valeur.
Bonne journée à tous

Betty_Nelly
4 | 17.07.2020 12:32

Munich est un paradis pour les cyclistes car la ville est pourvue de nombreuses pistes cyclables (même sur les grandes artères). Il y est très agréable de faire du vélo. Charlotte et moi partons parfois très tôt le matin pour aller au bureau à vélo histoire d’avoir la forme avant d’affronter une nouvelle journée de travail !;-)
Mais attention ici le respect du code à vélo est de rigueur ! Emprunter par exemple une piste cyclable en sens contraire, rouler sans feux à la tombée de la nuit, tourner sans indiquer l’intention de tourner avec le bras etc. est passible d’une amende !

astres58
1 | 17.07.2020 10:47

il ya deux sortes de pratiques

celle de loisirs et celle de déplacement pour le boulot

combien de vélos se sont retrouves au rebut au bout d un mois voir au bout de l été?

pleins , pédaler en plein hiver et en canicule et avec des montées tu le fais 15 jours max, et sans compter ou le remiser aprés? ca prends de la place en appart,

est ce un sport pour bobo riche?

chayonne
5 | 16.07.2020 18:38

Merci Charlotte...vraiment intéressant.

Bien que n'étant qu'une cycliste du dimanche et ne possédant pas l'engin ultra perfectionné de mes rêves (parce que en grande fainéante je préfère la voiture ou la marche), je me rends compte qu'autour de moi les ami(e)s qui pratiquent le vélo sont ceux et celles qui l'ont toujours pratiqué !

Les bienfaits sur la santé sont indéniables mais (peut-être) pas en s'y mettant passé soixante ans.
C'est du moins ce que pensent ceux qui m'entourent. Qu'il faut commencer "jeune".
Car malgré tout le coeur en prend un coup ! (vox populi)

C'est vrai que c'est oublier que le vélo fait baisser la tension artérielle et aide à une meilleure respiration.
Mais a son rythme. Chacun le sien et en tenant compte de nos diverses pathologies.

Faire dans les excès est toujours mauvais, surtout si nous commençons à pédaler à nos ages. D'où la confusion.

Sinon ce n'est que du bonheur !...surtout avec les nouvelles technologies et la sécurité qui va avec !
...et le pratiquer à plusieurs avec itinéraires planifiés est encore meilleur !