Éloge de la bienveillance

Éloge de la bienveillance

9 | 1543 Consultations

La bienveillance, une utopie dans un monde où la concurrence fait rage et où les mauvaises langues se délient d’autant plus facilement qu’il n’est particulièrement aisé de le faire, caché derrière un ordinateur via les réseaux sociaux par exemple ? Bien au contraire, ce concept ou plutôt cette attitude prônée par les disciplines liées au développement personnel a le vent en poupe. Être bienveillant ne se résume pas à vivre aux pays des bisounours : c’est une philosophie de vie qui demande de la persévérance et de la force de caractère. Suivez le guide et pourquoi pas, laissez-vous inspirer !

 

Bienveillance, empathie et compassion

L’étymologie latine du mot « bene-volens », littéralement « qui veut le bien », nous éclaire sur son sens profond : veiller à ce que ça aille bien. Nous serions donc considérés comme bienveillants si nous pensons utile, voire indispensable, de veiller activement à ce que ça aille bien pour nos collaborateurs, nos clients, pour les exclus de la société, pour nos proches, pour l’environnement et pour les générations futures… Mais aussi pour nous-même aussi. En effet, si je ne me soucie pas de moi, comment puis-je être en mesure de prendre soin des autres ? La bienveillance n’est pas une qualité innée mais plutôt une vertu qui s’exerce et requiert du courage. Elle est proche de la compassion qui, selon une étude réalisée à l’Université de Stanford, suivrait 4 étapes : la prise de conscience d’une difficulté ou d’une souffrance, suivie de la sensation de la douleur subie, puis de la décision d’intervenir pour diminuer ou arrêter cette souffrance et enfin du passage à l’action. Cependant, il ne faut pas la confondre avec l’empathie qui se limite aux 2 premières étapes. En effet, la bienveillance est active, ce n’est pas uniquement une émotion ressentie et elle va aussi au-delà de la compassion, car elle contribue finalement à générer de la joie et cette énergie est communicative. Pourquoi donc alors s’en priver !

 

Cultiver la bienveillance au quotidien

Nous avons rassemblé ici 5 attitudes à adopter pour cultiver cette qualité. Il s’agit d’exemples simples mais non exhaustifs. Tout d’abord, apprenez à vous encourager, vous féliciter et vous dire merci. Pour cela, regardez-vous dans un miroir et dites-vous que la personne que vous voyez est votre meilleur(e) ami(e). Pour la/le décrire, vous n’utiliseriez certainement pas les adjectifs dépréciatifs que vous avez l’habitude d’utiliser à votre égard.

Ensuite, essayez de mettre en avant vos qualités plutôt que vos défauts. Bien souvent, nous essayons d’améliorer nos points faibles plutôt que de valoriser nos points forts. Évidemment, il faut toujours essayer de progresser et s’améliorer mais autant commencer avec des domaines dans lesquels vous êtes déjà performant(e). Apprenez également à être à l’écoute de vos besoins. Si quelqu’un vous demande un service et que vous n’avez ni le temps, ni l’envie, dites simplement non et ne culpabiliser pas ! Cela vous coûtera un peu au départ mais au final vous serez en accord avec vous-même.

Autre piste : faites attention au langage employé vis à vis des autres et évitez de critiquer à tout va. L’énergie négative qui se dégage des médisances nous revient automatiquement dessus. Toute parole négative, même si elle ne nous est pas destinée reste nocive.

Enfin, restez ouvert aux personnes qui vous entourent. Quand vous vous déplacez, observez les gens que vous croisez et notez un regard, un sourire, une aide. Vous pourrez ainsi profiter des surprises que vous offre votre quotidien.

 

Être bienveillant avec les autres

Si bienveillance s’exerce en premier lieu avec soi-même, elle est dirigée aussi vers les autres. Voici quelques exemples pour vous faire prendre de bonnes habitudes. Dans le cadre du travail, il faut savoir mettre son ego en sourdine et faire passer en priorité l’intérêt supérieur du collectif. Avec vos collègues tout comme avec vos proches, faites preuve d’empathie et de compréhension. Pardonnez les erreurs et essayez de communiquer un maximum en souriant. Vous verrez, cela vous ouvrira bien des portes ! De même, avec les enfants et petits-enfants, il est possible de pratiquer une éducation dite bienveillante. Quelques pistes pour vous aider : plutôt que de répéter plusieurs fois la même chose, fixez les règles à l’avance. De même employez des mots positifs et évitez les négations. Au lieu de crier : « Ne cours pas ! », dites plutôt : « Marche ! » Vous verrez, ça… marche ! À essayer aussi sur les plus grands.

Pour conclure, la bienveillance est un choix : c’est à vous de décider de la qualité du rapport que vous souhaitez entretenir avec autrui et vous-même. Si vous n’êtes pas à l’aise avec une personne, un groupe ou un environnement, n’hésitez pas à vous en éloigner physiquement ou psychologiquement ou si ce n’est pas possible dans l’instant, à vous en protéger.

 

Loin d’être une faiblesse, la bienveillance est une qualité qui s’entretient. Si elle demande de la rigueur, de la force et de la pratique, le jeu en vaut la chandelle. En étant bienveillant, vous serez moins sujet au stress car vous serez en accord avec vous-même et cette énergie positive sera contagieuse sur votre entourage.

Et vous, quel est votre avis sur ce sujet ? Avez-vous une anecdote à nous raconter ?

 

Photo © Fotolia - Chinnapong

Betty_Nelly, 29.03.2018

Edel13
0 | 01.04.2018 23:58

Je vais commencer par (et ce n'est pas de la bienveillance ;) ) dire que :
- j'ai aimé lire ton article
- J'apprécie votre groupe d'admin et peu me chaut que ce soit ou non ringard, c'est mon sentiment depuis que je suis sur le site ( + 5 ans ... un exploit ^^)
- ce site m'apporte beaucoup et "vaut le coup"
- je suis en paix avec la personne que je suis... je suis devenue ce que j'avais envie d'être c'est déjà pas mal ;)

Je n'ai pas l'impression que pour tout le monde la signification de la bienveillance soit assimilable à ce que l'on lit dans l'article. Pour beaucoup, j'ai l'impression que "tu n'es pas bienveillant" et même limite malveillant dans la mesure ou tu n'es pas tout miel, tout sucre, tout confiture ... j'aurai tendance à dire dans mon langage "pégueux"... Être critique est pour beaucoup synonyme de malveillant.

Je ne pense pas être bienveillante, ni malveillante d'ailleurs ^^, juste humaine. Je serai bienveillante avec ceux que j'aime et indifférente avec ceux qui ne m'inspirent rien... cela ne veut pas dire que je serai neutre...

tinarmony
3 | 30.03.2018 11:48

Animatrice en développement personnel depuis 92,j'ai écrit un livre résultat de mes lectures et stages '' comment devenir le meilleur ami de vous même,des autres et de la vie'' il fut refusé en 2005 car trop d'avant garde me disaient des éditeurs..maintenant on entend partout il faut apprendre à s'aimer et être bienveillant avec soi,pour lêtre avec les autres.On ne peut donner à boire aux autres si on n'a pas d'abord rempli son tonneau.je suis tout à fait d'accord avec cet article.la 1ère démarche est d'apprendre à se connaître,utiliser ses points forts, et les points faibles s'améliorent plus facil et voir dans chaque problème une façon de ''grandir''et d'évoluer vers le meilleur de soi.TINARMONY

biloum
3 | 29.03.2018 12:23

La bienveillance c'est cette multitude d'actes et paroles "simplissimes" qui, dans ce monde (réel ou virtuel) semblent trop souvent se perdre.......Les règles de base telles que la politesse et la courtoisie s'oublient ............Ce sont pourtant , par excellence, les véritables piliers un peu comme une vague qui se répandrait sur les autres.......et ainsi de suite.....

Et ce n’est pas parce que l’on reçoit que l’on donne, mais parce que l’on donne que l’on a plus de chances de recevoir.................D'où la nécessité...........voire l'urgence de réviser ses leçons d'entraînement................