Et si vieillir était un art ?

Et si vieillir était un art ?

12 | 3999 Consultations

Pourquoi faudrait-il avoir peur ou honte de vieillir? Qu’est-ce qui fait qu’une première ride, qu’un ou deux cheveux blancs vont parfois déclencher des angoisses dont on se défend bien en courant chez l’esthéticienne ou chez le coiffeur?  Au lieu de vouloir tenter vainement de prolonger sa jeunesse en appelant  viagra, cosmétiques et chirurgie esthétique à la rescousse, il serait plus judicieux de préparer, d´apprivoiser sa vieillesse afin de rendre celle-ci plus harmonieuse. Car à moins de mourir jeune, la vieillesse, pas moyen d'y échapper !  De plus comme dit Sacha Guitry "Mourir de vieillesse est la seule mort qui soit acceptable". Alors cessons de perdre du temps et de l´énergie à courir après la jeunesse et acceptons cette étape de la vie dont la maturité est porteuse de sagesse et de dignité.

 

Prévenir la vieillesse

Il est possible d’être vieux et en bonne santé si on respecte pendant la durée de la vie tous les besoins réels du corps. Contrairement à ce que l´on pense, la vieillesse n’est pas synonyme de maladie, de souffrance et de douleur. La vieillesse, elle se prépare. On sait  qu'une perte de la masse et de la force musculaires intervient dès 50 ans, en raison de la diminution de la production de certaines hormones, mais aussi de la baisse d'activité. À long terme, cela a un impact sur le risque de chute et de fracture.  L´activité physique régulière est  une des meilleures préventions contre le vieillissement. En plus de stimuler la circulation sanguine, elle renforce les muscles et les os. Elle donne une sensation de détente et de grand confort. Promenades avec son animal de compagnie, natation, exercices réguliers de souplesse préviennent  blessures et tendinites.  Préserver sa santé implique également de surveiller son alimentation. Manger mieux pour mieux vieillir en adoptant une alimentation riche en protéines et en calcium. Soulignons également la nécessité de prise de suppléments en vitamine D, cette vitamine-hormone qui a des effets bénéfiques importants aux niveaux osseux et musculaire. Outre l´activité physique et l´alimentation, il importe aussi de continuer à avoir une vie sociale et une activité intellectuelle. Devenir membre d´une association pour partager son savoir-faire et son expérience, lire, jardiner, passer du temps avec ses petits enfants, méditer, surfer... bref des petits plaisirs légitimes qui nourrissent l´estime de soi et la santé en général.

 

L´âge d´or

On oublie que la vieillesse a des avantages considérables sur l'adolescence, la jeunesse et l'âge mûr. On peut effectivement éprouver des souffrances physiques et psychologiques à 30 ans, des problèmes relationnels intenses avec ses parents, en couple, avec les collègues, les concurrents, les supérieurs hiérarchiques. Contrairement à ce que l’on pense, quand on est jeune, on n’a pas « tout pour soi ». On peut être malade et malheureux. On doit fonctionner, ne pas se plaindre, briller. En vieillissant, on n’a plus vraiment besoin de « faire semblant » ni de jouer un rôle.  On a enfin le droit d'être ce que l'on est. La vieillesse autorise une certaine liberté. Le bonheur ne dépend en aucune façon de l'âge, mais de notre capacité à demeurer dans la joie à chaque instant, autrement dit de notre sagesse. S´entourer de relations saines, une bonne intégration sociale, des activités sources de sens, une vie culturelle et spirituelle riche, voilà des fondements de la santé ! La vie peut alors s’accompagner non seulement de joie mais aussi de plaisir et de volupté. Victor Hugo, toujours jeune et vieillard heureux, disait que l’avantage de la vieillesse, c’est d’avoir, outre son âge, tous les âges. L´âge d’or est l’âge de l'esprit éveillé,  de l’innocence retrouvée, "de la vie purifiée des illusions et des passions", comme le dit Stendhal.

 

Le sénior a plus de temps libre et de disponibilité intérieure pour se consacrer à la vie de l’âme, la philosophie et la spiritualité, pour savourer toutes les joies de la culture, les joies esthétiques et poétiques, de la pratique des arts, des sciences, de la politique, avec moins de rapidité certes, mais avec plus de saveur...  Alors savourez les joies de l’amour, les joies affectives, amicales et amoureuses, les joies de la sensualité et de la sexualité à votre rythme;-)  Continuez à avoir l´esprit coquin car comme dit Anatole France,  "La vieillesse serait vraiment trop triste si le rose essaim de pensées polissonnes ne venait parfois la consoler..."

 

Et vous, quelle est votre approche face au temps qui passe?

 

Photo © Fotalia  - Robert Kneschke 

Betty_Nelly, 07.10.2015

toujourscurieux
1 | 08.11.2015 22:37

A 91 ans,j'ai quelques idées sur la question.Je distingue deux postes de réflexions.
A/A/A//--:Le poste "auto";celui que nous pouvons commander.J'y pratique les adages suivants.
1////-Maintenir l'oxygènation et les oligo éléments du liquide ciculant;à défaut de pouvoir changer les tuyaux,c.à.dire a/perdre 3 k/gs pour la respiration abdominale b/ supplémenter 2 fois x semaine en Mg/sium et Potas/ium c/ boire de l'eau très souvent.
2////Détoxifier.Moins de viandes,sauces,alcools.Plus de légumes et si vous aimez pates,pates,pates.Vos cellules vont pouvoir respirer.
B/B/B//Le poste "Exterieur".Celui qui nous est imposé.
1/// La Mode.Mortel de voir des gens se laisser prendre en otages.
Acceptez votre corps tel qu'il est....si vous l'avez respecté.
Scandaleux de voir des femmes obligées par la profession de prendre le risque chirurgical.Une "Traite des blanches" qui ne dit pas son nom.

En somme : s'entretenir,s'accepter.
Vous serez "Presque inoxydable". Toujours curieux.