Les râleurs

Les râleurs

9 | 665 Consultations

On le sait, on le dit : les français forment un peuple de râleurs, toujours prêts à se languir du changement, jamais satisfaits de leur sort. Et il en va de l'amour comme dans la vie : les râleurs parsèment les millions de couples de l'hexagone, et y répandent leurs flopées de plaintes à l'oreille de l'être aimé. Peuplant le quotidien de leurs jérémiades, ils forment des comparses tantôt pénibles, tantôt envahissants, mais souvent attendrissants. Finalement, si l'on en connaît tous au moins un dans notre entourage, sait-on vraiment qui se cache derrière le profil type du râleur ? Creusons un peu.

 

Carte d'identité du parfait râleur

Un râleur, c'est avant tout une personne pas comme les autres. Sa propension à ne jamais être content en fait un être unique, insensible à ces petits bonheurs du quotidien qui font sourire les simples gens. A l'inverse, le râleur se cabre, s'irrite de tout, et identifie en toute circonstance une entrave là où l'homme sensé ne voit que calme, luxe et volupté. Un passant lui sourit ? C'est un fou assurément ! Quelqu'un lui tient la porte au moment de rentrer au supermarché ? Il doit être déséquilibré, ou bien un tantinet maniéré. Ainsi, le râleur est maître dans l'art de se plaindre, démuni dans sa capacité à se réjouir de ce qui l'entoure. Après tout, on ne se réinvente pas, et encore moins quand on est un râleur de longue date !

 

Au-delà des apparences

Pour le partenaire en recherche amoureuse, partager la vie d'un râleur peut donc représenter un vrai défi. Car en définitive, qui souhaiterait raisonnablement terminer ses jours auprès de quelqu'un qui passe le plus clair de son temps à répandre sa mauvaise humeur ? Le côté râleur peut donc facilement avoir un effet repoussoir, pour qui ne va pas chercher un peu plus au-delà des premières apparences - souvent trompeuses. Car derrière tout râleur se cache quelque part un cœur fêlé, une blessure cachée non cicatrisée. La propension à se plaindre est souvent le résultat d'une insatisfaction personnelle, qui peut trouver ses racines dans l'enfance, dans l'adolescence ou dans une histoire d'amour antérieure. De fait, quand on vient de faire la connaissance d'une nouvelle personne, on ne sait en général rien de sa vie. Aussi, ne vaut-il pas le coup de laisser sa chance au râleur, quitte à prendre quelques risques ? Car après tout, la présomption d'innocence reste une valeur cardinale dans nos sociétés modernes.

 

Faire sa vie avec un râleur

Tout ce qui a été écrit précédemment nous conduit donc irrémédiablement à cette question : quel comportement adopter pour faire sa vie avec un râleur ? La tâche peut parfois s'annoncer ardue, mais elle vaut souvent le coup d'être entreprise. La meilleure attitude face à un râleur chronique reste encore d'être conciliant, en considérant que votre partenaire est lui-même victime de son caractère râleur, qui l’empêche de voir la vie sous un jour heureux. En le mettant ainsi dans la posture de celui qui subit un mal, vous inverserez le rapport entre vous, et cesserez de vous voir vous en victime de votre moitié. Bien sûr, une telle attitude ne peut s'appliquer sans être accompagnée d'une nécessaire bienveillance envers votre partenaire, de même que d'une infinie patience qu'il vous faudra déployer à chaque instant. Tout le défi qui s'offrira à vous sera de lui faire ouvrir les yeux sur sa propre méprise, afin qu'il réalise que la vie est belle, et que le monde possède une quantité infinie de bontés à nous offrir. Alors, vous réussirez peut-être à réconcilier votre moitié avec ses propres frustrations, et à lui faire considérer l'existence sous un jour nouveau. A ce moment, sans aucun doute, votre couple s'en trouvera transformé, et celui que vous pensiez un râleur à vie sera le compagnon de vos jours heureux. En définitive, il ne faut donc pas craindre de partager la vie d'un râleur. Car avec un peu de persévérance, tout est possible.

 

Connaissez-vous ou avez-vous côtoyé des râleurs ? Quel est votre comportement à leur égard ? Reconnaissez-vous être vous-même un(e) râleur(euse) ? Vos témoignages nous intéressent !

 

Photo © Fotolia – Auteur : Tom Bayer

Betty_Nelly, 17.01.2019

nikita13
0 | 19.01.2019 17:42

J'aime bien raler parfois, gentiment, pour bousculer, .... Vu que je suis plutôt positive, je fais le change, question que quoi !

starck
1 | 19.01.2019 10:39

Bonjour,pour moi le râleur est une personne insatisfaite qui ne cherche qu'a faire avancer,améliorer les choses...Est-ce vraiment un défaut???

Imagyne
0 | 17.01.2019 19:38

Bonsoir,
Certes le râleur n'est pas facile à supporter, il suffit de l'ignorer, si il nous gonfle, mais il y a des gens bien pire et beaucoup plus néfaste dont il faut se protéger, et la liste est longue, je pense que nous avons tous nos défauts, dont sûrement les autres se passerait aussi, personne n'est parfait !!

marie93
1 | 17.01.2019 15:41

J'aime ton com Malaja, changer les autres ....... Et pourquoi d'ailleurs ?

Les râleurs sont pour la plupart des personnes qui en effet peuvent exprimer un mal être. Pour moi, la plupart sont des gentils qui veulent se montrer un peu agressifs. Souvent, avec un peu de discussion, il y a moyen de se comprendre !
Les sournois et les "moi je sais tout" qui se complaisent à savoir mieux que leur auditoire, sont bien plus néfastes .......

malaja
3 | 17.01.2019 12:44

P.S. : quant à croire qu'on peut changer les autres par amour (le syndrome de "le Belle et la Bête : le seul pouvoir de l'amour transforme les monstres en princes charmants) c'est valable à l'adolescence ! dès qu'on a un peu grandi on sait bien que même l'amour ne pourra pas changer l'autre...

malaja
6 | 17.01.2019 12:15

il n'y a rien de plus pénible que quelqu'un qui se plaint tout le temps !
je vois le "râleur" comme une sorte d'égoïste qui croit - et tente d'imposer à tout son entourage - que lui seul souffre d'injustices, de déboires et autres soucis de la vie.
il y a une autre attitude qui consiste à penser que tout un chacun a ses soucis, pas plus gros - mais pas moins graves non plus - que son voisin. Et qu'il serait très insupportable de l'imposer à autrui, en permanence...
Je constate que les "râleurs " se plaignent de la pluie, du temps qui passe, de son voisin, etc.
alors que ceux qui ont de vrais soucis, la plupart du temps, font face bravement et sans bruit...
:)