Les ruptures amicales

Les ruptures amicales

9 | 7106 Consultations

Lorsqu’on parle de rupture, on aborde presque exclusivement le cas des séparations amoureuses et on ne s’intéresse pas ou très peu aux ruptures amicales. Moins représentées dans les films, chansons et autres productions artistiques, elles sont également moins accompagnées socialement. Et la rupture amicale peut s’avérer être une expérience extrêmement traumatisante et douloureuse. Outre les liens naturellement formés au sein de la famille, les amis sont d’un soutien non négligeable et deviennent, au fil du temps, une partie intégrante de notre vie. Mais comme toute chose est éphémère, une amitié, même édifiée sur des bases solides, peut se faner. Que se passe-t-il, dans ce cas ?

 

Une identité floue

Tout le monde connait l’adage : « Dis-moi qui sont tes amis, et je te dirai qui tu es ! ». Cette expression a en effet traversé le temps et s’est révélée exacte à de nombreuses reprises. Il est tout à fait normal de définir la personne que l’on est réellement à travers ceux que l’on fréquente dans notre quotidien. Contrairement à notre famille, qui nous a en réalité été imposée, nous avons pu choisir nos amis qui sont notre « vraie famille » ou bien, comme certains aiment à le dire, notre famille de cœur. Rompre les liens amicaux que l’on a entretenus durant des années est donc susceptible de nous déséquilibrer. On peut ainsi avoir l’impression de perdre une partie de soi et donc de son identité. Et qu’y-a-t-il de pire que de se regarder dans un miroir et de ne plus savoir qui l’on est ?

 

Un passé perdu à jamais

Chacune de nos relations est née d’une histoire, laquelle a été remplie d’aventures plus palpitantes, les unes comme les autres. Elles sont le fruit d’une histoire commune, riche de souvenirs qui ont embelli notre existence, peuplée de moments vécus à la fois dans la joie ou dans la souffrance. En coupant les ponts avec quelqu’un qui nous est cher, on remet en cause à jamais les prémices de cette ex-amitié. À quoi bon avoir forgé des liens forts avec une personne si, au terme du récit, l’issue n’est guère positive ? C’est comme si tout avait été balayé en un mouvement, que rien n’avait existé entre nous. Eh, oui ! Garder ses souvenirs dans notre mémoire ne serait effectivement qu’une source de souffrance. Pour les plus sensibles surtout, la seule issue est de se forcer à tourner la page.

 

L’illusion d’une réalité quasi parfaite

Dans ce monde, rien ne se rapproche le plus de la perfection qu’une vie accomplie : une vie heureuse et comblée grâce à la présence de ceux que l’on aime. Pour les personnes qui peuvent goûter à ce bonheur, il s’agit sans nul doute de la période la plus heureuse de leur vie. Et, bien évidemment, on aimerait que cette apogée dure éternellement. Malheureusement, avec les hauts et les bas qui garnissent notre existence, il est impossible de prévoir la tournure des événements. S’il y a rupture amicale, cet idéal n’aura été qu’illusion. Cet échec peut être vécu cruellement et on peut ainsi penser que l’existence est futile et vaine. Notre soif d’absolu est alors violemment déçue.

 

La perte d’une seconde famille

Perdre son frère ou sa sœur est un sentiment des plus horribles. Et contrairement à ce que la société pense, c’est exactement la même chose que de rompre une relation amicale qui a contribué à illuminer notre vie. En fait, il est nettement plus facile de partager ses plus noirs secrets avec une personne qui nous est proche et, qui plus est, ne partage pas le même sang. La raison ? Sûrement ce sentiment de liberté assez restreint par les confidences (biologiquement) familiales. En d’autres termes, en confiant des choses à notre seconde fratrie, nous courons moins de risques de faire l’objet de représailles de la part de notre entourage. Si jamais cette précieuse amitié venait à disparaître, il est fort possible que l’on se renferme sur soi, par la suite.

 

La rupture amicale nous renvoie à une interrogation plus profonde : que signifie véritablement exister ? Indubitablement, exister n’a pas de réel sens en vivant seul. Le besoin de partager, de se sentir appartenir à une communauté, est le propre même de l’Homme. En effet, perdre tout contact avec sa seconde famille peut être vu comme une fin en soi et littéralement comme l’abandon d’une partie de soi. Il ne faut pas sous-estimer cet événement et prendre le temps de se reconstruire. N’hésitez pas également à demander de l’aide.

Et vous, avez-vous déjà vécu une rupture amicale ? Comment l’avez-vous vécu et comment avez-vous fait pour surmonter cette épreuve ?

 

Photo © Fotolia – Auteur : Antonioguillem

 

Betty_Nelly, 28.09.2016