Savoir affronter les conflits

Savoir affronter les conflits

8 | 815 Consultations

La vie n'est pas toujours un long fleuve tranquille, et nous sommes tous amenés de façon plus ou moins régulière à devoir affronter une situation conflictuelle, que ce soit dans notre vie de couple, professionnelle, familiale ou amicale. C'est ce qui rend aussi les relations humaines si riches ! Mais ces moments de crise ne sont pas toujours faciles à gérer. La plupart d’entre nous ressentons une vive appréhension devant la survenue d’un conflit. Quels sont les différents types de conflits que nous rencontrons ? Pourquoi sommes-nous parfois si démunis quand une telle situation se présente ? Pourquoi est-il important d’accepter les conflits et comment les gérer ? Cet article vous propose un petit tour d'horizon du sujet...

 

Une multitude de sources de conflit

Nous avons régulièrement à gérer dans notre vie de tous les jours des conflits. Dans notre vie de couple tout d’abord. Et si le quotidien peut certes très bien se passer, il arrive aussi que des tensions surviennent. Pour des raisons futiles le plus souvent : un ménage pas fait, un désaccord sur un sujet de discussion ou une parole blessante... Mais parfois les raisons sont plus graves et plus profondes. Il peut s’agir d’un sentiment d'abandon, d’adultère, d’une incompréhension mutuelle persistante....Les conflits familiaux sont aussi fréquents. Ils peuvent être d’ordre pécuniaire mais sont le plus souvent d’ordre relationnels. Les liens familiaux sont en effet des liens d’amour, étroits, basés sur une histoire commune. Cette dimension affective engendre des tensions proportionnellement plus fortes que dans d’autres contextes. Il y a souvent au sein des familles comme l’explique la psychanalyste Nicole Prieur des « blessures non résolues ». Notre capacité à gérer des conflits peut également être mise à rude épreuve dans le milieu professionnel ou dans nos relations amicales. Quelque soit le type de conflit, on se retrouve alors souvent bien démuni, ne sachant pas quoi faire pour que les choses s'arrangent. Pourquoi cette appréhension ?

 

Conflit et sentiment de malaise

Face à un conflit, les réactions varient d'une personne à l'autre, et d'une situation à l'autre. Certaines personnes se mettront en colère, tandis que d'autres entreront dans une logique d’analyse et de réflexion. Certaines auront du ressentiment, alors que d'autres privilégieront le respect mutuel. Soulignons cependant que beaucoup d’individus ont dans ce cas tendance à adopter une attitude d’évitement. Ceci s’explique d’une part par le fait que notre société nous prépare généralement mal à affronter ce genre de situation de crise. Selon nos croyances profondes et l'éducation que l'on a reçue de nos parents, le conflit est synonyme de sentiments négatifs, de violence, de colère, de rupture, d'échec... Bref, tout ce que l'être humain n'aime pas et n'admet pas. Si nous sommes à ce point déconcertés, c'est aussi tout simplement comme le remarque la psychologue Dominique Picard que nous avons peur : la peur de faire mal, de mal faire, d'avoir mal, peur d'être jugé, d'être rejeté. « En esquivant le conflit, nous évitons de mettre en danger notre sécurité affective », explique-t-elle. La survenue d’un conflit nous oblige à nous remettre en question, à entamer une introspection qui peut être douloureuse. Cela ne représente pas forcément un obstacle pour des personnes très structurées qui ont une bonne estime d’elles-mêmes mais peut s’avérer problématique pour celles qui manquent de confiance en elles.

 

Accepter et savoir gérer une situation conflictuelle

Eviter et laisser pourrir une situation conflictuelle n’est pas une solution satisfaisante. Nous restons sur un sentiment d’amertume et de malaise qui nous amène à ruminer et cela peut entraîner l’apparition d’angoisses récurrentes. Anticiper, prendre la situation en main, mettre en œuvre ses capacités d’analyse pour tenter de résoudre la crise apparaît beaucoup plus valorisant. De nombreux conseils pour désamorcer un conflit et le résoudre existent. Nous devons, par exemple, pouvoir : favoriser une communication ouverte et efficace ; dépasser notre impulsivité et garder notre calme ; écouter l'autre ; établir des priorités (résoudre le problème passe avant le fait d'avoir raison par exemple) ; se mettre à la place de l'autre ; anticiper les disputes ; ne pas exagérer ou généraliser la crise; savoir présenter ses excuses ; prendre du recul si besoin ; ne pas garder de rancœur ; laisser le temps de soigner les plaies… L’appel à un médiateur ou un psychologue en cas de difficultés majeures peut aussi s’avérer salutaire.

Nous pouvons en définitive souligner qu’il est important de prendre en considération la survenue d’un conflit, de l’accepter et de faire en sorte de le gérer au mieux. Affronter une situation conflictuelle nous amène à mieux nous connaître et à nous affirmer, cela nous rend plus fort et plus confiant.

Comment réagissez-vous en cas de conflit ? L’affrontez-vous sans trop d’appréhension ou avez-vous tendance à le fuir ?  Avez-vous déjà été confronté à des situations conflictuelles majeures ? Quelles leçons en avez-vous tiré ?

 

Photo © Fotolia – Auteur : Владимир Гайков

 

 

charlotte4575, 25.04.2019

toujourscurieux
1 | 28.04.2019 16:45

Vous allez dire que j'ai l'esprit pointilloso-prudent mais des imbéciles pourraient (faire semblant de) s'offusquer. Dans la boite à qeufs qui illustre la tète du message,j'aurais
évité l'opposition (c'est le cas de le dire) entre oeuf blanc et oeuf "de couleur".
Encore une chance : le "couleur" n'est pas barbu;seulement moutachu. Ouf !!!!
TJC 1925.

Odyssee20
1 | 27.04.2019 07:46

Le conflit c'est la guerre en quelque sorte où chacun veut défendre son "bout de gras" bec et ongle !! Si on ne peut ou ne veut pas (plus) se comprendre, il ne sert à rien de s'affronter ! Il n'y a rien à gagner que de la colère qui met à mal la sérénité de chacun donc soit on laisse tomber soit on prend le temps de se comprendre au calme si le jeu en vaut la chandelle.
Je déteste les situations conflictuelles et je les fuis autant que possible. Et s 'il y a du "sentiment" profond et sincère entre les "opposés", la situation s'arrange avec le temps et on remet les pendules à l'heure. Sinon ……… bof !

Madamepasimple
1 | 27.04.2019 03:58

Pas facile et oui !
Éviter les conflits ne résout rien
Inpade2 votre avis confirme mes pensées

utopique
4 | 26.04.2019 19:13

C'est tout à fait vrai ce que dit Mayah .
De toute façon il y a toujours un grand décalage entre ce que nous sommes vraiment et ce que les autres voudraient que nous soyons .
En cas de conflit les réactions de fuite ou d'agressivité sont les plus naturelles .
Les plus graves sont à mon sens les conflits familiaux car on ne choisit pas sa famille et l'on est bien obligé de faire avec si on ne peut s'éloigner .
On dit souvent " remets toi en question " mais doit -on se renier ? perdre toute sa personnalité pour plaire à l'autre ? est-ce qu'il faut se soumettre aux exigences d'autrui si ça ne correspond pas à ce que l'on est vraiment ?
Dans tous les cas il faut apprendre à parler juste et être responsable de ses paroles et de ses actes .et faire sa propre introspection avant de la demander à l'autre .

marie93
3 | 26.04.2019 18:04

Je ne pense pas que les conflits règlent quoi que ce soit. Chacun reste souvent sur sa position ...
Et puis à mon âge et avec les personnes qu'il me reste à aimer, je n'ai pas de problème, je sais que je pourrai faire les compromis nécessaires.

Sinon, pour les autres, et bien tant pis, soit je n'en éprouve pas la nécessité, soit ils n'en éprouvent pas la nécessité. Alors tout est pour le mieux.

Candice34
3 | 26.04.2019 15:31

Bonjour
je n'apprécie pas les conflits...Mais je ne les zappe pas pour autant...Il faut savoir faire face et les régler du mieux possible...
croire que l'on pourrait les supprimer,purement et simplement ...c'est
impossible!
Avec le temps, la vie, j'ai appris à prendre de la distance ....
Bon après-midi.

mayah_12
3 | 26.04.2019 15:26

Les conflits naissent souvent d'incompréhensions qui engendrent des frustrations et au-delà, une certaine souffrance. C'est pourquoi lors de ces " crises ", le ton monte et on en vient à dire des choses qui dépassent la pensée.
Mais vouloir les éviter en boudant dans son coin n'arrangera rien, parce qu'il restera toujours au fond de soi un peu de rancoeur. L'idéal serait de laisser passer un peu de temps,le temps que le ressenti émotionnel soit moins vif et de reparler ensuite calmement de ce qui a causé le conflit. Souvent, le conflit avec ce temps passé aura perdu de son importance et il sera d'autant plus facile d'en rediscuter :).

Nonobea
1 | 26.04.2019 13:13

Je pense que le dialogue et la complicité sont importants dans un couple. Bien sûr nous avons vécu un bon bout de chemin. Nous avons tous nos habitudes mais je pense que l'on peut continuer avec un nouveau compagnon a faire et aimer la vie

Veronique
0 | 26.04.2019 10:14

Dans la vie, le dialogue est une priorité.

Jazzie_91
4 | 25.04.2019 23:02

Merci Charlotte pour ce blog.
Lorsque j'éprouve de l'affection et/ou de l'estime pour qq'un je tiens à préserver la clarté de la relation. Je fais en sorte, sans aucune appréhension, de résoudre les incompréhensions possibles. Je n'aime pas les non-dits, le feu qui couve, encore moins la mauvaise foi. J'apprécie les gens qui savent reconnaître leurs erreurs..et présenter mes excuses ne m'a jamais gênée.
A présent, peut-être parce que je me soucie davantage du temps qui passe et d'aller vers l'essentiel, j'essaie de ne plus me perdre dans des conflits futiles. J'ai appris à prendre de la distance.
Il n'y a aucune obligation à s'apprécier et ceci sans remettre en cause les qualités personnelles des protagonistes.

Dokkaz
3 | 25.04.2019 20:19

Bonsoir, certains conflits sont complètement inutiles du fait que les protagonistes veulent seulement avoir le dernier mot, sans vraiment se remettre en question.

PETRUS2016
2 | 25.04.2019 15:52

Privilégier les compromis et refuser les concessions….