L'or gris des entreprises

L'or gris des entreprises

1 | 2236 Consultations

Difficultés à s’adapter aux nouvelles technologies, manque de mobilité et flexibilité, moins rentables… les seniors font l'objet de préjugés tenaces dans le milieu du travail, ce qui conduit bien souvent à les écarter de l’emploi. Différentes mesures d’incitation au départ à la retraite anticipée ont été ainsi mises en place, renforçant le rapprochement entre "senior" et "départ à la retraite". Mais pourtant, l’âge de départ à la retraite ne cesse de reculer et chaque salarié est amené et sera encore plus amené à passer une grande partie de sa carrière en étant un "senior".

Il est important de prendre conscience de ces clichés afin de mieux les combattre et de faire les bons choix en termes d’emploi. Les seniors peuvent en effet se révéler être de l’or, particulièrement pour les entreprises jeunes.

 

Une grande expérience humaine et technique

L’atout majeur des seniors est très probablement leur expérience. Grâce à leur expertise et savoir-faire reconnus, ils sont opérationnels rapidement, ce qui constitue un gain de temps important pour une entreprise. Mais leurs qualités ne s’arrêtent pas là : conscience professionnelle, maturité, capacité à relativiser, la liste de leurs atouts est longue.

Par ailleurs, ils ont une vision de carrière sur le long terme. En rejoignant une entreprise, ils envisagent généralement d’y passer plusieurs années, voire d’y rester jusqu’au moment de la retraite, favorisant ainsi une montée progressive en compétences.

Enfin, les seniors jouent un rôle de repère social au sein de l’entreprise. Leur implication est souvent forte, créant une source d’équilibre pour les plus jeunes et participant à la cohésion des équipes.

 

Un moyen de préserver la culture d’entreprise

Selon une étude de la DARES* publiée en 2008, 17 % des employeurs estimaient qu’ils seraient confrontés à la disparition de certaines compétences clés détenues par les seniors dans les cinq ans à venir. Perte de savoir-faire, accélération des départs anticipés… Ces événements ont très rapidement eu des conséquences sur le marché du travail et plus concrètement sur la gestion du personnel dans les entreprises. Les départs en retraite des nombreux "papy et mamy-boomers" ont nécessité, et nécessitent encore, d’embaucher massivement afin de les remplacer. Ces recrutements ont entraîné un rajeunissement accéléré du personnel nécessitant un transfert de compétences et leur intégration. Sans senior, ces objectifs sont très difficiles à réaliser. Il peut ainsi être intéressant pour une entreprise d’avoir, pendant 10 ou 15 ans, de seniors qui ont aujourd’hui 55 ans afin de palier à cette défaillance et de pouvoir aider et former les jeunes qui vont prendre la relève.

 

Un synergie positive entre seniors et juniors

En France, on a souvent justifié le départ plus au moins forcé des seniors sur le marché du travail par le fait qu’il s'agissait d’une nécessité pour que les moins de 25 ans y trouvent une place. Pourtant, il s’avère qu’il n’y a aucun rapport négatif entre le taux d’emploi des seniors et des plus jeunes. Les pays européens qui emploient le plus les seniors connaissent aussi les meilleures performances en matière de travail des jeunes. Ainsi, la Suède affiche un taux d’emploi de 70 % pour les seniors et de 42 % pour les moins de 25 ans. Ces chiffres semblent donc davantage démontrer qu’il existe une synergie des âges dans l’entreprise. On peut penser que les jeunes sont d’autant plus efficaces que des salariés expérimentés sont présents pour les former.

 

Seule une coopération entre seniors et juniors permet la transmission des savoirs et participe au dynamisme de l’entreprise. Pérenniser le savoir-faire des salariés expérimentés représente un enjeu de performance important afin que les entreprises puissent préserver leurs compétences clés, faciliter l’intégration de jeunes arrivants et valoriser l’expérience des seniors. Un échange basé sur la réciprocité et la complémentarité des âges a pour avantage de valoriser à la fois les juniors et les seniors et ne peut donc que s’avérer positif pour l’entreprise.

Que pensez-vous de ce sujet ? N’hésitez pas à partager votre expérience avec nous en commentant cet article !

 

Photo : © Axel Bueckert

 

Betty_Nelly, 25.09.2014

moidu60
0 | 27.09.2014 11:08

licencié à 52 ans,je ne retrouve plus de travail, malgrés mes nombreuses années d'expérience.J'ai créer une entreprise. Pour commencer petit, je débute par une auto entreprise mais, trop peut de travail. Les gens on peur de se lancer dans des travaux, d'investir, mème dans la pierre et je les comprend.
Les taxes par contre ogmente sans arret. Comment voir l'avenir???? C'est désespérant.
je suis Auto entrepreneur en électricité général avec une expériance de 30 ans. Je fais aussi placo, isolation faux plafond' petite maçonnerie. Je vous propose mes services. travail soigné et non assujetti à la TVA. MERCI