Savoir se taire

Savoir se taire

15 | 1543 Consultations

A l’heure de la communication exacerbée et de la consommation instantanée, chacun est libre de dire, d’écrire ou de publier ce que bon lui semble. Nombreux sont les médias servant de support à cette folle éloquence. Partage de contenus, avis, commentaires, sans oublier tweets et notations en tout genre. La revendication, écrite ou orale, des sentiments ou ressentiments personnels fait désormais partie du quotidien de nos contemporains.Rares sont celles et ceux qui savent utiliser la science de l’expression verbale à bon escient, en étant capables de s’exprimer sans dépouiller les mots de leurs sens. 

 

 Pourquoi parlons-nous ? 

L’utilisation d’une langue, succession de signes ou de sons, traduira notre désir de communiquer et de nous faire comprendre. Il s’agit là de la fonction informative du langage. Outre le fait de rendre compte ou de manifester par l’expression l’état affectif dans lequel nous nous trouvons, fonction expressive, nous parlons pour stimuler ou provoquer une réaction de la part de notre interlocuteur. C’est la forme conative du langage. Une pièce de théâtre cherchera, dans certains cas, à émouvoir, quand un ordre cherchera une obéissance et une exécution immédiate. Aussi, nous pouvons parler pour parler du langage en lui-même. Le « Bled », compagnon de route des cours de grammaire que les moins de vingt ans n’ont pas connu, remplit tout à fait cette fonction dite, métalinguistique. Enfin, mêlant expression et pensée, la fonction d’élaboration permet, elle, d’articuler de manière claire et précise notre réflexion, afin d’apporter une argumentation construite et illustrée.Toutes ces fonctions permettent de créer du lien, de débattre, de dialoguer. Cependant, savoir se taire reste une vertu permettant de ne pas commettre d’impair ! Confucius, dans sa sagesse, nous apprend que « le silence est un ami qui ne trahit jamais ». 

 

Savoir se taire 

Savoir se taire ne signifie pas ne rien avoir à dire. Bien au contraire. Une réflexion sur la portée de ses paroles est essentielle. Un silence nous permettra de choisir les mots justes, de nous adapter à la personne à qui l’on s’adresse et d’être en adéquation avec l’environnement qui nous entoure. Savoir se taire peut être synonyme d’écoute et d’attention portée à l’autre. Le silence a beaucoup à dire. Les décisions importantes, la concentration ou encore la mémorisation ne peuvent être optimales qu’en cas de silence absolu. Ce dernier nous permettra de tirer la quintessence de nos capacités intellectuelles. Aussi, le silence peut s’avérer être un allié utile, particulièrement lorsque la conversation est tendue ou difficile. Laissé l’autre face à lui-même peut le pousser à se confier plus facilement et à révéler des informations confidentielles. En effet, l’impératif « d’avoir quelque chose à dire » pousse certaines personnes à combler le silence sans se soucier de ce qui sort de leur bouche. Un silence peut en dire bien plus que des mots.Enfin, il permet d’éviter la surenchère, de paraître diplomate, et de prendre la parole au bon moment. 

 

Savoir parler quand il le faut

 Intervenir quand il le faut, prendre la parole au bon moment, et surtout, avoir quelque chose de pertinent à dire reste la base. Il suffirait de quelques mots malheureux pour briser, en un rien de temps, une relation de confiance instaurée de longue date, ou une négociation fructueuse sur le point de se conclure. Le silence, par l’écoute et la compréhension d’autrui qu’il procure, nous laisse la possibilité d’appréhender dans d’excellentes conditions le moment de prise de parole, de nourrir notre réflexion de manière à utiliser les mots justes, et d'étayer de manière précise notre pensée. Une prise de parole précipitée peut être désastreuse. Laissons le soin à notre interlocuteur de finir son élocution et il ne sera peut être pas nécessaire de gaspiller nos paroles. 

 

Application aux nouveaux médias

Facebook, Tweeter ou encore Instagram : Grâce à ces médias, outre le fait d’être écrite, l’expression peut se traduire en image. Nous devons nous limiter dans nos expressions médiatiques et virtuelles. En effet, aujourd’hui, une réaction à un événement ou à une information, via les réseaux sociaux, peut faire le tour de la toile en quelques minutes et susciter, en conséquence, une riposte disproportionnée. Il en est de même lorsque des photos sont postées. Cet acte peut se révéler épouvantable pour son auteur. Devenir la risée du web, de la cours de récréation ou du bureau à cause d’une malheureuse photographie est déjà arrivée. Nous ne pouvons que conseiller la modération, synonyme de silence en réalité virtuelle. Le silence dans la vie numérique est aujourd’hui tout aussi important que dans la vie réelle. Un proverbe Chinois nous dit d’ailleurs « Ce ne sont pas ceux qui savent le mieux parler qui ont les meilleures choses à dire. » A bon entendeur...

Que vous inspire cet article ? Vos commentaires sont les bienvenus !

 

Photo © Fotolia - tricocean

isabelle, 24.05.2018

Minouchka12
0 | 26.05.2018 19:04

" Parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs et rigoureux de tous ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l'ouvrir. "

Pierre Dac

AMELIE97
0 | 26.05.2018 18:04

Il n'est jamais trop tôt pour se taire, mais là..., j'ai bien peur qu'il soit bien tard pour dire deux mots, car je vous ai perdu de vue, les ami(e)s, je le vois bien depuis deux jours. Deux jours de perdus ? Nenni, vous avez parlé, et j'adore toutes vos réponses. Que dirai-je de plus ? Une anecdote tout de même, car j'ai toujours mon mot à dire. Quand j'étais petite, on me faisait les gros yeux "si tu répètes, je te..." (férocités les plus atroces promises)... C'était le sésame des rêves, pas tout à fait... car je dégustais les gestes, je savourais le ton, le cri, le chuchoté, la musique des mots, j'épiais les visages tour à tour... et je vous assure que je me régalais. Mais cette habitude (car dans une nombreuse famille, et bien on est toujours dans les pattes des plus grands partout) s'est répercutée à l'école, au collège, pour certaines matières qui sont devenues ainsi le guignol... mathématiques en particulier... et puis dans mon comportement familial. Combien de fois ai-je entendu d'un ton plaintif "Mais tu ne m'écoutes pas" alors que je paraissais suspendue aux lèvres se confiant., ou colérique "Tu n'écoutes jamais" (ne croyez pas que ce soit si ancien... Je suis celle qui se tait et passe des heures et des heures à écrire. Alors , je suis taiseuse ou bavarde ? Indifférente ?

toujourscurieux
0 | 25.05.2018 18:16

Comme disait si pertinement Jean Gabin dans son poème-flash:"Oui je sais,je
sais;je sais",.Je sais... que je vais rallumer (au napalm) un éternel
débat:les photos. Je ne fais que rebondir sur l'extrème prudence que vient d' exprimer Isabelle.
Je constate,important, une augmentation sur les deux années passées des adhérentes qui ne mettent pas leur photo.
Culte imbécile de la photo-attrape-couillon (si je puis dire !!). Comme les pubs
de voitures:tout sur l'émotion !! Il est bien connu que s'i ya des divergences
dans le couple du dit couillon......c'est la photo qui décidera !!
Elles savent qu'il ya danger,qu'il ya eu des suicides pour vol......eh ben non !!
Vous vous étonnez de ce Niagara perpétuel de séparations de couples ????
TJC.

PETRUS2016
1 | 25.05.2018 08:43

Le baiser est la meilleure façon de se taire en disant tout…..

squatina
3 | 25.05.2018 06:57

un test intéressant à faire :
Vous racontez un truc et en plein milieu d'une phrase vous arrêtez .... si personne ne vous dit : "tu disais ?? " c'est que personne ne vous écoute et vous êtes alors fixé sur l'intérêt qu'on vous porte !!
Voilà comment on finit par se taire et se rendre compte ainsi combien s'écoutent parler en se fichant des autres !!

onyx30
2 | 25.05.2018 02:59

Alors la, Isabelle, vous abordez un sujet d'actualité sur ce site, chacun a ici le pouvoir de s'exprimer sur n'importe quelle réflexion ou sujet sur les différents forums ou blogs, mais ce qu'une minorité de ces intervenants ne se rendent pas compte, c'est de la médiocrité de ces réponses qu'ils font, ( émoticones, ????, ou autre), mon principe, c'est quand je n'ai rien à dire, ou à répondre, eh bien je ferme ma gueule, cela éviterait d'avoir des longueurs sur certains forums qui n'ont pas lieu d'être, et surtout cela nous indique le degré du QI de certains, qui ne se relisent même pas avant de poster.
Vous avez bien fait d'aborder ce sujet, car cela expliquerait le manque d'engouement de beaucoup de membres, à ne plus s'intéresser à certains sujets ou forums, ce dont je fais parti .

charmati
3 | 25.05.2018 02:37

ce qui me fait penser au célèbre tableau de Watteau: l'embarquement pour s'y taire.

Ebbie34
4 | 24.05.2018 22:45

La parole est d'argent....

Mais le SILENCE est d'or !!!!

BisouS Ebbie34

Magbeth
5 | 24.05.2018 19:14

Le silence a beaucoup à dire.... J'aime cette phrase. =)

carard
4 | 24.05.2018 18:53

Et bien, j'essaie, à mon âge, de tourner ma langue sept fois dans la bouche pour ne pas être désobligeante... pour le peu que je parle ou j'écris... Pas évident ! Pourtant en vieillissant, nous sommes sensés être diplomates mais certains dires nous font réagir et ma foi, est-ce un défaut ??? Savoir se taire, n'est-ce pas un peu de lâcheté quelque part ?

nade2812
3 | 24.05.2018 18:04

Il faut savoir se taire pour écouter les autres et créer un dialogue.

mirevol35
10 | 24.05.2018 14:38

Ma génération connait très très bien le silence, les taiseux, l'interdiction aux enfants de parler à table... la dernière génération a le droit de s'exprimer, de poser des questions, d'être curieuse de tout, d'avoir un téléphone portable pour parler pendant des heures, de dénoncer la maltraitance contrairement à nous qui devions seulement nous taire car on avait forcément tord et puis ça dérangeait l'ordre établil. Moi j'adore les lanceurs d'alerte, ceux qui dénoncent l'hyprocrisie de cette société qui un jour soutient l'évasion fiscale et le lendemain fait mine de la condamner en prenant bien soin que la justice se taise.....
Désolée Isabelle l'occasion était trop belle pour ne pas rebondir.....Bien cordialement.