Tour du monde des nouvels ans

Tour du monde des nouvels ans

0 | 2936 Consultations

Vous venez de célébrer Noël et bientôt ce sera le tour de la nouvelle année. Vingt-quatre heures de festivités sur la Terre. Auckland, en Nouvelle-Zélande, sera la première grande ville à passer en 2014. Puis suivront l’Australie, l’Espagne, le Pérou et le Canada. Mais ces nombreux réveillons à travers le monde n’ont en commun que leur date. Tour d'horizon des différentes traditions à travers le globe.

 

Australie : concerts de feux d’artifices

Les réveillons australiens sont très connus. Sydney est la deuxième grande ville du monde à célébrer la nouvelle année après Auckland. C’est une des plus grandes manifestations du monde qui attire chaque année 1,2 million de participants, dont 300 000 touristes étrangers. Dans la grande baie de Sydney, en plein été austral, les bateaux sont illuminés sur le Harbour Bridge et tout le long du port, 80 000 feux d’artifices sont installés. Ce sont les feux d’artifices les plus beaux du monde.

 

Espagne : douze grains de raisins pour une année prospère

En Espagne, on fête « el fin de año » ou « Nocheviaja ». Les festivités démarrent en famille autour d’un copieux dîner à base de crevettes, d’agneau ou de dinde. Plusieurs petites traditions viennent rythmer la soirée. La plus importante : les douze grains de raisins. À minuit, chaque Espagnol doit avoir préparé devant lui douze grains de raisins qu’il devra manger, les uns après les autres, au son des douze coups de cloches qui annoncent la nouvelle année. On les nomme « campanadas ».

 Tous les Espagnols suivent cette tradition qui, si elle est respectée, apporte chance, succès et prospérité. Une fois l’année franchie, les jeunes mariés qui veulent s’assurer une vie conjugale heureuse sont invités à plonger leurs alliances dans une coupe de champagne avant de trinquer.

 

Pérou : brûler l’année écoulée

Dans chaque maison péruvienne, il est d’usage, chaque 31 décembre, de fabriquer un mannequin de paille et de chiffon. Celui-ci est habillé de vieux vêtements qui ne seront plus portés et il est installé devant chaque domicile. Ces mannequins représentent l’année qui vient de s’écouler. À minuit, chaque famille sort dans la rue et brûle son mannequin. C’est alors un véritable concert de feux d’artifice, de pétards et d’explosions en tout genre.

Le soir du réveillon, les Péruviens, superstitieux, portent des vêtements d’une couleur particulière, en fonction de ce qu’ils désirent pour l’année qui vient. Porter du jaune apporte de l’argent et porter du rouge de l’amour. Enfin, s’ils rêvent de voyages, ils doivent alors se munir d’une valise et courir, à partir de minuit, autour de leur pâté de maison.

 

Canada : morue, bains glacés etc.

Le Canada célèbre le Nouvel An le plus excentrique. Tout commence sur les côtes, au bord des lacs. En plein hiver, ils sont plusieurs milliers, chaque année, à s’élancer, dans les eaux glacées, frôlant les 0°C pour satisfaire à la « trempette de l’ours polaire ».

Sur la côte Est, les hommes se déguisent en femme le soir du 31 et les femmes revêtent des habits d’hommes. Ils sortent tous de chez eux et font du porte à porte afin de réclamer quelques verres à boire. Dans ces régions du pays, on sert le plus souvent une sorte de rhum venu de Terre-Neuve et appelé « screech ». Il est coutume de le boire en ayant au préalable embrassé une morue.

 

Canada bis : le « cocktail à l’orteil »

Il ne se sert que dans le DownTown Hotel de Dawson City. Comme son nom l’indique, ce cocktail, servi dans un petit verre, est agrémenté d’un gros orteil. Il ne se sert que dans le DownTown Hotel de Dawson City. L’étiquette veut que le courageux buveur avale le contenu du verre de manière à ce que ses lèvres touchent l’orteil.

Cette tradition remonte à une expédition de contrebande, dans les années 1920. Un mineur contrebandier, Louie Liken, se serait gelé un orteil pendant l’équipée et aurait demandé à son frère de l’amputer à la hache. Plusieurs années plus tard, un certain Dick Stevenson aurait découvert le bocal d’alcool qui contenait le fameux orteil. C’est en 1973, au cours d’une soirée arrosée, que Dick Stevenson et quelques amis ont fait le pari de mettre l’orteil dans un verre de champagne et de boire le liquide jusqu’à ce que les lèvres du buveur touchent l’orteil.

N’allez surtout pas croire que cet orteil est faux, bien au contraire ! Si l’orteil original a été avalé par mégarde par un mineur en 1980 (il en était à son 13e cocktail), de gentils donateurs amputés ont, par la suite, fait don de leur orteil perdu. Et c’est ainsi que la tradition du cocktail à l’orteil, appelée aussi « SourToe cocktail », s’est installée au Canada.

 

Toute l’équipe du Club-50plus en profite pour vous souhaiter une excellente nouvelle année ! Si vous aussi vous connaissez des traditions de nouvel an originales, n’hésitez pas à les partager en commentant cet article.

 

Source : http://www.jolpress.com

Photo : Sydney. Fireworks Newyear 2006. Opera House and Harbour - Rob Chandler

Betty_Nelly, 26.12.2013

Cet article ne dispose encore d'aucun commentaire.