La sapiosexualité ou l’attrait pour l’intelligence

La sapiosexualité ou l’attrait pour l’intelligence

11 | 2097 Consultations

Le terme de sapiosexulalité, récemment inventé, est pourtant un concept très ancien. En effet, déjà en 380 avant J.C, Platon évoquait dans son œuvre Le Banquet, la relation entre l’amour et l’intellect. Si la plupart d’entre nous sommes d’abord attirés par le physique, les sapiosexuels, eux, sont attirés par l’intelligence. Quelles sont les caractéristiques de cette orientation sexuelle, est-ce une forme de rébellion face à l’apparence qui domine notre société ?  Quelles formes d’intelligence séduisent ?  Creusons un peu.

 

Caractéristiques

De nombreux éléments déterminent ce qui nous amène à être attiré par quelqu'un. L'élément culturel, le modèle éducatif, les propres expériences, autant de facteurs qui créent une sorte de carte mentale décisive pour déclencher une cascade chimique d'attraction et pour tomber amoureux. Si certaines personnes se concentrent particulièrement sur l'attractivité physique, l'argent ou la capacité à divertir que l'autre peut offrir, d’autres sont attirées essentiellement par l’intelligence : elles commencent généralement leurs préliminaires par des discussions intéressantes (politique, philosophie, etc.) et sont excitées par la « perspicacité » de l’autre. Le sapiosexuel se sent stimulé ou défié par la façon de penser de l'autre. Fondamentalement, il trouve l'intellect de son partenaire sexuel comme son trait le plus attrayant. Par ailleurs, le sapiosexuel est plus souvent attiré par les personnes plus âgées : l’expérience et la connaissance accumulées au fil des années rendent les seniors très attirants. Les sapiosexuels sont de l’avis que les débats, les conversations profondes restent, même si le sexe disparait. Serait-ce alors la garantie d’un « investissement à long terme » pour le couple ?

 

Attirés par l’intelligence cognitive et émotionnelle

Lorsque nous parlons d’intelligence, nous l’associons généralement à une capacité cognitive élevée, à l’accumulation de connaissances, à la faculté d’analyse, à la vivacité de l’esprit. Cependant, pour de nombreux chercheurs, la définition de l’intelligence va plus loin. Ainsi, l’auteur américain Daniel Goleman, a élargi le concept à de nombreux autres facteurs. En effet, si les personnes sapiosexuelles sont attirées par la connaissance académique ou la capacité à résoudre des problèmes complexes, elles sont tout aussi attirées par des individus matures émotionnellement, avec une grande capacité à interagir avec les autres, capables de montrer de l’empathie, de s’intégrer, bref les gens dotés d’une intelligence émotionnelle (QE) les séduisent également.

 

Fuir la superficialité qui domine notre société

Les sapiosexuels sont des individus profonds et sérieux, qui ont soif d’apprendre et consacrent une partie de leur temps à acquérir de nouvelles connaissances. Ils sont intensément séduits par des conversations profondes, des discussions qui les enrichissent émotionnellement. Pour eux, c’est l’érotisme du cerveau qui compte, la parole devient non seulement un instrument de communication, mais également de séduction. Ils se sentent beaucoup plus attirés par les connaissances de leur interlocuteur ou par l’intimité qui peut se créer dans une conversation, que par toute autre caractéristique. Des mots savants et érudits feraient-ils exploser leur libido ?  Ils prétextent souvent avoir été déçus par un partenaire attrayant, mais avec lequel ils ne pouvaient échanger intellectuellement. Un chanteur britannique, Mark Ronson, a fait son « coming out » dans l’émission Good Morning Britain, déclarant être attiré sexuellement par l’intelligence, peu importe si la(le) partenaire est un homme, une femme, un transsexuel, et peu importe l’orientation sexuelle de cette personne. Selon une étude menée en 2018 par des chercheurs australiens, 8% de la population mondiale serait sapiosexuelle. Enfin, être sapiosexuel n’exclut pas d’autres formes de sexualité, comme la bisexualité ou la pansexualité. Pour des experts britanniques du sujet, la sapiosexualité est non sexuée ; il s’agirait d’un moyen de se rapprocher de la réalité et de la pensée, en opposition à  l’apparence qui domine notre société.

 

Questions en suspens

Si cette orientation est censée se concentrer sur l’esprit plus que sur l’apparence physique, peu de personnes sont réellement intéressées par des partenaires qui ne répondent pas aux canons de beauté… Se déclarer sapiosexuel serait-il alors une manière de cacher un complexe d’infériorité ou une baisse de libido ?  Bien que la sapioséxualité touche à la fois les hommes et les femmes, il semblerait qu’elle soit plus présente chez la gent féminine. Pourquoi ? Selon la sexologue espagnole  Miren Larrazabal, la décision d'opter pour un homme intelligent ne découle pas d’une bonne conversation, mais « une femme présuppose qu'un homme intelligent disposera de plus de ressources économiques ou d'une meilleure carrière ». Ce serait alors une façon de dire que ce qui attire n’est pas l’intelligence en soi, mais le niveau de vie de la personne : sa capacité à mener une vie plus saine et matériellement viable ? Où se situe la romance là-dedans ?

En bref, la sapiosexualité est une pièce de plus dans le large éventail du répertoire de la sexualité, toujours aussi varié, mais tout cela est très subjectif.

Que vous inspire ce sujet ? Vous sentez-vous proche de cette orientation sexuelle ? Qu’est-ce qui vous attire avant tout chez l’autre ?

 

 

Photo © Fotolia – Auteur : Ася Лысогорская

 

Betty_Nelly, 16.04.2020

JihemD
1 | 17.04.2020 12:36

Depuis mon divorce 1977 cela date ! Pour une relation durable j'ai toujours voulu savoir "ce qu'il y avait entre les oreilles" avant de m'intéresser à "ce qu'il y a entre les orteils".

Problème : bien des gens "qui en ont entre les oreilles" ont tendance aussi à émettre une certaine toxicité ... ce qui pour moi est rédhibitoire.

vivreenpaix
3 | 17.04.2020 11:10

L intelligence et un atout oui on vas dire cela comme cela
mais il y a des personnes intelligentes mais peuvent aussi être vraiment de sale con
pardonné mon pour l expression par ces mots je ne veut pas être incorrecte
ils y a des formes d 'inintelligences plutôt que des personnes véritablement intelligentes
cultive ne veut pas dire proche de l intelligence
la sensibilité de chacun reste un facteur face a chaque réaction
on peu rencontré un personnes se dérivant intelligente mais avec aucun sens de l autre
mémé si Gainsbourg était intelligent il comblait peu être se manque de physique pour plaire et séduire de jolie femmes actrice connue
il répondait a un besoin que lui seule devait connaitre
émotionnellement en avait t 'il une ? cela reste un question
l instinct est aussi une forme d 'intelligence
et souvent le meilleurs moyens de savoir si une personnes
c 'est de le mettre en situation réel
dans des cas concret
par sa réaction ou le sens qui a a reconnaître une situation
par son comportement et par la faculté a analyse la situation et l émotions et à réagir sur l instant
vivre

AMELIE97
2 | 17.04.2020 07:09

Je finis mon commentaire puisque le précédent m'a été arraché, non relu et non fini. Je disais que mon deuxième mari, celui que je n'ai pas aimé sapio machin chose, puisque tel est le terme, je l'ai aimé autrement et tous les jours en ce moment, je joue au scrabble par skype pour lui faire mieux supporter son confinement à Paris ; On n'aime pas sa mère comme on aime son mari et si on devait aimer son mari toujours de la même façon et bien on ne changerait jamais de mari, point barre !!!

AMELIE97
2 | 17.04.2020 07:05

Je découvre le terme sapiosexualité, et que c'est une orientation sexuelle, je me découvre aussi. Bon, j'ai jamais eu l'intelligence de disséquer les choses. Mon 1er mari avait 12 ans de plus que moi ; je n'ai jamais compris comment il pouvait être tombé amoureux de moi. Remarquablement cultivé et médecin hospitalier et de nationalité étrangère, ce n'était pas l'argent qui m'attirait (je gagnais plus que lui), mais la force de son amour et sa perspicacité. Il était très courtisé des jeunes femmes. Il m'a appris la jouissance sexuelle et ensuite, je n'ai jamais trop compris ce qui se passait mais il n'était plus attiré par moi et j'en ai énormément souffert. Dans le même temps, j'ai fait des études prodigieuses tout en travaillant car nous avions une vie et un travail intellectuels du soir intenses. Du Brevet je suis passée à la reprise des études secondaires, puis continuation des études universitaires jusqu'à la maîtrise. Personne n'a jamais compris que je demande le divorce au bout de 12 années, ni ma fille, ni sa famille, ni la mienne. Je me suis remariée avec un homme qui baisait et nous avons baisé... j'ai divorcé au bout de 40 années de vie commune il y a deux ans. Mais mon premier mari, tant que nous habitions à proximité, venait sans s'annoncer et nous nous mettions à parler et mon 2ème mari ne pouvait absolument pas nous suivre car nous avions notre entente intellectuelle à nous. Je sais qu'il m' a attendue plus de 20 ans. Il est mort il y a quelques mois. Je sais ce que je lui dois, je sais que la part d'amour qu'il m'a donnée et que je lui ai donnée est essentielle, que c'est celle qui me fait vivre aujourd'hui. Voilà pour la fameuse sapiosexualité , j'aime pas trop ces catégories. J'ai aimé mes deux maris de façon totalement différente. Le deuxième, je joue au scrabble par skye tous les jours p

rosalie39
6 | 16.04.2020 20:31

Je ne sais pas si c'est de la sapiosexualité mais j'aime admirer celui que j'aime. J'aime les joutes oratoires.... Le physique compte certes, mais pas vraiment. Il y a tant d'autre chose à "regarder" chez un homme.

Edel13
8 | 16.04.2020 14:19

Je ne sais pas, mais cette sapiosexualité... pour ma part, je n’y crois guère.
Combien de fois avons-nous eu l’occasion d’échanger avec une personne par écrit ou par téléphone (modernité oblige ^^) et avons été séduit(e), mais la rencontre physique enlève une partie de l’attrait intellectuel qui s’était manifesté au départ.
Par ailleurs, on peut être séduit intellectuellement par une personne, l’aimer sincèrement mais sans qu’elle vous procure un désir charnel.
Car quoiqu’on en dise, le physique joue une part importante pour l’attrait vers l’autre et sans que ce soit un critère prédominant, il existe.
Je ne voudrai pas faire d’exemples vécus une généralité. Dans mon cercle professionnel, j’ai eu l’occasion à plusieurs reprises de croiser des couples que l’on pourrait qualifier de sapiosexuels et qui à prime abord avaient une connexion totale, mais avec la pratique on s’apercevait vite que si la sécurité est dans ce couple « idéal » le plaisir charnel va se chercher dans un autre physiquement attrayant.

chayonne
8 | 16.04.2020 13:35

Bonjour Betty_Nelly,
Bonjour à tou(te)s,
A force de banaliser le corps et l'acte sexuel nous en sommes venu(e)s à les démystifier et à les rendre ordinaires.
...en sera t-il de même pour les intelligences ?

En ce cas, et puisque les sapiosexuels sont si nombreux, pourquoi sur les sites de rencontre, ne pas en faire un critère de sélection dans les profils ?
Ce serait intéressant, et moins péjoratif, les personnes concernées ne se sentant plus taxées d'intellos !

Pour moi n'être que sapio ne me conviendrait pas.
Il me faut un peu de chaque critère pour "craquer" :un peu de physique, un peu d'intelligence émotionnelle et un peu d'intelligence cognitive.

Je pense que pour tous les genres (mais ce n'est que mon humble avis), sans être vraiment beau (ou belle) un homme (ou une femme) peut devenir magnifique dès la conversation amorcée.
...c'est une étincelle qui allume...et en plus si le regard suit, alors la beauté s'installe !